AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

L'innocence et la fragilité d'un être (pv James Worrington)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Anne FarrellLady
Ton prénom : Hime
© : Hime
Messages : 60
Date d'inscription : 24/08/2010

Reputation
Famille: Tiddlers
Age du personnage: 16 ans
Relations :
MessageSujet: L'innocence et la fragilité d'un être (pv James Worrington) Jeu 3 Mar - 0:10

Cela se passait lors d'une soirée de septembre 1815. Sept mois. Oui cela faisait sept mois ou presque que la famille Tiddler vivait à Bath. Tous les membres de la famille étaient partis à l'annonce de l'épidémie. Anne Farrell, une jeune demoiselle qu'ils hébergeaient depuis quelques mois, avait été la première à partir. Elle était si fragile et délicate que cela avait été jugé plus prudent par sa grand-mère et par Martha, sa gouvernante. C'est ainsi que la jeune fille était arrivée à Bath où elle avait vécut avec ses deux domestiques pendant quelques semaines. Comme ce n'était pas convenable qu'elle vive "seule", elle avait rejoint les Tiddlers, après leur installation au Royal Crescent. Les mois qui s'étaient écoulés depuis n'avaient pas été facile pour elle. Le lieu où ils vivaient était beaucoup moins grand que le manoir dans lequel ils habitaient à Meryton. De plus, comme de nombreuses familles aisées logeaient au Royal Crescent, il y avait souvent des visites et des réceptions. Or Anne était de nature craintive et timide depuis sa plus tendre enfance ce qui faisait que les inconnus l'intimidait et que la foule l'oppressait. C'est pourquoi il valait mieux faire preuve de beaucoup de patience et de douceur quand on voulait faire sa connaissance. Il était encore plus difficile de se lier avec elle depuis le drame dans lequel elle avait perdu ses parents et faillit mourir elle aussi. Suite à cette expérience, elle était devenue totalement traumatisée par ce qui s'était passé. Ses sujets de peur s'étaient multipliés. Ayant une santé délicate et les nerfs fragiles, elle avait besoin de calme et de repos mais malheureusement, depuis qu'elle était à Bath, trouver de telle occasion était rare. Même si elle ne partipait jamais aux réceptions et qu'elle restait dans sa chambre, cela ne l'empêchait pas d'entendre les bruits de pas ainsi que les conversations de tous les invités. A cause de cela elle n'était pas capable de se détendre vraiment.

Que faisait donc cette jeune fille en ce soir de septembre? Où était-elle? Vous allez l'apprendre bientôt. Pour retrouver cette charmante demoiselle ce n'est pas dans sa chambre qu'il faut aller mais à la Pump Room. A la Pump Room? Vous devez penser que c'est plutôt étonnant de la retrouver dans un tel endroit après ce qui vous a été dit sur elle et vous avez raison. C'est bien l'un des derniers endroits où elle se serait rendue si elle en avait eu le choix. Oui mais voilà elle ne l'avait pas eu. Pour comprendre cela il faut revenir un peu en arrière. Si Mrs Farrell avait envoyé Anne dans la famille Tiddler c'était pour deux raisons. Tout d'abord elle espérait qu'en étant loin de la maison, sa petite fille finirait par aller mieux, que sa peine s'apaiserait et qu'elle retrouverait le moral et la santé. Ensuite, si elle l'avait envoyé dans cette famille là précisément c'est parce qu'une de ses vieilles amies en faisait partie. Or c'était justement cette amie qui était la cause de la présence d'Anne à la Pump Room. Elle avait remarqué que malgré les mois qui passaient, la jeune fille restait à l'écart des autres et ne semblait pas aller mieux. Elle avait donc décidé que, pour une fois, Anne viendrait à la Pump Room avec tout le monde. Ne pouvant refuser une demande faite par une personne en qui sa grand-mère avait confiance et à qui elle l'avait confié, la demoiselle avait à contre-coeur accepter d'y aller. C'est ainsi qu'elle s'était retrouvée confrontée quelques minutes plus tard à une foule d'inconnus. Face à autant de monde et de bruit, sa timidité fut la plus forte et elle plongea dans le mutisme. Sa gouvernante, qui était près d'elle et qui la connaissait mieux que personne, fut la seule à remarquer le stress qui l'habitait. Ne pouvant rester sans rien faire, Martha déplaça le fauteuil roulant de sa petite protégée dans un coin de la pièce où il n'y avait personne. Comme il y régnait une certaine pénombre, elle espérait qu'ainsi sa chère demoiselle serait tranquille. A l'abri de la présence trop proche d'inconnus, Anne retrouva petit à petit un semblant de calme. Elle faisait de son mieux pour se concentrer sur la musique et faire abstraction des bruits environants. Pour mieux y parvenir elle avait fermé les yeux. La combinaison de la musique et de l'obscurité dans laquelle elle se trouvait fit que la jeune fille finit s'endormir. Une telle fragilité et une telle douceur se dégageait de son être qu'elle ressemblait à un petit ange. Quand on voyait le fauteuil, on pensait plutôt à un petit ange ayant perdu ses ailes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
InvitéInvité
MessageSujet: Re: L'innocence et la fragilité d'un être (pv James Worrington) Jeu 3 Mar - 1:17

Pourquoi venait il seulement ici?! C'était à chaque fois la même chose. On reprenait les mêmes idiots et on recommençait. Tout n'était que salamalechs et faux semblants, l'air été saturé de tous ces compliments et paroles venimeuses, de ces ragots sans fin et de ces joutes verbales inutiles dans ce jeu éternel visant à influer sur la réputation d'autrui à ses dépends.

Il avait eu l'occasion d'observer et d'analyser tout cela depuis la vingtaine d'année qu'il se voyait obligé par souci de se montrer et de prouver qu'il était toujours vivant d'arpenter ces salles remplies de dandys, de vieilles douairières, de petites donzelles de province sans cervelle et de coureurs de dot. Cette fois n'était pas différente, il s'était fait trainé par des amis qui regrettaient de le voir se couper du monde et ruminer dans son coin comme le bon vieux célibataire qu'il était.

Il devait faire figure d'ancêtre dans cette salle, presque la quarantaine pensez vous! Et pourtant cela n'empêchait pas certaines jeunes femmes dont il aurait facilement pu être le père de glousser bêtement à ses abords et rechercher sa compagnie constamment. Oh il était encore alerte, plutôt élégant et il se savait plutôt bien fait, mais c'était surtout sa fortune que toutes celles là recherchaient.

Worthington avait beau ne pas être un mondain dans l'âme, il se rapprocha d'une femme qu'il connaissait et savait d'intelligente compagnie et l'invita à danser. On ne pourrait ainsi pas lui reprocher un manque d'enthousiasme et de politesse. Le quadrille s'acheva vite mais il avait presque pris du plaisir pendant cette danse. Chose assez rare pour être mentionnée. Il y eut donc une seconde invitation, puis une troisième envers la femme d'une amie. Mais très vite il se trouva fatigué. Ses 20 ans n'étaient décidément plus là!De toute façon il n'y avait plus grand monde avec qui entamer quelques pas dans l'assemblée.. enfin peu qui soit digne d'attention tout du moins!

Ce ne fut donc guère étonnant de le voir s'éloigner du centre de la salle. Arrivé à un certain point, il tourna ses yeux vers un coin sombre de la salle et crut y apercevoir une personne, à demie cachée par l'obscurité. Aussi curieux qu'on pouvait l'être mais faisant mine de rien, il se rapprocha et constata, arrivé devant la silhouette qu'il s'agissait d'une jeune femme... en fauteuil roulant. Il reste bouche bée pendant quelques instants, étonné de voir une jeune femme ainsi diminuée obligée d'assister à un spectacle auquel elle ne pouvait visiblement participer. Mais très maitre de soi, il se reprit bien vite et s'installa sur un siège pile à côté de l'inconnue avant d'entamer la conversation mine de rien, sans même avoir été présenté ( so shocking, isn't it ?!^^).


-Et bien Miss, il semble qu'on vous ait oublié dans ce coin. Qui sont donc les êtres sans coeur qui vous ont ainsi abandonné?! J'aurais deux mots à leur dire!

Le tout avait été dit sur un ton froid et sérieux, bien que l'intention n'ait pas été là. Il avait simplement du mal à s'en départir.A ce stade là, il était possible qu'elle le prenne pour un vieux barbon dégoûtant venu l'importuner et profiter de sa faiblesse pour la lorgner gentiment. Elle était à vrai dire plutôt jolie, malgré ce teint un peu maladif. Une joli chevelure, des traits harmonieux.Mais James était plutôt du genre à faire son grand frère justicier.. une habitude qu'il avait acquise lorsqu'il avait dû prendre en charge l'éducation de sa soeur, et qui apparemment ne l'avait pas quitté depuis.Plongeant son regard d'ébène dans les yeux de la jeune femme, il ajouta, l'air toujours aussi impassible:

-Je ne vous effraie pas au moins ?On m'a souvent dit que j'avais un air intimidant et à vous regarder j'ai l'impression que c'est le cas...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Anne FarrellLady
Ton prénom : Hime
© : Hime
Messages : 60
Date d'inscription : 24/08/2010

Reputation
Famille: Tiddlers
Age du personnage: 16 ans
Relations :
MessageSujet: Re: L'innocence et la fragilité d'un être (pv James Worrington) Ven 4 Mar - 21:15

Quand Martha vit que sa petite protégée s'était endormie, elle sourit et retira légérement une mèche qui tombait sur son visage. Ensuite, elle décida d'aller chercher une couverture, dans la berline qui les avait enmené, afin qu'Anne ne risque pas d'attraper froid. Tandis qu'elle quittait la salle, Anne, qui était toujours endormie se mit à rêver. Le rêve qu'elle fit mêlait des souvenirs réels et des productions imaginaires. Pour mieux comprendre cela, il faut s'intéresser de plus près à ce dont elle rêvait. Anne se trouvait assise sur un banc de marbre. Quand elle regarda autour d'elle, elle se rendit compte que non loin du banc il y avait une petite fontaine au sommet de laquelle se trouvait une statue représentant un couple. L'endroit où se trouvaient le banc et la fontaine était entouré de rosiers aux parfums délicats. Cela donnait l'impression d'être dans une roseraie. Ce lieu était vraiment paisible et romantique. Quand Anne quitta le banc, elle ne prit même pas garde au fait qu'elle pouvait marcher et n'était plus en fauteuil roulant. Après tout elle était en train de rêver alors elle n'était plus vraiment elle-même et croyait que tout ce qu'elle voyait était vrai. Elle quitta donc la roseraie et se retrouva face à une longue allée, qui était bordée de chaque côté par des fleurs de toutes sortes. Elles formaient comme un tapis multicolore. La jeune fille emprunta l'allée et quand elle arriva au bout elle vit se dresser devant elle un très grand manoir qui n'était autre que celui dans lequel elle avait toujours vécu avant de quitter le Derbyshire. Elle pénétra à l'intérieur et fut surprise de ne croiser personne dans les couloirs ainsi que dans les pièces dans lesquelles elle jeta un oeil. D'habitude le manoir était plus vivant. On rencontrait souvent quelqu'un au détour d'un couloir. Anne était en train de se demander ce qui se passait quand elle entendit une musique. Dans une pièce, non loin de l'endroit où elle se trouvait, une personne jouait du piano. La mélodie était si belle qu'Anne eut envie de savoir qui la jouait. Elle se dirigea donc vers la salle d'où la musique semblait provenir. Elle y entra et tourna les yeux vers le piano. Assise devant celui-ci se trouvait une femme, vêtue d'une robe de couleur claire. A cette vue, un sourire illumina le visage d'Anne. C'était sa mère. La jeune fille la rejoignit et s'installa à ses côtés. Alors qu'elle faisait cela, elle remarqua qu'elles n'étaient pas seules dans la pièce. Son père était là aussi. Il se tenait debout près de la fenêtre et écoutait sa femme. Si une personne était entrée à cette instant dans la pièce, il aurait trouvé que la petite famille formait un charmant tableau. On pouvait sentir l'amour, la tendresse et la paix se dégager de cette scène. Tel était le rêve que faisait Anne qui dormait toujours paisiblement. Hélas cela ne dura pas, un groupe de personnes parlant assez fort passa non loin du coin de la pièce où elle était. Cela eut pour effet de troubler son sommeil et de le rendre plus léger. Il suffisait de pas grand chose pour qu'elle se réveille. Or cela ne tarda pas à arriver. Un homme, qui l'avait apperçu, s'installa près d'elle et se mit à lui parler. Cela eut pour effet de la tirer du sommeil. Elle ouvrit doucement les yeux mais elle n'était pas encore bien réveillée. Elle pensait être encore avec ses parents. C'est pourquoi elle fut très surprise et inquiète en regardant autour d'elle et en remarquant plusieurs changements. Elle n'était pas chez elle. Ses parents avaient disparu. Il lui fallut plusieurs minutes pour comprendre qu'elle avait rêvé. Elle se trouvait à Bath, loin de la maison de son enfance. De plus ses parents étaient mort depuis plusieurs mois déjà. A ce souvenir le regard d'Anne se voila. Elle n'avait jamais pu surmonter la peine provoquée par cette perte. Tout à coup, elle se rendit compte qu'une voix masculine assez froide, se faisait entendre tout près d'elle. Inquiète, elle tourna la tête et vit qu'un homme plus âgé qu'elle et qui lui était totalement inconnu était assis près de son fauteuil roulant. A cette vue, la jeune fille fut très intimidée. Elle se demandait qui était cet homme et ce qu'il lui voulait. Comme il ne lui avait jamais été présenté, elle ne le connaissait pas du tout. Elle ne l'avait jamais vu auparavant. Son visage impassible et sa voix froide intimidaient beaucoup la jeune fille. En plus, Martha n'était pas là et elle ne comprenait pas pourquoi. Elle se doutait juste que sa gouvernante ne l'aurait pas laissé sans raison valable. Après quelques minutes de silence, l'inconnu lui demanda s'il ne l'effrayait pas. Apparemment on lui avait souvent dit qu'il avait l'air intimidant. Les personnes qui avaient dit cela, avaient tout à fait raison. Avoir un visage impassible et semblant être aussi froid que la voix qu'il avait quand il parlait n'était pas une bonne chose quand on s'adressait à Anne. Cette jeune fille aimait la douceur, la gentillesse et la sérénité. Un être froid ou semblant en colère ne pouvait que l'intimider. Comme étre sereine quand on se réveille et qu'on voit un inconnu? C'est difficile pour une personne d'un caractère craintif. Il n'est pas aisé de savoir ce que pense les gens autour de vous et ce qu'ils vous veulent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
InvitéInvité
MessageSujet: Re: L'innocence et la fragilité d'un être (pv James Worrington) Dim 6 Mar - 16:30

La jeune fille ne se décidait pas à répondre et se contentait de le fixer de ses grands yeux, comme paralysée par la peur. Ou peut être était ce autre chose. Qui sait ce qui avait causé la perte de l'usage de ces jambes! Peut être un accident traumatisant qui la poussait à faire sa sauvage. A moins qu'elle ne soit muette également, ou même sourde! A vrai dire il doutait qu'il arriverait à le savoir, du moins il ne l'apprendrait pas d'elle. Tant pis, il continuerait à tenter de la sortir de cette coquille, en admettant qu'elle ne soit ni sourde, ni muette!

-Mon manque de manières vous effraie sans doute car vous semblez donner raison à cette réputation que l'on me prête.

Peut être qu'un sourire arrangerait la situation... peut être! James esquissa donc un de ses généreux sourires qu'il prodiguait si peu et qui réussissait à lui enlever 10 ans d'âge.

- Je m'en vais donc me présenter à vous, Miss. Lord James Worthington, 2e du nom, tout autre détail serait superflu car je doute que cela vous intéresserait. Aurais je le plaisir d'entendre le son de votre voix et de connaitre à l'occasion le doux prénom auquel vous répondez?

Répondant à une vieille habitude, il faillit s'emparer de la main de la demoiselle afin de s'acquitter d'un baise main bien comme il faut, mais se retint en se souvenant que la demoiselle était sans doute aussi peu encline à le laisser la toucher qu'à lui parler. Il n'en fut pourtant pas destabilisé et ne s'en formalisa pas. Lui même était de nature peu bavard avec des inconnus et ne pouvait que trop bien comprendre l'attitude de la demoiselle. Sa soeur avait été en tout point semblable à cela quelques années auparavant,fuyant la compagnie et n'adressant pas la parole à quiconque.Il lui avait fallu beaucoup de patience pour s'habituer à être en présence de simples connaissances et à tenir une conversation basique avec eux sans bredouiller ou rougir excessivement.

-Vous devez me trouver étrange de vous parler ainsi, mais vous me rappelez ma petite soeur il y a quelques années de cela.. et je dois vous avouer que je ne suis pas un fanatique de ces évènements. Trop de monde pour moi!

Qu'il devait paraitre stupide à faire son monologue et à raconter ce qu'il ne raconterait à personne, dévoilant à une inconnue sa réserve latente. Mais la jeune fille n'avait pas l'air d'une peste et une lueur douce dans son regard lui disait qu'elle n'était pas du genre à aller rapporter tout ce qu'on lui confiait à n'importe qui. Nerveusement, espérant qu'elle se décide à parler, il se mit à tapoter de sa main gauche son genou, comme il avait l'habitude de le faire dans des situations de ce genre
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Anne FarrellLady
Ton prénom : Hime
© : Hime
Messages : 60
Date d'inscription : 24/08/2010

Reputation
Famille: Tiddlers
Age du personnage: 16 ans
Relations :
MessageSujet: Re: L'innocence et la fragilité d'un être (pv James Worrington) Dim 6 Mar - 21:04

Les minutes s'écoulaient silencieusement et Anne regardait toujours l'inconnu d'un air inquiet. Celui-ci dût le remarquer car il dit qu'elle semblait donner raison à cette réputation qu'on lui prêtait. La jeune fille n'était pas du genre à avoir des préjugés et à approuver sans réfléchir la façon dont certaines personnes en voyaient d'autres. Elle se faisait sa propre opinion des personnes qu'elle rencontrait. Comme elle était craintive, la première chose qu'elle éprouvait en rencontrant un inconnu était le plus souvent de la peur, de l'inquiétude ou de la timidité. Cependant, si la personne concernée faisait preuve de patience et de douceur, la jeune pouvait avoir une opinion tout à fait positive à son sujet. Il fallait juste plus ou moins de temps pour que cela arrive. Anne observait l'inconnu quand soudain elle remarqua un changement. Son visage, qui était auparavant impassible, s'était éclairé. Comment cela était-il possible me dites vous? Ne vous inquiétez pas, vous allez l'apprendre très rapidement. Si le visage de l'inconnu avait changé c'est tout simplement parce qu'il avait sourit. Il semblait beaucoup plus doux et chaleureux grâce à ce sourire. Tout d'abord surprise à la vue de ce dernier, Anne se sentit par la suite plus rassurée. Un homme avec un tel sourire ne pouvait pas être une mauvaise personne. L'inquiétude disparut de son regard et fut remplacée par de la timidité. C'est alors que la voix de l'inconnu se fit de nouveau entendre. Il se présenta comme étant le lord James Worthington. Worthington... Ce nom disait quelque chose à la jeune fille mais elle était incapable de se rapeller dans quelle circonstance elle l'avait déjà entendu. Une fois qu'il se fut présenté, Mr Worthington émit le souhait d'entendre le son de sa voix et de connaitre son prénom. Timide, c'est d'une tout petite voix que la jeune demoiselle répondit poliment:
"Anne....Lady Anne Farrell... monsieur..."
Bien que très timide, la jeune fille n'oubliait pas pour autant l'éducation qu'elle avait eu et dont la politesse faisait partie. Et puis comment refuser de répondre à une demande si gentille et qui était faite par une personne au sourire si rassurant? Cela ne se faisait pas. Peu de temps après, Mr Wothington se remit à parler. Selon lui, elle devait le trouver étrange de lui parler ainsi. Il n'avait pas tout à fait tort en pensant cela. En effet, la jeune fille se demandait pourquoi il était venu dans ce coin sombre à l'écart des autres et pourquoi il lui avait parlé bien qu'ils ne se connaissent pas. Ce n'est que quand le lord continua et se mit à s'expliquer qu'elle eut des réponses à ses inerrogations muettes. S'il agissait ainsi c'est apparemment parce qu'elle lui rappelait sa petite soeur quelques années auparavant. Est-ce que cela signifiait que la soeur de cet homme était comme elle avant? Sans doute. Mr Worthington ajouta qu'il n'aimait pas trop les évênements tels que la fête à laquelle il se trouvait. Il y avait trop de monde pour lui. Plus il parlait, plus Anne était surprise par ce qu'elle entendait. Elle ne se doutait pas, en venant à contre-coeur à cette fête, qu'elle rencontrerait un homme qui éprouvait les mêmes choses qu'elle concernant la foule et ces soirées mondaines. Presque un an auparavant, avant son accident, elle se serait peut être posé quelques questions. Comment était la soeur de cet homme? Aurait-elle l'occasion de la rencontrer un jour? Si jamais cela arrivait est-ce qu'elles deviendraient amies? Si ce jour là, à cette fête, elle ne se posa pas autant de questions c'est parce que le drame qu'elle avait vécut l'avait changé. Elle avait toujours eu du mal à se lier avec d'autres à cause de sa timidité et de son naturel craintif mais depuis l'accident c'était encore pire. Elle était beaucoup plus craintive qu'avant. De plus elle avait peur de se lier à une personne, de s'attacher à elle et de la perdre. La perte de ses parents la faisait toujours souffrir et elle ne supporterait pas de perdre encore un être cher.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
InvitéInvité
MessageSujet: Re: L'innocence et la fragilité d'un être (pv James Worrington) Lun 7 Mar - 13:01

Un ange passa et il pensa qu'il ne tirerait jamais un traitre mot de la demoiselle, à croire qu'on lui avait coupé la langue! Mais une voix craintive parvenant à ses oreilles lui démontra le contraire.
Sauvage mais polie! James ne la reprit pas sur l'usage du Monsieur, bien qu'il préférât se faire adresser autrement. Soucieux de respecter les usages à la lettre, et un brin snob, il aimait qu'on lui donne du "My Lord " par là et du "My Lord" par ci. Mais il n'allait pas embarrasser inutilement la jeune fille qui semblait déjà devoir faire un effort surhumain pour lui répondre,et puis, une petite voix lui disait que les autres ne s'offusquait pas tant de l'usage du Sir qui était très répandu.
Peut être était il un peu "vieux jeu"..oui sans doute.D'ailleurs elle était une égale, une Lady!

Etrangement, il ne la connaissait pas. Pourtant il avait déjà aperçu une bonne centaine de fois pratiquement toutes les personnes qui se tenaient dans la salle, il aurait pu tenir le bottin mondain si celui ci avait eu besoin de rédacteurs! Mais peut être qu'Anne Farell était tout simplement de passage. A la réflexion c'était improbable, une personne invitée était très souvent entourée des notables de la ville les ayant convié à l'évènement, ce qui n'était ici de toute évidence pas le cas.

Voyant Lady Farell se détendre, James en profita pour se pencher et lui faire un baise main, sans attarder plus qu'il ne sied ses lèvres sur cette frêle main. Craignant qu'elle ne trouve cela déplacé , malgré le fait qu'aucune règle ne prescrivait un tel geste,il lui jeta un demi sourire, de ceux qui manifestait que leur auteur était partagé entre l'excuse et le sentiment d'être parfaitement dans son droit.


- Trouvez moi inquisiteur si vous le voulez, My Lady, mais je suis confus. Confus de ne pas vous avoir reconnu, moi qui connais presque chaque visage de cette assemblée. Vous aurais je déjà croisé à Bath sans vous voir?

Sentant qu'il n'obtiendrait pas un mot de plus si il ne se montrait pas plus chaleureux, il s'empressa de rajouter:

- N'ayez pas peur de me répondre, Lady Farell. Je vous rassure tout de suite, je n'ai pas l'intention de vous suivre jour et nuit pour avoir un rapport détaillé de votre vie , je suis un homme curieux mais pas à ce point là.

Avec amusement, Worthington s'imaginait à la place d'Anne Farell. Nul doute qu'il aurait déjà lancé un regard noir et incendiaire à l'intrus venu l'importuner et le harceler de cette manière. Mais il ne pouvait se comparer à cette jeune fille, il se savait être un ours la plupart du temps, la pauvre enfant , elle, se rapprochait plutôt d'un oisillon craintif.

-Tiens..Je ne vous ai pas encore dit ce qui vous rapprochait de ma soeur à mes yeux. Vous ne devez pas trouver ça très intéressant du reste, mais qu'importe! Vous m'avez fait penser d'instinct à elle, aussi timide et renfermée qu'elle l'était à l'âge que vous devez avoir, et votre visage trahit la même nature douce calme et honnête. Elle a 25 ans maintenant.. pensez cela me fait me sentir affreusement vieux! Vous voir me rajeunit donc!
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Anne FarrellLady
Ton prénom : Hime
© : Hime
Messages : 60
Date d'inscription : 24/08/2010

Reputation
Famille: Tiddlers
Age du personnage: 16 ans
Relations :
MessageSujet: Re: L'innocence et la fragilité d'un être (pv James Worrington) Jeu 10 Mar - 22:54

Anne regardait James Worthington, toujours surprise qu'il ressente la même chose qu'elle par rapport aux réceptions mondaines et la foule, quand soudain elle fut encore plus surprise. En effet, l'homme fit une chose à laquelle elle ne s'attendait pas le moins du monde. Surtout venant d'un homme de son âge. Ce qui avait accrut la surprise qui l'habitait déjà était le fait que le lord lui ait fait un baise main. Il est vrai qu'elle avait appris que cela se pratiquait dans la haute société mais cela ne lui était encore jamais arrivé avant. Dans son esprit, un baise main était plus approprié quand il était entre deux jeunes personnes se connaissant et que le contexte était plutôt amoureux. Si c'était Andrew qui avait fait ce geste, elle aurait peut être était surprise, mais elle aurait surtout était charmée et émue. Andrew.... C'était la plus belle rencontre de toute sa vie. Elle l'avait rencontré à l'âge de dix ans, lors d'une petite réception donné chez elle et à laquelle Andrew et sa famille avait été convié. Timide, elle s'était réfugiée dans un coin du jardin après les présentations. Andrew l'avait trouvé et par son sourire et sa gentillesse enfantine, il avait réussit à la mettre en confiance. Ils s'étaient promenés ensemble parmi les fleurs et quand ils étaient arrivés au niveau d'une balançoire sur laquelle Anne s'était assise, Andrew l'avait légèrement poussé pour qu'elle se balance un peu. Depuis ce jour là, ils avaient eu plus souvent l'occasion de se revoir car leurs parents, qui étaient amis, avaient remarqué qu'ils s'entendaient bien. Au fil du temps, ils étaient devenus des amis proches. C'était d'ailleurs le seul d'Anne, qui ne fréquentait presque jamais les réceptions contrairement aux jeunes filles de son âge. La foule n'était pas compatible avec sa timidité maladive et son naturel craintif. Elle préférait à ces réceptions, faire des ballades avec Andrew, lui jouer du piano ou l'écouter en jouer. Il était si doux et si gentil qu'elle se sentait bien en sa compagnie. Elle était sereine. Tandis qu'elle repensait à Andrew, la jeune fille se demandait où il était et ce qu'il faisait. Elle n'avait plus eu de nouvelles de lui depuis qu'elle avait quitté la maison pour aller vivre à Meryton chez les Tiddlers. Si seulement il pouvait être avec elle à Bath... S'il était là elle se sentirait mieux. Tout à coup, Anne fut sortit de ses pensées par la voix de James Worthington. Il lui dit qu'il était confus de ne pas l'avoir reconnu, lui qui apparemment connaissait la plus grande partie des personnes présentes à l'assemblée à laquelle ils se trouvaient. Il lui demanda alors s'il l'avait déjà croisé à Bath sans la voir. Il y avait peu de chance que cela soit arrivé. En effet, Anne sortait très rarement et quand cela arrivait elle se rendait, avec Martha, en berline dans des endroits calmes et peu fréquentés. Avant qu'elle puisse dire ou faire quoi que ce soit, le lord parla à nouveau et lui expliqua en quelques mots qu'elle n'avait pas à avoir peur de lui répondre. En réponse à tout ce que l'homme avait dit, Anne secoua la tête. Elle voulait dire par là qu'ils ne s'étaient jamais croisés auparavant. Peu de temps après, le lord prit de nouveau la parole. Cette fois c'était pour lui expliquer en quoi elle lui rappelait sa soeur. Elle était comme elle avant. En compagnie d'Anne il avait l'impression de rajeunir. La jeune fille l'écoutait attentivement mais ne fit pas le moindre commentaires à ce qu'il avait dit. La raison était qu'en tournant la tête pour voir si Martha revenait, elle avait vu celle-ci arriver dans sa direction et en train de porter une couverture. Peu de temps après, sa gouvernante était près d'elle ce qui fit plaisir à la jeune fille. De son côté, Martha observait avec inquiétude le lord en se demandant comment il s'était comporté avec sa petite protégée qui était si fragile et sensible.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
InvitéInvité
MessageSujet: Re: L'innocence et la fragilité d'un être (pv James Worrington) Dim 20 Mar - 18:15

Elle avait secoué la tête, comme pour dire Non. Non à quoi au juste?! Etait elle offensée de ce geste pourtant anodin, était elle en train de lui dire qu'il ne s'était jamais vu, ou plutôt qu'elle ne lui faisait pas confiance?! La conversation n'était pas aisée, diable! De toute façon il n'était pas convenable d'avoir adressé la parole à une jeune fille qui ne lui avait jamais été présenté et il comprenait pourquoi elle était si réticente à lui répondre et faire entendre le son de sa voix.
Le pauvre se fourrait le doigt dans l'oeil. Il la savait timide mais il pensait que c'était surtout les règles de la Haute société qui étaient l'origine de cet étrange laconisme flagrant de la demoiselle . Comme toujours il voyait les choses à sa manière, il se mettait dans la position de la personne qu'il essayait d'analyser, mais en faisant prévaloir la réaction que lui aurait eu dans cette situation.

Mais lui n'avait pas vécu de traumatisme, et il ne se doutait de rien concernant Lady Anne Farell. Il la voyait comme une jeune fille tout à fait normale, simplement plus réservée que la moyenne et très à cheval sur les usages. Une version féminine de lui même . Il la suivit du regard lorsqu'elle tourna la tête droit dans la direction d'une femme d'un certain âge habillée très sobrement. Une femme qui lui fit penser à la petite Gabrielle dans son allure. Ce devait donc être une gouvernante. Celle de la jeune fille de toute évidence, puisqu'elle déposa une couverture sur les genoux de l'invalide avant de planter son regard sur lui. Il n'y lisait pas de la colère, juste une sorte de méfiance, une méfiance tout à fait justifiée du reste . Lui même aurait regardé d'un très mauvais oeil à l'époque, et du reste c'était toujours le cas aujourd'hui, un homme inconnu assis au côté de sa soeur. Se levant instantanément, il abaissa légèrement la tête devant la femme.


- Madame, je me présente Lord Worthington. Je me désolais de voir cette jeune demoiselle seule dans ce coin et j'ai pris le parti de venir lui tenir compagnie. J'espère que vous ne m'en tiendrez pas rigueur.

Jetant un coup d'oeil à Anne Farell qui souriait à sa gouvernante, il ajouta:

-Je pense de toute façon ne pas avoir réussi à la divertir, j'ai de toute évidence surestimer mes talents de conversationniste. Votre jeune élève a dû me prendre pour un homme un peu étrange pour oser venir m'installer à côté d'elle ainsi .Je ne voudrais donc pas m'imposer davantage, surtout à présent, maintenant que je suis certain que Lady Anne Farell dispose d'une dévouée amie en ce lieu.

Peut être après tout que cette vénéneuse Ellen avait eu raison. Il était aussi ennuyeux que la pluie, vieux et idiot. En tout cas, il ne devait vraiment pas fait du même bois que tous ces dandys beaux parleurs qui réussissait à faire sortir de leurs coquilles les plus sauvages des femmes,mais cela, on ne pouvait lui en tenir rigueur. Conscient qu'il se devait de rester courtois en toute circonstance,même lorsque sa présence paraissait être un fardeau pour ses interlocuteurs, James se pencha une dernière fois devant la muette créature , mais sans chercher à lui prendre la main. Elle n'avait après tout pas semblé très satisfaite de le voir lui faire un baise main la première fois, pourquoi en aurait il été autrement la seconde fois ?!

-Lady Farell, croyez que ce fut un réel plaisir pour moi d'avoir été à vos côtés. Peut être nous recroiserons nous à l'occasion, si bien sûr vous le souhaitez! Je suis persuadé que vous vous entendriez à merveille avec Amelia, c'est une jeune femme très douce, peut être même un peu trop si vous voulez mon avis!
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Anne FarrellLady
Ton prénom : Hime
© : Hime
Messages : 60
Date d'inscription : 24/08/2010

Reputation
Famille: Tiddlers
Age du personnage: 16 ans
Relations :
MessageSujet: Re: L'innocence et la fragilité d'un être (pv James Worrington) Ven 25 Mar - 2:05

Il y avait tellement de monde, et donc tellement de calèches et autres véhicules, à la Pump Room ce soir là, que Martha avait mis beaucoup plus de temps que prévu pour aller chercher une couverture et revenir avec. Une fois de retour dans la salle de bal, ce n'est qu'arrivée non loin de sa protégée qu'elle remarqua que celle-ci n'était pas seule. Il y avait un homme d'âge mur assis à côté d'elle. Inquiète de la présence de cet inconnu, la gouvernante se hâta de rejoindre celle sur qui elle devait veiller. Quand elle fut à ses côtés, elle déposa délicatement la couverture sur les jambes d'Anne et en profita pour regarder son visage afin d'avoir une idée de ce qu'elle pouvait ressentir. Elle y lut la joie qu'avait la jeune fille de l'avoir de nouveau avec elle mais ne réussit pas à savoir ce qu'elle pensait de l'homme brun assis non loin de là. C'est pourquoi c'est avec inquiètude et méfiance qu'elle observa ce dernier. L'inconnu sembla comprendre ce qui passait car il se leva et la salua avant de se présenter à elle et de dire quelques mots. Si elle l'avait trouvé avec Anne, c'est parce que, ne voulant pas la laisser seule, il avait décidé de lui tenir compagnie. Il espérait à ce sujet qu'elle ne lui en tiendrait pas rigueur. Comme ce qu'il avait fait semblait partir d'une bonne intention, le visage de Martha se radoucit un peu. Même si sa petite protégée était intimidée quand elle était entourée d'inconnus, elle savait qu'elle n'aimait pas trop non plus la solitude. Grâce au lord Worthington, Anne ne s'était pas retrouvée toute seule. Et il ne devait pas l'avoir trop effrayée car sinon elle aurait réagit depuis longtemps en faisant comprendre à sa gouvernante qu'elle voulait partir. Martha interrompit le flot de ses pensées quand le lord parla de nouveau. Selon lui il n'avait pas réussit à divertir la jeune demoiselle et elle avait dû le trouver étrange de venir lui parler. Etrange n'était pas le mot juste. Sa présence avait intimidé Anne tout simplement. Quant au fait de réussir à la divertir, il était assez normal qu'il n'y soit pas parvenu. Après tout il n'était qu'un inconnu. Si ceux qui connaissaient Anne avaient déjà du mal à la divertir réellement, ce n'était pas un inconnu qui allait y parvenir. Le lord ajouta qu'il n'avait pas l'intention de s'imposer davantage maintenant qu'il savait qu'Anne pouvait compter sur quelqu'un en ce lieu. Au fur et à mesure qu'il parlait, Anne et Martha sentaient qu'il était un homme bien. Un homme peut être un peu bourru et froid au premier abord parfois mais qui au fond était une personne à qui l'on pouvait faire confiance. C'est pourquoi, quand l'homme se leva et s'approcha de la jeune lady avant de se pencher vers elle, cette dernière n'éprouva pas de crainte mais de la curiosité, teintée il est vrai d'une pointe de timidité. Le lord Worthington lui dit que cela avait été un plaisir d'être à ses côtés. Peut être qu'ils se recroiseraient un jour si elle le voulait. Il conclut en disant qu'il était persuadé qu'elle s'entendrait avec Amélia, qui devait être sa soeur. Après ces paroles le silence s'installa et cela dura jusqu'à ce qu'Anne incline légérement la tête pour saluer son interlocuteur avant de se mettre timidement à parler:
"Je...je vous remercie de m'avoir tenu compagnie....J'ignore si je reviendrais ici mais ce serait un honneur de rencontrer votre soeur."

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
InvitéInvité
MessageSujet: Re: L'innocence et la fragilité d'un être (pv James Worrington) Dim 17 Avr - 21:18

Citation :
"Je...je vous remercie de m'avoir tenu compagnie....J'ignore si je reviendrais ici mais ce serait un honneur de rencontrer votre soeur."

La gouvernante l'avait gratifié d'un regard sinon chaleureux du moins bienveillant ou approbateur. Elle ne lui tenait donc pas rancune de son attitude sans gêne et il en était soulagé à vrai dire! Les gouvernantes se révélaient souvent être de véritables cerbères quand il s'agissait de défendre et de protéger leurs élèves ou leurs protégés, celle là semblait bien être de ce lot là et avoir à en démordre avec elle pour justifier de son attitude ne lui aurait vraiment pas plu.
Quand à la jeune femme, elle n'avait pas laissé le silence répondre à sa place et lui avait donné une réponse, à son grand étonnement.

Tout compte fait, il ne semblait pas l'avoir tant ennuyé que ça, c'était une bonne chose. Il sentait bien qu'elle n'était pas vraiment enthousiaste à l'idée de retourner à un bal de ce type, elle n'aimait pas la foule, tout comme lui.Ces choses là se devinaient aisément! Mais l'idée de rencontrer Amélia ne paraissait pas lui être désagréable.. mais peut être essayait elle simplement d'être poli en répondant ainsi. Il ne l'espérait pas car il était sûr que sa soeur ne pourrait qu'avoir une bonne influence sur cette craintive jeune fille..jeune fille ou femme, elle semblait si fragile qu'il avait tendance à plus la prendre pour une jeune fille, ce qu'elle n'était plus, assurément. Elle était à la limite de l'enfance, mais plus proche de l'âge adulte et il s'en rendait bien compte.

Ne sachant que rajouter il s'apprêta à repartir.. il inviterait sans doute quelques dames à danser.. après tout, il n'avait que ça à faire. ça, et manger ou boire.. ou bien discuter, mais le choix de partenaires intéressantes était vraiment restreint. Il opta donc pour rester au moins deux minutes de plus avec Anne Farell. Il repartirait ensuite et la laisserait tranquille avec sa fidèle compagne. Rajustant ses gants, il posa donc une dernière fois son regard franc sur la calme lady.


-Mais Miss je pense que tout l'honneur sera surtout pour ma soeur et pour moi même. Vous n'avez pas tout à fait le même âge mais je puis vous assurer qu'elle est bien différente de moi. C'est une personne un peu timide mais très chaleureuse et avide de nouvelles amitiés! Elle est particulièrement intéressée par la musique mais aussi par la géographie..oui c'est un peu étrange je vous le concède! Enfin, je pense que je ne vais pas m'étendre sur le sujet, une fois lancé sur le sujet de ma soeur, il est difficile de m'arrêter.

Quelle image devait il donner.. celle d'un grand frère attentionné et surtout un peu gâteux. Un peu gêné, il se racla la gorge .

-Hummm. Je ne sais pas où vous demeurez, mais ma soeur et moi sommes au Royal Crescent tout comme vous très probablement. Nous serions ravis de votre visite. A présent je vais vous laisser, je me suis déjà attardé plus qu'il ne sied. Je vous souhaite une bonne soirée mylady, et à vous aussi Madame.

Une dernière courbette et il s'éloigna, se dirigeant droit vers le bol de punch. Il avouait une petite faiblesse pour l'alcool.. surtout pendant ces soirées mondaines.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: L'innocence et la fragilité d'un être (pv James Worrington)

Revenir en haut Aller en bas

L'innocence et la fragilité d'un être (pv James Worrington)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Evangelinne, La richesse de la rose, c'est sa fragilité [VALIDEE]» La fragilité du diamant est d'une infinie pureté (Privé)» Nos fragilités sont de loin une force plus qu'insoupçonné [...] Une richesse de l'âme. - Mikhaïl. [UC} } pris par ari» (f ≈ bridget scartelee) ta fragilité est contagieuse.» Rose Weasley ~ La richesse de la rose, c'est sa fragilité ~ [Poufsouffle]
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Remember Austen, RPG du XIXe ::  :: Pump Room-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit