AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

"Demoiselle en détresse" With Crystal

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
William ShatterneyMr.
Ton prénom : Ornella (Nella, Sweetou)
Célébrité : Ben Barnes
© : ©Friendly fires
Messages : 1457
Date d'inscription : 21/07/2010
Localisation : Lyon

Reputation
Famille: Tiddlers
Age du personnage: 21 ans
Relations :
MessageSujet: "Demoiselle en détresse" With Crystal Jeu 18 Nov - 19:20

Il était tard, et William était en retard pour le bal. Il avait prévu de s'y rendre un moment. Il comptait bien profiter de tous ces déguisements pour parler avec les gens. Sans déconvenue, avec franchise et honnêteté. Non pas qu'il soit menteur d'habitude, mais le fait de ne pas voir les visages était rassurant.
William aimait bien Halloween. Cette période était agréable à vivre. Moins de pression, plus de joie, de l'enthousiasme. Avec l'âge, il avait commencer à apprécier ce jour original et toute cette agitation autours du jours J.
Cette année, pour sa première année ici il allait assister à un Bal. Un bal masqué qui plus est.
Il avait au fond de lui un profond désir, revoir celle qui faisait battre son coeur, la douce Crystal. Il voulait au moins la revoir. Ils s'était quitter d'une bien étrange manière, et il ne savait plus à quoi s'attendre. Folie, peur de l'engagement, secrets inavouables... Qui aurait pu dire quelle mouche avait piquée la jeune femme.
Même si il ne souhaitait pas d'explications, il souhaitait savoir si elle voulait le revoir. Il devait le lire dans ces yeux.

Il mis donc sa cravate rouge sang, lissa sa veste de costume coupée sur mesure, ajouta des boutons de manchettes, enfila ces gants et pris son chapeau. Puis il décendit l'escalier, et s'engouffra dans la voiture (dans le sens "votre voiture/calèche est la Mr"^^).

"Allons-y Paul, et pressez vous, je voudrais pas être en retard plus que nécéssaire" Pourvu que son cocher fasse vite.

Au fur et à mesure que le temps passait, la tension monta d'un cran. Ce n'était pas exactement de la peur, mais plus de l'appréhension mêlée à de l'impatience. Quoi qu'il en soit son estomac faisait des siennes. Il respira donc profondément et rassembla ces idées. Déjà il arrivait en vue de la salle de bal.

Aller encore quelques mètres et il faudrait s'extirper de la cabine rassurante pour entrer dans le monde.
Aller tu es prêt pour voler de tes propres ailes ce dit il. Il fallait bien se donner un peu de courage. Lydia n'était pas avec lui pour attirer toute l'attention. Elle n'était pas la pour le faire sentir minuscule et invisible. Non la il aurait autant sa place dans la foule que tous les autres.
Il semblait avoir déjà beaucoup de monde et d'animations. Les musiciens jouaient fort, les gens rigolaient... oui l'ambiance de fête semblait ce dégager de tous les côtés.

William sortis de la cabine et marcha vers son destin. Il ne savait pas quelles surprises allaient li réserver cette longue, longue nuit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://remember-austen.forumactif.com/t640p60-wiliam-shatterney-etre-naturel-est-aussi-une-pose-et-qui-plus-est-la-plus-irritante-que-je-connaisse#76488
avatar
Crystal RadcliffeMiss.
Ton prénom : Morgy
Célébrité : Anne Marie Van Dijk
© : Cristalline & Moi
Messages : 4166
Date d'inscription : 01/06/2010

Reputation
Famille: Brighton Regiment
Age du personnage: 25 ans
Relations :
MessageSujet: Re: "Demoiselle en détresse" With Crystal Ven 19 Nov - 2:36

Spoiler:
 

La soirée commençait à s'avancer et l'alcool avait beaucoup tourné dans son verre. Beaucoup trop même. Son chapeau de sorcière penchait à présent sur le côté, le noir qui cernait ses yeux avait un peu coulé, et même sa poudre blanche ne suffisait plus à faire disparaître les rougeurs de ses joues -ce qui restait pourtant, il fallait l'avouer, plus que sexy. La soirée avait aussi prit un tour plus intime, enfin ce qu'Ils considéraient comme une ambiance intime. Les langues se déliaient -les cruches jacassaient plus fort-, les toilettes étaient moins sophistiquées -les mèches sortaient du chignon-, et les plus vieux comme les plus jeunes étaient enfin partis pour laisser place aux personnes plus.. intéressantes et abordables.

