AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

La misère est une chose, la pitié une autre ... (ft. Timothy Leycester)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Lynn CornwellMiss.
Ton prénom : Alex, Lexou, Lexia, Lexina, Minus, Purée de framboise, Choupinette, Crème anglaise, Cremouille
Célébrité : Doutzen Kroes
© : LLAM
Messages : 1916
Date d'inscription : 06/10/2010

Reputation
Famille: Brighton Regiment
Age du personnage: 22 ans
Relations :
MessageSujet: La misère est une chose, la pitié une autre ... (ft. Timothy Leycester) Mer 9 Mar - 23:16

&&


Jour de marché, Lynn allait pouvoir s’acheter, ne serait-ce un quignon de pain, pour réduire la famine de son ventre. Envie de tout dévorer, elle devrait au contraire faire attention à la moindre miette de ce qu’elle achèterait. Faire durer le bien le plus longtemps possible. Les temps étaient durs en ce moment, elle ne pouvait commettre aucune faute, mais elle avait si faim. Alors qu’elle dévorait des yeux, les différents pains présents sur l’étal, le boulanger lui demanda de se dépêcher de lui dire ce qu’elle voulait, puis de déguerpir. Aimable comme une porte de prison, cet homme était froid avec elle, mais elle ne fit guère allusion au ton sec de ce dernier. Au contraire, ce détail lui passa au dessus des esprits. Elle pointa un petit pain et lui demanda de le lui donner, en échange de quoi, elle lui donna la somme due. Après cet achat, Lynn remarqua qui lui restait assez pour prendre quelque chose d’autre, jour de fête, généralement, elle ne pouvait se le permettre. Elle se rua donc vers un autre étal pour acheter autre chose que du pain. Heureuse d’avoir de quoi manger, Lynn repartit les mains chargées de son précieux repas.

Heureuse à tel point, qu’elle entonna la chansonnette, chose rare depuis ses derniers mois. Elle avançait gaiement, il ne manquait plus qu’à trouver un petit coin tranquille et à l’ombre. Et justement, elle savait parfaitement où elle pourrait s’installer. Les Docks ! C’était certes un peu bruyant, mais c’était au grand jour, et puis elle savait parfaitement se faire toute petite, ainsi elle ne gênerait personne. Non, personne. Chantonnant, Lynn avançait de bon train, il faut dire qu’elle avait hâte de mordre à pleine dent dans une pomme. Elle arriva sur les ponts qui l’emmèneraient directement à destination. Malheureusement, quelqu’un la percuta de plein fouet. Sous le choc, elle fit tout tomber, certaines pommes roulèrent et tombèrent à l’eau. Elles étaient perdues. Quant au pain, il pourrait probablement être encore mangé. A condition de ne pas toucher à l’extérieur. Furieuse, elle se releva et foudroya le responsable.

« Vous ne pouvez pas faire attention. Comment vais-je faire maintenant ? Que vais-je manger ? »

Devant elle se dressait un jeune homme. A son allure, Lynn remarqua qu’il s’agissait là d’un homme de bonne famille, noblesse ou aristocratie, peu importe. A son comportement, cet homme était riche. Il allait lui rire au nez c’était certain, qu’en avait il à faire ? Il pouvait manger à sa faim, alors ce genre de petits soucis n’allait guère le préoccuper. De ses achats, elle n’avait pu sauver qu’une pomme et son morceau de pain, qu’elle essuya machinalement pour tenter d’enlever la poussière.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://remember-austen.forumactif.com/the-characters-f6/lynn-cornwell-l-innocence-est-une-vertu-t827.htm#60576 http://remember-austen.forumactif.com/qui-veut-un-lien-f51/lynn-cornwell-l-insouciance-d-un-enfant-est-une-perle-rare-en-ce-monde-t846.htm#60913
InvitéInvité
MessageSujet: Re: La misère est une chose, la pitié une autre ... (ft. Timothy Leycester) Mar 29 Mar - 8:14

    Le soleil perçait bravement les nuages de Bath, apportait une douce chaleur aux habitants qui se promenaient sur les docks en cette fin de matinée. Sa mère, sa sœur et sa cousine devaient encore dormir, songea-t-il en retenant un sourire. La veille, ou plutôt ce matin même, la famille était rentrée bien tard d’un bal donné par des amis des Leycester. Pourtant le sommeil avait rapidement quitté le jeune homme. Quand il avait ouvert les yeux, il se sentait aussi reposé qu’après une longue nuit. Alors en faisant attention à ne réveiller personne, Timothy s’était habillé et, après avoir laissé un mot, au cas où, pour que sa mère ne s’inquiète pas trop, était parti à la conquête de cette ville. Après tous ces mois de terreur, d’incertitude, d’isolement, il arrivait enfin à apprécier cet endroit. C’était un étonnant mélange de personnes qu’il ne connaissait pas du tout et d’amis de Meryton, de tristesse des réfugiés et de satisfaction de cette vie inchangée, sûre des natifs. Cependant, Timothy ne doutait pas que dès l’annonce du Roi qui autoriserait le retour dans les campagnes, il serait heureux de retrouver son foyer de Meryton. En attendant, il se satisfaisait de cette nouvelle vie.
    En proie à ses pensées, ses rêveries coutumières, il ne remarqua pas la jeune femme qui marchait dans sa direction. Ce n’est qu’en la bousculant bien trop brusquement qu’il s’aperçut de sa présence. Il eut juste le temps de voir quelques pommes rouler jusqu’au fleuve avant de se faire agresser par l’inconnue. Il soutint son regard avec fermeté, bien que ses lèvres se crispaient dans une moue désolée. Il avait fait perdre le repas de cette femme, probablement le seul de sa journée. L’argent dans sa poche sembla soudain le brûler.

    « Je… Je suis désolé, madame. »
    Il l’observait essuyer la pomme et le quignon de pain qui lui restaient. La culpabilité serrait sa poitrine à lui en faire mal.
    « Je peux vous rembourser ! »
    Timothy esquissa un mouvement pour sortir sa bourse. Il savait que les plus démunis éprouvaient parfois des difficultés à accepter une aide, quelle qu’elle soit, par fierté ou par méfiance. Mais le geste du jeune homme en cet instant était réellement sincère.
    « Combien voulez-vous ? interrogea-t-il en relevant les yeux vers la jeune femme, un sourire affable sur les lèvres. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Lynn CornwellMiss.
Ton prénom : Alex, Lexou, Lexia, Lexina, Minus, Purée de framboise, Choupinette, Crème anglaise, Cremouille
Célébrité : Doutzen Kroes
© : LLAM
Messages : 1916
Date d'inscription : 06/10/2010

Reputation
Famille: Brighton Regiment
Age du personnage: 22 ans
Relations :
MessageSujet: Re: La misère est une chose, la pitié une autre ... (ft. Timothy Leycester) Mer 6 Avr - 3:21

Alors qu’elle essuyait machinalement ses pommes sauvées et son quignon de pain, l’homme en face d’elle la regarda. Cependant, il avait l’air désolé de l’avoir bousculé. Etait-ce possible de l’être ? Il était de bonne famille et Lynn ne ressemblait pas à grand-chose dans ses vêtements, quoiqu’elle fût également une femme de haute condition. Enfin, Lynn allait devoir se passer de faire taire son ventre insatiable et de se contenter de ce qu’il restait dans ses bras. Lynn ne s’était pas trompé, cet homme était désolé de l’avoir bousculé. Soit mais ses excuses n’allaient pas lui faire récupérer ce qui était tombée dans l’eau. Etre désolé était si pathétique dans ce genre de situation. Néanmoins, il lui proposa de la rembourser, il était prêt à lui donner le montant qu’elle demanderait. Ainsi, il croyait pouvoir la dédommager. Enfin, il le pouvait très certainement, mais Lynn se sentit de suite offusquée. Elle ne pouvait accepter cet argent. C’est ainsi que Mademoiselle fit la gourde.

« Je n’ai pas besoin de votre argent, gardez le ! Après tout, vous avez devant vous Miss Lynn….. »

Idiote ! Lynn venait de faire la bêtise qu’elle n’aurait pas du faire. Cet homme voulait l’aider, elle aurait du tout simplement accepter et partir. Mais non, par fierté et orgueil - chose qui ne lui ressemblait pas réellement, mais avec la fait à ses trousses, Lynn changeait du tout au tout – elle venait de refuser cette aide tomber du ciel. Elle aurait pu lui demander bien plus que ce qu’elle n’avait payé pour ses malheureuses pommes ou ce quignon de pain. Maintenant, il était trop tard, elle venait de vendre la mèche. Elle venait de lui révéler sa condition sociale. Deux choses pouvaient donc arrivés : soit il lui rirait au nez et à la barbe (quoiqu’elle n’ait pas de barbe), soit il s’interrogerait sur elle. Pourquoi avait-elle fait une telle déclaration ? Lynn fronça les yeux et chercha une solution, une solution rapide et efficace. Soudain, une idée lui survint. Encore fallait-il qu’il accepte. Elle avait décidé de tout lui dire, peut être que ce serait mieux ainsi, ou non.

« Oui, vous avez bien entendu, je suis une Miss, une Miss dans une situation peu adéquate. Si vous désirez connaitre l’histoire, invitez-moi à manger. Ainsi vous me rembourserez pour la perte de mon bien. »

L’idée lui semblait équitable et simple. Ensuite, tout dépendrait de lui. Tout dépendrait de sa réaction. Soucieuse, elle attendit patiemment la réponse, se tortillant les doigts, se mordant les lèvres. Que le temps lui semblait long.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://remember-austen.forumactif.com/the-characters-f6/lynn-cornwell-l-innocence-est-une-vertu-t827.htm#60576 http://remember-austen.forumactif.com/qui-veut-un-lien-f51/lynn-cornwell-l-insouciance-d-un-enfant-est-une-perle-rare-en-ce-monde-t846.htm#60913
InvitéInvité
MessageSujet: Re: La misère est une chose, la pitié une autre ... (ft. Timothy Leycester) Lun 18 Avr - 20:18

    La jeune femme vêtue de haillons, qui frottait ses quelques pommes et son quignon de pain comme les plus grands joyaux de ce monde venait-elle bien de se présenter en tant que Miss ? Timothy avait du mal à y croire. Peut-être était-elle folle ? Pourtant, il avait toujours entendu dire que les personnes à l'esprit un peu dérangé avait l'air hagard, le regard vide, presque mort. Or, la jeune femme devant lui, quoique un peu sale, paraissait jolie et censée. Rien à voir avec ce qu'on lui avait raconté.
    Alors qu'il allait demander confirmation, la jeune femme lui assura d'elle-même qu'elle ne s'était pas trompée. Timothy fronça un instant des sourcils, intrigué. Qu'est-ce qui avait bien pu l'emmener aussi bas ? Intrigué, il céda donc à la requête de cette inconnue.

    " Ce sera avec plaisir, déclara-t-il avec un petit sourire. "
    Il se doutait qu'il allait se faire arnaquer : la jeune femme demanderait sûrement bien plus que l'équivalent de son maigre déjeuner tomber à l'eau, mais le benjamin Leycester n'en avait que faire. Qu'elle soit vraie ou non, l'histoire de sa nouvelle compagne promettait d'être intéressante. L'assurance avec laquelle elle lui parlait lui indiquait qu'elle ne devait avoir que faire d'un chaperon. L'avait-elle semé ou bien n'en avait-elle pas du tout ? Peut-être son père et ses frères avaient-ils été assassinés, et elle avait du s'enfuir avec sa mère et ses sœurs et changer de nom et de rang pour protéger sa vertu. A moins qu'elle n'ait rencontré un quelconque gentleman pas si gentleman que cela, qu'il lui ait fait de belles promesses et l'ait abandonnée une fois loin de son foyer, sa réputation traînée dans la boue.
    Le jeune homme avait conscience qu'il s'embarquait dans de grandes envolées romanesques. La vérité promettait d'être moins romantique. Probablement un malheur était arrivé à ses proches à cause de l'épidémie. Ce qui n'aurait pas été étonnant vu ces derniers mois...

    " Que voulez-vous pour déjeuner ? demanda-t-il sans abandonner son petit sourire, tout en lui offrant son bras. "
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Lynn CornwellMiss.
Ton prénom : Alex, Lexou, Lexia, Lexina, Minus, Purée de framboise, Choupinette, Crème anglaise, Cremouille
Célébrité : Doutzen Kroes
© : LLAM
Messages : 1916
Date d'inscription : 06/10/2010

Reputation
Famille: Brighton Regiment
Age du personnage: 22 ans
Relations :
MessageSujet: Re: La misère est une chose, la pitié une autre ... (ft. Timothy Leycester) Sam 7 Mai - 21:39


Il lui avait causé du tort, il devait donc rembourser. Rien de plus normal. Lynn semblait satisfaite de ce coup du sort. Elle aurait de la compagnie et aussi de quoi manger. Mais surtout, elle allait pouvoir se régaler, et oubliait le pain et les pommes, ce qui n’était très certainement pas grand-chose, vu ce qu’elle allait manger à l’auberge. Il avait accepté de l’inviter, et d’écouter son histoire. Elle avait désigné une auberge, non loin de là où ils se trouvaient. Lynn, enjouée, partir d’un pas ferme, tout en vérifiant qu’il la suivait. Une fois installé, il lui demanda ce qu’elle désirait prendre. Elle aurait bien volontiers prit quelque chose d’énorme, quelque chose qui la satisferait amplement, mais elle se retint, et préféra rester sage sur ce point. Elle ne pouvait pas non plus se permettre de tout prendre d’un coup, surtout qu’elle n’allait rien payer. Elle choisit donc un repas des plus modestes, ce qui, apparemment, surprit son hôte. Elle attendit d’être servie, elle devait lui raconter son histoire, mais ne savait pas par ou commencer. Il y avait tant à dire, mais peu de temps pour le faire, elle n’allait tout de même pas s’éterniser autant. Elle était servie, son plat fumait devant elle, tout comme il dégageait des senteurs presque qu’oubliées. Elle aurait pu se jeter dessus, mais les bonnes convenances désiraient qu’elle se montre autrement à table. Et puis, elle avait un récit à conter. Elle prit donc une grande inspiration et commença.

« Je m’appelle Lynn Cornwell, Miss Lynn Cornwell. Je suis originaire d’une petite ville d’Ecosse, dans les environs d’Edimbourg. J’ai quitté l’Ecosse, pour partir à la recherche de ma sœur, Jenny. Elle était mariée à un soldat, dont j’ai retrouvé la trace à Meryton. Cependant, et avec l’épidémie déclarée, rien ne s’est passé comme il fallait. J’ai perdue l’unique piste que j’avais, j’ai été abandonné par celui qui m’hébergeait, je ne sais pas où il se trouve, mais j’ai également perdu les richesses que j’avais avec moi. C’est à cause de ces événements que je me retrouve ainsi aujourd’hui. Je n’ai plus que mon titre de Miss, le reste n’est plus que du vent. Je n’ai même pas de robe digne pour. »

Elle avait résumé sa vie très très très brièvement. Elle ne voulait en aucun cas s’attarder sur des éléments superficiels. Et puis, moins il en savait, mieux se serait. Il n’avait nullement besoin de tout savoir. Une fois son récit terminé, Lynn prit une première bouchée de son repas, et commença à manger doucement et délicatement. Les bonnes manières revenaient d’elle-même. Toutefois, elle ne connaissait rien de son hôte, elle tenta donc d’en savoir plus. Même si une chose était déjà certaine, il devait appartenir soit à l’aristocratie, soit à la gentry.

« Comment vous appelez vous ? »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://remember-austen.forumactif.com/the-characters-f6/lynn-cornwell-l-innocence-est-une-vertu-t827.htm#60576 http://remember-austen.forumactif.com/qui-veut-un-lien-f51/lynn-cornwell-l-insouciance-d-un-enfant-est-une-perle-rare-en-ce-monde-t846.htm#60913
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: La misère est une chose, la pitié une autre ... (ft. Timothy Leycester)

Revenir en haut Aller en bas

La misère est une chose, la pitié une autre ... (ft. Timothy Leycester)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» ROXAKYEL > « un rêve sans étoiles est un rêve oublié »» Haiti : Se défouler pour oublier la misère...noire» Un Temps pour chaque chose:Le Choix Judicieux» Sans l'aide de la diaspora, Haïti sombrerait dans la misère» [FINI]Oups... Ou comment penser à autre chose ! [PV]
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Remember Austen, RPG du XIXe ::  :: Petits ponts-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forumactif.com