Tout de même. La foule devenait étouffante et Crystal suffoquait. Sa tête, ses oreilles bourdonnaient; elle n'en pouvait plus. C'était surtout sans compter sur les vertiges qui la prenaient à chaque mouvement brusque. Il fallait qu'elle sorte de là, qu'elle s'éloigne prendre l'air. Elle se mit à jouer des coudes, plus ou moins discrètement suivant si le Lord était mignon ou la Miss hautaine, et parvint enfin à s'en sortir. Le contraste lui parut d'ailleurs surprenant. Les gens s'agglutinaient tellement autour des musiciens qu'ils formaient une véritable barrière à la musique ! Il n'empêchait que le volume sonore demeurait trop élevé pour sa pauvre tête malmenée par le vin et qu'elle dut s'éloigner plus encore.

Les ruines avaient au moins un avantage, elles étaient vastes... et désertes surtout. La jolie sorcière saoule put donc à son aise tituber entre les vieilles pierres jusqu'à ne plus rien entendre de la fête. Un véritable soulagement ! Une chose pourtant vint titiller son instinct de survie -bien plus élevé que la moyenne puisqu'elle pensait à elle environ 23h50 sur 24h. Le seul son n'avait pas disparu: les lumières aussi. Jusqu'ici elle ne l'avait remarqué car étant en terrain découvert, les étoiles éclairaient sa route, mais là c'était le noir total. Ou diable s'était-elle encore fourrée ! Elle fit un tour sur elle-même pour identifier les lieux, trébucha, se redressa, jura, et ne le découvrit toujours pas. Vraiment pas pratique l'histoire ! Sans compter que cette soudaine prise de conscience accompagnée d'une délicate brise fraîche lui avait remis les idées -plus ou moins- en place... Pour lui faire comprendre qu'il y avait en fait un vent glacial.

Elle devait tourner en rond dans ce qui semblait être une forêt (des arbres, pas de ciel, ça devait être ça...) lorsqu'elle entendit enfin des voix. Songeant qu'elle était surement dans le bois cernant les ruines, elle se précipita -sans trop trébucher crut-elle- jusqu'à ce qu'elle pensait être d'autres invités de la réception en promenade. Il lui fallut un moment avant de comprendre que deux hommes ne se baladent pas seuls, en pleine nuit, aux alentours d'une fête, sans avoir soit des intentions malhonnêtes, soit tout, sauf l'envie d'être dérangés. A leurs regards, elle songea qu'elle avait eu le malheur de tomber sur la première option. Pourtant toute saoule qu'elle était, Crystal ne vit d'abord aucune difficulté à se sortir de cette situation. C'est donc un immense sourire aux lèvres et son chapeau bien remis droit sur sa tête -ou du moins le pensa-t-elle- qu'elle prit un air digne, ignorant la feuille accrochée à ses cheveux qui lui chatouillait la joue, et fit une révérence avant de faire demi-tour... Et de partir en courant.

Il leur fallut à peu près une demi-seconde pour la rattraper. Doit-on préciser qu'elle leur avait facilité la tâche en marchant sur son jupon dès son deuxième pas et en s'étalant de tout son long ? C'est ainsi que sans surprise, la demoiselle sentit deux paires de bras robustes la remettre sur pieds, un peu trop brutalement. Elle retint une remarque dédaigneuse en songeant qu'ils ne devaient même pas être si robustes que ça s'ils avaient du se mettre à deux pour soulever son poids plume, ce n'était pas le moment après tout. Elle garda au moins conscience d'une chose, elle était en danger. Alors, et logiquement, elle hurla à plein poumon, comme sa conscience le lui dictait. En fait, elle ne s'arrêtait plus, une vraie alarme incendie ! La seule chose qui l'arrêta, ce fut le coup de bois qu'elle reçut sur la tête qui l'assomma.

Ils étaient vraiment bêtes ces hommes. Ce n'était pas comme si elle avait déjà eu besoin de méthodes aussi rustres pour se faire attirer dans une chambre, elle les aurait suivi bien volontiers s'ils avaient daigner faire quelques sourires et courbettes !

_________________


Tout désir que nous cherchons à étouffer, couve en notre esprit et nous empoisonne. Que le corps pèche une bonne fois, et c'en est fait de son péché, car l'action a une vertu purificatrice [...] Le seul moyen de se délivrer de la tentation, c'est d'y céder. Wilde
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://remember-austen.forumactif.com/acceptes-f37/crystal-radcliffe-t478.htm http://remember-austen.forumactif.com/qui-veut-un-lien-f51/crystal-radcliffe-vous-adorerez-la-detester--t486.htm
avatar
William ShatterneyMr.
Ton prénom : Ornella (Nella, Sweetou)
Célébrité : Ben Barnes
© : ©Friendly fires
Messages : 1457
Date d'inscription : 21/07/2010
Localisation : Lyon

Reputation
Famille: Tiddlers
Age du personnage: 21 ans
Relations :
MessageSujet: Re: "Demoiselle en détresse" With Crystal Mer 15 Déc - 1:07

Charmant bal, charmante compagnie, charmantes demoiselles,charmante toilette, charmantes discutions et charmantes serveuses. Voila ce qui passait en boucle dans la tête depuis tout à l'heure. C'est ce qu'avait dit Lydia avant qu'ils rejoignent "les partenaires" qu'elle avait choisis pour nous. Une splendide brune pour moi, et un comme caché sous un bandeau de pirate. Ces mots tournoyaient dans sa tête comme un vent venu du sud sur le les feuilles d'un jardin.
Il était censé répondre "Charmant" à tout, à tout ce dont il n'avait pas écouter. Il perdait si souvent le cours de ces pensées, que Lydia avait imaginer pour lui: sa botte secrète.
"Que pensez vous de ce bal Mr Shatterney" lui dit Joyce. "Charmant" lui répondit il. Et ainsi de suite jusqu'à ce qu'elle appel "Serveuse" pour avoir un nouveau verre. "Charmante". Une claque plus tard, Willam sorti prendre l'air sur le balcon. Mais la, immobile, lui viens l'envie de faire pipi. Horriblement. Terriblement. La faute aux merveilleux cocktails. Et au Whisky. "Avec glace pilé".

Le voila donc légèrement titubant, parcourant la maison de long en large pour trouver les commodités. Arriver en bas de l'escalier, il vit la forêt autour de la salle de bal.
Parfait. Juste ce dont il avait besoin. Il sorti donc en attrapant un chapeau noir et une cape sombre en s'enfonça dans la forêt. Il marcha d'un pas décidé jusqu'à ce rappeler de pourquoi il était la. Après avoir soulager ces besoins contre un arbre (bestiaaaal ><) il retourna sur ces pas. Mais ça n'allait pas être si facile. Il ne voyait plus la bâtisse, il distinguait à peine ces empruntes de pas à un mètre devant lui. Il ferma les yeux deux minutes, inspira, expira et commença son périple. Après deux où trois minutes de lutte, il s'assit par terre, pour réfléchir à une solution (sort ton GPS benêt!) mais il ce releva subitement.

Il avait entendu quelque chose. pour sur. Un cri, comme un cri étouffer. Ce n'était pas bien loin. Étrange, ce genre de bruit en pleine forêt surtout.
Tout abruti qu'il était par le froid et l'alcool, WIlliam ce dit que ce pouvait être sa soeur qui avait des ennuis. A cet pensée, son sang ne fit qu'un tour et lui ramena tous ces esprits. Il marcha d'un pas vif et déterminé (autant que son état le lui permettait) à la recherche de ces mystérieux bruit.
Sa y est, c'était la, juste derrière ces petits arbres. Des sons étouffés comme une bagarre dans la neige. Il hissa doucement sa tête et ce faufila devant la rangée d'arbrisseaux.

Des bandits étaient en train de plaquer au sol la frêle Crystal. SA Crystal. La prunelle de ces yeux. Des flammes dansaient devant ces yeux, et une forte décharge d'adrénaline parcouru son corps. La il ce jetta dans la mêlée. Sans réfléchir. (comme un gros blond, mais il l'aiiiimeuuuh!) Il fallait la sauver de ces brut, qu'il ne touche plus un seul de ces magnifique cheveux, qu'ils enlèvent leurs énormes mains de ces hanches et de son doux visage. Il s'approcha d'un des homme, lui attrapa les cheveux et lui cogna la tête sur une des pierre à proximité.
Pour le second ça allait être une autre paire de manche. Il s'était lever et approchait dangereusement de William. Un crochet du droit éviter de justesse. Un crocher du gauche qui avait légèrement frôler son estomac. Le bandit recula de quelques pas comme pour jauger son adversaire. Il profita de ce répis pour respirer un grand coup,jetter un coup d'oeil à Crystal et ramener ces points devant sa figure. Il était près au combat.
Mais l'autre imbécile avait une autre idée en tête. Il ce jeta tête baissé sur William sans doute pour l'écraser au sol. De peur, William eu un réflexe tout naturel, il leva sa jambes pour arrêter le fou furieux. Son genoux vaint rencontrer la machoir du pauvre gars qui s'écroula comme une masse.

Lui, le pauvre chétif enfant avait mis en déroute ces bandits de grand chemin. Une petite victoire pour l'homme, un grand pas pour William Shatterney.

Il allait pouvoir ce consacrer à sa belle Crystal.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://remember-austen.forumactif.com/t640p60-wiliam-shatterney-etre-naturel-est-aussi-une-pose-et-qui-plus-est-la-plus-irritante-que-je-connaisse#76488
avatar
Crystal RadcliffeMiss.
Ton prénom : Morgy
Célébrité : Anne Marie Van Dijk
© : Cristalline & Moi
Messages : 4166
Date d'inscription : 01/06/2010

Reputation
Famille: Brighton Regiment
Age du personnage: 25 ans
Relations :
MessageSujet: Re: "Demoiselle en détresse" With Crystal Mer 22 Déc - 21:47

Diable que sa tête lui faisait mal ! Ne connaissaient-ils donc point la galanterie pour avoir frappé si fort ? Pour avoir frappé tout court, d'ailleurs, la pauvre jeune femme sans défense qu'elle était ! Mais ce n'était rien, elle était pleine de ressources ! Elle allait... Elle allait... Bon, elle était un peu à court pour le moment ! Il fallait aussi dire qu'en plus de l'alcool qui lui tournait déjà fortement la tête, le coup n'avait rien amélioré ! C'était comme si un tambour s'était coincé dans sa tête et qu'en même temps qu'il jouait, le musicien tournait, tournait, tournait ! Pas vraiment l'idéal pour trouver une solution pour se sortir de ce pétrin...

Bon, trouver une solution réfléchie lui serait impossible, il fallait se rendre à l'évidence. Alors, elle allait faire ça... "au feeling" ! De toute façon, dans son état, même cette idée lui sembla idéale. C'est ainsi qu'alors que les hommes allèrent chercher son chapeau, envolé plus loin, sans doute pour "cacher les preuves", elle tenta de se relever pour prendre ses jambes à son coup. Malheureusement, elle avait surestimée ses forces, et sous-estimé l'attention que lui portait ses ravisseurs. Lorqu'elle tenta de se relever, ses jambes se dérobèrent sous son corps tant les forces lui manquaient, et les hommes lui sautèrent dessus et la trainèrent derrière un buisson. Super ! En plus de voir s'envoler toute nouvelle chance de fuite, elle avait réduit les minutes qui la séparaient de son agression à venir. Elle tenta de se débattre, de crier de nouveau... En vain. Elle sentait déjà leurs mains relever ses jupons, leurs lèvres répugnantes embrasser sa mâchoire... Alors ses yeux se fermèrent et elle attendit patiemment que tout prenne fin, priant pour que cela arrive le plus tôt possible.

Et puis tout à coup, elle ne sentit plus le poids de leur corps écraser le sien. Leurs mains poisseuses quittèrent sa peau de pêche et leur salive ne vint plus la souiller... Que se passait-il ? Elle ouvrit lentement un œil, puis ne voyant plus personne près d'elle, un deuxième. Tout était flou, la terre tanguait, mais quelle importance puisque lorsqu'elle tourna la tête sur le côté, elle Le vit. Il était venu à son secours, tel un preux chevalier ! L'un des hommes était déjà au sol ! Qu'il était fort, qu'il était beau ! William... Elle tenta de se hisser plus loin, mais ses bras ne répondaient plus, elle était encore pétrifiée, sous le choc. Alors elle dut rester là, s'en voulant terriblement de ne pouvoir être d'aucun secours à son ami. Tout de même, il lui sembla qu'il s'en sortait bien, il évita un coup, puis un second. Elle retenait son souffle, craignant pour lui ! Et s'il lui arrivait du mal par sa faute ? Et puis son regard vint se poser sur elle... Il n'avait pas changé. Elle s'en voulut un instant d'avoir cru qu'il l'ignorait depuis leur première rencontre ! Après tout, il était là à présent, il la défendait... Son deuxième ennemi s'effondra au sol, et un soupir de soulagement lui échappa. Elle était sauve, et lui aussi.

- Wi... William... J'ai eu si peur...

Ses yeux se refermèrent doucement, des larme de soulagement perlant au creux de ses yeux. Il allait enfin être tout à elle. Et puis tout à coup... Mais elle n'était pas en tenue ! Ses cheveux devaient être plus désordonnés que jamais, sa robe pleine de terre, son maquillage une catastrophe, ses bras encore égratignés de toutes ses chutes dans la forêt, et l'air froid sur ses jambes lui permit aisément de deviner que ses jupons étaient encore bien levés ! Il était hors de question qu'il la voit dans un tel état ! Il y avait largement de quoi faire fuir n'importe qui de censé ! Elle-même aurait fui en se voyant c'était certain ! Alors ses yeux se rouvrirent aussi vivement que cette pensée lui avait traversé l'esprit, et elle commença à s'agiter, usant de ses dernières forces pour tenter de remettre un peu d'ordre dans sa tenue. Après un choc pareil, physique comme émotionnel, ne pouvait-elle pas simplement se laisser aller, se laisser dorloter ? Apparemment pas si cela pouvait nuire à son image...

_________________


Tout désir que nous cherchons à étouffer, couve en notre esprit et nous empoisonne. Que le corps pèche une bonne fois, et c'en est fait de son péché, car l'action a une vertu purificatrice [...] Le seul moyen de se délivrer de la tentation, c'est d'y céder. Wilde
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://remember-austen.forumactif.com/acceptes-f37/crystal-radcliffe-t478.htm http://remember-austen.forumactif.com/qui-veut-un-lien-f51/crystal-radcliffe-vous-adorerez-la-detester--t486.htm
avatar
William ShatterneyMr.
Ton prénom : Ornella (Nella, Sweetou)
Célébrité : Ben Barnes
© : ©Friendly fires
Messages : 1457
Date d'inscription : 21/07/2010
Localisation : Lyon

Reputation
Famille: Tiddlers
Age du personnage: 21 ans
Relations :
MessageSujet: Re: "Demoiselle en détresse" With Crystal Lun 17 Jan - 1:37



Pauvre petite poupée de chiffons ballotter et souiller par ces brutes. Elle était complètement apeurée ce qui ne semblait pas être vraiment le cas de la flamboyante Crystal. Sans doute n'avait elle pas encore compris ce qui lui arrivait. Elle semblait un peu éméchée, mais surtout elle semblait complètement perdue


- Wi... William... J'ai eu si peur...

Il s'agenouilla à côté de sa Crystal. Elle était morte de peur bien sur, qui ne l'aurait pas été. Il devait la rassurer, mais ça allait être dur, il n'était pas vraiment lui même à cet instant. Il avait massacré deux hommes. Il ne se serait jamais cru capable d'une telle violence. Mais que n'aurait-il pas fait pour Crystal. Cette pensée l'effraya plus qu'autre chose. La demoiselle faisait ressortir le pire chez lui, pas elle exactement, mais quand même. Il venait de massacrer deux hommes avec ces mains. C'était comme si quelque chose s'était briser cher lui.

Il ce pencha sur sa belle et mis sa tête sur ces genoux. La il plongea son regard dans les siens. Et plus rien d'autre n'exista. C'était comme regarder le soleil, tellement magnifique mais tellement douloureux. Son coeur faisait des bonds dans sa poitrine.

"Tout va bien maintenant Crystal, ils ne te ferons plus jamais de mal je te le promet"
murmura-t-il doucement à son oreille. Il continua a lui caresser les cheveux et a remettre ses vêtements en place jusqu'à ce qu'elle se calme. Ils étaient épuiser tous deux mais ils réussirent à ce remettre debout. Le retour vers la fête commença. Petit à petit, pas par pas. William portait presque Cystal qui avait du mal à avancer. Après quelques minutes il l’asseya sur un rocher:

"Respire un grand coup, chasse ces images de ta tête Crystal. Ton esprit doit être le plus fort. Il le doit, tu vas te rendre folle sinon"
. Le combat de l'esprit contre la chair, il en connaissait un rayon. Mais la jeune femme était forte, elle allait vite oublier. Bientôt elle n'aurait plus besoin de verrouiller les portes de chez elle, de sortir toujours accompagner, de rentrer avant la tombée de la nuit. Elle reprendrait vite sa vie. Elle avait bien braver une tempête avec son cheval il y avait quelques semaines à peine.

Ils se remirent en chemin. Mais en arrivant en vue de la bâtisse, William ce dit que ce ne serais pas une bonne idée de débarquer ainsi, la réputation de Crystal et même la sienne ne résisterais jamais à ça. Il préféra la raccompagner à sa diligence. Elle allait rentrer chez elle, ce reposer et ne pas avoir à gérer avec le foule. Personne ne serais au courant qu'elle avait été attaquée dans les bois. William allait juste signaler qu'il avait trouver des hommes assommés. Aucun détails, moins de jasements.

Il retourna donc à la fête. Il mis au courant un où deux lord. Ensemble ils partirent retrouver les hommes. Heureusement ces messieurs étaient du genre costaud et à eux trois ils n'auraient pas de soucis avec les lascars. Après un moment qui sembla une éternité à William il arrivèrent en vue du "champ de bataille". Les hommes étaient toujours à terre. Tant mieux, William avait du frapper fort. Ils s'approchèrent des deux hommes, les ligotèrent et les ramenèrent à la bâtisse après qu'un d'eux ait fait l'allée retour pour aller chercher du personnel. Les hommes étaient bien bâtie et il était hors de question de les porter même sur cette distance.

William disposait de son nom et de sa renommée pour lui, on ne lui posa aucune question. Un accord tacite avec les autre reporta leur rendez vous au lendemain afin d'éclaircir cette affaire. Personne ne semblait inquiet où soupçonneux.
Quand ils rejoignirent la salle, la fête battait à son plein, toujours. L'alcool continuait de couler à flot et les pâtisseries circulaient encore en abondance. William entrepris de chercher sa soeur pour lui dire de ce faire raccompagner. Lui comptait bien récupéré sa diligence et aller sur les traces de Crystal. Hors de question de la laisser ce coucher sans avoir vu un médecin. Tant mieux il y en avait un à son manoir.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://remember-austen.forumactif.com/t640p60-wiliam-shatterney-etre-naturel-est-aussi-une-pose-et-qui-plus-est-la-plus-irritante-que-je-connaisse#76488
avatar
Crystal RadcliffeMiss.
Ton prénom : Morgy
Célébrité : Anne Marie Van Dijk
© : Cristalline & Moi
Messages : 4166
Date d'inscription : 01/06/2010

Reputation
Famille: Brighton Regiment
Age du personnage: 25 ans
Relations :
MessageSujet: Re: "Demoiselle en détresse" With Crystal Ven 21 Jan - 0:59



La tête lui tournait, beaucoup, et une petite voix lui disait que cette fois en revanche, ce n'était pas dû à l'alcool ! Le coup qu'elle avait reçu à la tête ne l'avait pas seulement assommée un instant, il lui avait aussi sans doute laissé une belle bosse ! Et avec la bosse, un millier d'étoile devant ses yeux. Le vague souvenir d'être dans une forêt lui fit comprendre que celles-là avaient peu de chance d'appartenir aux cieux ! Pourtant, il était une chose qui l'empêchait de simplement se reposer la tête en laissant le sommeil la gagner, sans plus avoir à se soucier de quoi que ce soit, William. Aussi engourdie soit-elle, elle tentait donc de remettre de l'ordre dans sa tenue, de se donner une allure convenable... Mais se laissa finalement aller sur lui lorsqu'il s'assit à ses côtés.

Elle posa volontiers sa tête sur ses genoux et en ressentit aussitôt un grand réconfort. Ses mains encore posées sur ses cheveux la réconfortaient bien mieux que ne l'auraient fait n'importe quoi d'autre. C'était la première fois qu'ils avaient un contact si intime, et ce moment, saoule ou à demi assommée, on ne le lui volerait pas. Aussi plongea-t-elle son regard dans le sien, se laissant bercer par son doux chuchotis. Il s'occupa de remettre sa robe convenablement, dans des gestes infiniment respectueux comme on n'en avait plus eu avec elle depuis longtemps... Il était réellement le plus attentif et le plus doux des hommes de sa connaissance... Et c'était sans parler du fait qu'il venait de la sauver d'une agression de la manière la plus héroïque qui soit, se plaçant ainsi tout naturellement au rang de preux chevalier servant pour qui ses yeux brillaient d'admiration.

Pourtant, cette douce étreinte dût prendre fin, et c'est à regret qu'elle se laissa redresser, non sans avoir inspiré profondément une dernière fois l'odeur si agréable qui émanait de lui et que leur proximité lui permettait de sentir mieux que jamais. Petit à petit pourtant, ils se mirent en route pour retourner sur le lieu des festivités. Elle n'avait pas réellement conscience de ce qui se passait, sinon du fait que les encouragements qu'il ne manquait de lui souffler lui donner la force d'avancer et de le suivre en tentant de s'appuyer sur lui le moins possible. Ce n'était pas chose aisée tout de même tant ses forces l'abandonnaient, mais ils finirent par atteindre une diligence qui l'attendait, sans doute envoyée par Clive, inquiet de savoir comment elle rentrerait et dans quel état. Il commençait à la connaître, et veillait sur elle comme un grand frère. C'était absolument détestable donc.

Elle se laissa installer en silence, fermant une seconde les yeux, soulagée de ne pas avoir à retourner affronter la foule. William était vraiment d'une grande prévenance envers elle, et elle lui en savait gré. Pourtant, il ne resta auprès d'elle. La chaleur de ses bras autour de son corps frêle et affaibli se dissipait peu à peu alors qu'il redescendait de la diligence. Ses yeux s'écarquillèrent et sa tête lui revint lorsqu'elle comprit. Non ! Il ne pouvait la renvoyer chez elle ainsi, sans un mot ! Il ne pouvait l'abandonner à son seul cocher ! Elle se jeta sur la fenêtre de la diligence pour lui attraper le bras mais c'était trop tard. Déjà, la voiture se mettait en route et le tissu lui échappa des doigts. Ses yeux s'emplirent de larmes.

- Non William ! Ne m'abandonnez pas ! J'ai besoin de vous ! Je vous en prie...

Il ne pouvait plus l'entendre à présent, de même que son chauffeur ne semblait décider à s'arrêter avant d'être arrivé à destination. Dieu seul savait quelles étaient ses instructions, mais il ne céda à ses supplications et ne fit demi tour pour qu'elle puisse rejoindre son chevalier. Elle jeta rageusement son chapeau sur le siège qui lui faisait fasse. Alors c'était ça ! Il l'avait vu se faire agresser et la pensant à présent déflorée, il ne voulait la revoir ! Allant jusqu'à la faire rentrer chez elle presque de force, sans une explication ! Elle en pleurait à présent, de colère évidemment, non pas à cause de cette petite déchirure qu'elle ressentait au fond de la poitrine. Elle n'avait plus rien à cet endroit là, alors comment aurait put-elle en souffrir ! Et puis tant mieux finalement ! S'il avait voulu la raccompagner, tout aurait été très gênant car arrivé à l'auberge, il aurait bien vu qu'aucune de ses affaires ne s'y trouvaient, de même que le patron ne l'aurait reconnu que très peu. Et il était absolument hors de question de le ramener chez Clive, en plein milieu des barracks.

Non, tout cela était très bien. Oui, ce dénouement à ce semblant d'histoire qu'elle ne s'était sans doute qu'imaginé était parfait car il lui évitait la peine d'une dispute douloureuse dû à la pénible vérité de ses mensonges. Mais alors pourquoi pleurait-elle encore ? Elle descendit seule de la diligence, ignorant royalement le domestique qui lui tenait la portière... Ou alors juste un regard dédaigneux au passage. De même, elle rentra chez Clive sans lui décrocher un mot. Il n'avait pas été au bal et semblait même l'attendre... Comme si elle avait besoin d'un second père ! Tout de même, elle lui fut reconnaissante de ne pas poser de question sur son aspect sans doute lamentable après cette lutte dans la forêt ni sur l'origine de ses larmes. Elle fila aussitôt dans cet espèce de placard à balai qui lui servait de chambre, bien loin du luxe de son ancienne propriété, et ses pleurs redoublèrent alors qu'elle se jeta en travers sur le lit.

Elle n'aurait su dire combien de temps s'était écoulé, mais elle fut tout à coup tiré de sa bulle par les coups retentissant à sa porte. Plus énervée que jamais d'être ainsi dérangée dans son intimité, elle se leva sans se soucier de son visage barbouillé de larmes pour ouvrir furieusement la porte, hurlant qu'elle ne pouvait être tranquille un instant... Et resta pétrifiée.

Spoiler:
 

_________________


Tout désir que nous cherchons à étouffer, couve en notre esprit et nous empoisonne. Que le corps pèche une bonne fois, et c'en est fait de son péché, car l'action a une vertu purificatrice [...] Le seul moyen de se délivrer de la tentation, c'est d'y céder. Wilde
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://remember-austen.forumactif.com/acceptes-f37/crystal-radcliffe-t478.htm http://remember-austen.forumactif.com/qui-veut-un-lien-f51/crystal-radcliffe-vous-adorerez-la-detester--t486.htm
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: "Demoiselle en détresse" With Crystal

Revenir en haut Aller en bas

"Demoiselle en détresse" With Crystal

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Remember Austen, RPG du XIXe ::  :: Archives - Meryton :: Aux Alentours de Meryton-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit