AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

» Rencontre impromptue | PV Kenneth Dawsey |

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
InvitéInvité
MessageSujet: » Rencontre impromptue | PV Kenneth Dawsey | Mar 25 Mai - 19:17


James comme à son habitude était un homme qui n’aimait pas resté inactif et les occasions où il se trouvait dans la demeure principale étaient peu fréquentes. Si on imaginait la situation dans laquelle il se trouvait, on ne pouvait que constater ce fait. Il n’était pas à l’aise chez lui, d’une part parce que la maison était en majorité composée de jeunes femmes et d’une autre part, la seule personne avec laquelle il ne voulait pas se retrouver en tête à tête : sa femme. Quelques mois s’étaient écoulés depuis leur récent mariage, mais même maintenant il n’arrivait toujours pas à lui parler en face sans craindre de lui révéler ses vifs sentiments à son égard. Il préférait donc fuir la battisse comme un voleur chaque matin pour se promener tout seul dans les bois entourant leur magnifique manoir. Généralement après une longue promenade qui durait à peu prêt trois heures, il rentrait rapidement prendre un petit déjeuner avant de voguer à ses obligations d’héritiers, c'est-à-dire faire un tour de leurs différentes terres et fermes dont leur famille était les dignes propriétaires.

Aujourd’hui n’avait pas échappé à cette règle, il avait passé la journée dehors à voguer à la bonne marche des affaires familiales et était rentré pour diner. Depuis l’arrivée des jeunes cousines de sa femme dans la demeure, les diners étaient quelques peu plus animés qu’auparavant bien qu’il ne disait peu de mots à part lorsque Solange lui posait des questions sur sa journée comme pour l’inciter à participer à la conversation. Pourtant en temps normal, les sujets de conversations avec le jeune homme ne manquaient pas, il était connu pour être une oreille attentive et respectant le point de vue de chacun sur des divers sujets. Cependant ce soir lorsqu’il rentra dans la demeure, il remarqua que les jeunes demoiselles et dames qui peuplaient d’habitude la demeure semblaient être absentes, conviées à un diner chez une de leurs connaissances. Il se retrouvait donc seul à table ce soir là et ne mangeant d’ailleurs que très peu. En temps normal, après le diner, il se retirait dans son bureau pour traiter de ses affaires mais ce soir là, il préféra aller faire un tour au village. Il préféra par la même occasion de prendre un bon bain avant d’enfiler ses habits. Il revêtit un pantalon de couleur blanche qu’il accompagna d’une chemise de la même couleur. Il enfila un gilet élégant et brodé de couleur grise qu’il accompagna d’une veste à grandes basques et de souliers en cuirs noir. Avant de sortir de la demeure, il prit ses gants et son chapeau haut de forme de couleur noire.

Arrivé au village à dos de cheval, il prit la décision de faire un tour au salon des messieurs pour en profiter pour boire un verre et discuter avec quelques connaissances s’il en rencontrait. Lorsqu’il pénétra dans le lieu tout le monde était confiné en petits cercles de connaissance set son attention fut retenu par l’une en particulier lorsqu’il passa près d’elle. Quelqu’un était en train de défendre l’honneur des femmes mis à l’épreuve dans un des derniers romans d’un auteur à succès. Lui-même avait trouvé que l’auteur était allé un peu fort avec la gente féminine dans ses critiques et écoutait donc avec attention ce que le jeune homme disait à son compagnon de tablée. C’est alors qu’il remarqua que l’interlocuteur le fixait désormais du regard surement surpris qu’on écoute de façon si mal dissimilée. C’était un jeune homme qui semblait d’apparence plus âgée que lui. Une mâchoire bien plus carrée que la sienne et d’une structure physique plus imposante que la sienne. Peut être avait-il été bien trop indiscret. Pourtant les chances qu’il soit d’un rang plus supérieur que le sien était peu probable, certes il ne connaissait pas tous les aristocrates du village mais il ne pouvait pas le savoir. C’est donc en toute humilité qu’il répondit au gentleman d’un ton navré et quelque peu embarrassé.

« Oh…Pardonnez moi mon impolitesse, ce n’était pas mon intention. »

En effet ce n’était vraiment pas dans ses habitudes d’écouter les discussions des personnes sans y être convié et c’est donc avec toute simplicité qu’il rajouta en lui tendant sa main amicalement.

« Duke James Handilton, pour vous servir, monsieur ! »

Il ne savait pas comment allait réagir le jeune homme, peut être se sentirait-il outré du comportement de James, mais au moins il avait la délicatesse de s’excuser en plus de se présenter. Selon les conventions habituelles, c’était désormais au jeune homme interrompu de se présenter s’il respectait les règles de politesses ou pas.
Finalement comme je débute avec lui je ne le manie encore pas parfaitement donc c'est un peu court, désolée >.<
Revenir en haut Aller en bas
AdministrationMr.
Ton prénom : ...
© : ...
Messages : 5097
Date d'inscription : 11/03/2009

Reputation
Famille: Leycesters
Age du personnage: 26 ans
Relations :
MessageSujet: Re: » Rencontre impromptue | PV Kenneth Dawsey | Mer 26 Mai - 16:56

Spoiler:
 

Il existait peu de sujets sur lesquels s'insurgeait Mr. Dawsey. Il donnait l'impression de ne rien prendre au sérieux, de vivre sa vie au jour le jour, sans se soucier des conséquences ou des convenances. Toujours un sourire sur les lèvres, Kenneth était vu comme quelqu'un d'assez bon vivant qui ne réfléchissait pas trop aux problèmes de la société. Or, les gens se trompaient sur son compte, car ils étaient justement sa source d'observation favorite. Kenneth s'intéressait en effet à la nature humaine, à ses principes, à ses limites, à ses désirs, à ses vices, à ses peurs... Que pouvait-il faire d'autre dans cette campagne si ennuyeuse que provoquer ses habitants dans leur vie aussi monotone ? Ce qui intriguait le plus Kenneth dans ses longues réflexions philosophiques, c'était les rapports homme-femme. Les Leycesters l'avaient adopté à ses dix ans, et lui avaient inculqué une vision assez moderne et féministe de la condition de la femme. Il fallait voir la manière dont Elinor sa soeur adoptive lui parlait ! D'ailleurs, un grand nombre de villageois les ayant surpris converser s'indignaient de l'impertinence de la jeune femme qui ne manquait pas de marquer ses opinions. Mrs. Leycester dirigeait le foyer avec un tempérament décisif, et son mari lui laissait bien des responsabilités. Thomas, le frère aîné, avait suivi ce modèle de vie et confia un jour à son épouse que la seule chose qui les différenciait était qu'elle, elle avait le privilège de donner vie à leur futur progéniture. Ainsi, Kenneth avait reçu une éducation plutôt ouverte et tolérante, ce qui expliquait pourquoi aujourd'hui, il était si offusqué par la lecture de pareilles phrases misogynes.

Il devait être trois heures de l'après-midi, et de sombres nuages surplombaient les vastes plaines de Meryton. Craignant de faire face à une tempête - qui avait été annoncée la soirée du Bal, Kenneth avait du réfléchir à une occupation pour la journée autre qu'une innocente promenade à cheval, comme il aimait le faire. Il était bien trop tôt pour boire un verre à la Cave, et ne voulait pas que l'on le catégorise comme ivrogne d'aussi bonne heure. Même si en règle générale, Kenneth ne se souciait guère de la sale réputation qu'on lui avait collé à la peau, il savait en contrepartie se rattraper en se montrant en meilleure compagnie, en aidant son prochain, en souriant aux vieilles conservatrices de la ville, ou en se lançant dans des discussions intellectuelles avec ses proches. Cette dernière activité lui plut bien lorsqu'il dut choisir à quoi faire, et il rejoignit donc des compagnons de chasse au salon des hommes pour parler littérature. Il avait accroché son chapeau et son long manteau noirs au porte-manteau à l'entrée, et on lui avait servi du thé. La conversation portait au début sur les derniers traités signés par le royaume, et Kenneth étonna plus d'un en prenant part à la discussion, montrant ainsi son intérêt pour la politique et pour sa patrie. Ensuite, le débat s'engagea sur les derniers livres à "scandale", et l'on avait cité les dernières grandes romancières de ce temps, Jane Austen et Ann Radcliffe entre autres. Une fois de plus, Kenneth avait cité des lignes de quelques uns de ces romans, et on admira son élocution et le côté théâtral qui se dégageait de sa lecture. Kenneth avait haussé des épaules, et toisé sa compagnie d'un regard défiant.

KENNETH : Sachez messieurs que je ne suis point vexé par vos regards surpris. J'ai toujours pensé qu'un homme qui fait sans cesse étalage de sa culture essaye en vérité d'en cacher ses limites. (pause) Je respecterai toujours plus l'homme humble et discret que l'homme intelligent et exubérant.

Sa remarque fit des remouds au sein de l'assemblée, certains gentlemens présents se sentant directement visés. Kenneth faisait toujours preuve de subtilité lorsqu'il voulait critiquer une attitude ou dénoncer une injustice. Il déclenchait ainsi rarement des bagarres car il les résolvait toujours par ses airs énigmatiques. S'il aimait provoquer, il évitait tout de même la violence et prônait avant tout la libre expression. Il n'était pas aimé de tous, à cause justement de son audace, mais on le respectait pour sa vivacité d'esprit et sa tolérance. Un aristocrate prit ensuite la parole pour que tous retournent à leur discussion initiale : la littérature par les femmes et pour les femmes. Il n'était pas très apprécié de Kenneth, et cet animosité était réciproque. Le jeune aristocrate avança alors des propos vaniteux sur l'activité de la lecture pour les femmes. Il cita un auteur qui disait que les femmes devaient se contenter de lire des recettes de cuisine et des manuels sur l'entretien du foyer familial. Malheureusement, à l'époque, il n'était pas rare d'entendre ce genre de discours, et nombreux acquiescèrent avec l'aristocrate. Kenneth ne put se retenir plus.

KENNETH : Les femmes ont comme les hommes le droit de se distraire et d'élargir leur esprit ! Si déjà notre gouvernement refuse de leur accorder la parole sur des affaires politiques ou civiles, accordons-leur au moins cette activité intelligente !

En fait, à l'époque, c'était lui que l'on pouvait considérer comme un hérétique. Au XIXe siècle, le mouvement féministe prenait de plus en plus d'importance, grâce à la Révolution qui avait eu lieu en France, mais aussi grâce à une société qui se modernisait de plus en plus. Kenneth se trouvait dans un contexte particulièrement difficile, puisqu'en plus, il était en milieu rural, pas encore concerné par l'arrivée des nouvelles technologies industrielles et des nouvelles idées libérales. Kenneth soupira, mais ne se déclara pas vaincu.

KENNETH : Je refuse que l'on puisse mépriser une femme pour avoir le talent que bien des hommes n'ont pas ! Jane Austen a une plume que je ne cesserai jamais d'envier, surtout qu'elle m'apprend bien des choses sur le monde des femmes. Univers qui nous restera à jamais bien mystérieux, à nous les hommes...

Il calma ainsi les ardeurs de chacun, et tous tombèrent d'accord sur ce point : les hommes ne comprendraient jamais rien aux femmes. Mais c'était justement ce qui les fascinaient ! Kenneth remarqua alors parmi tout ce brouhaha littéraire qu'il était lui-même au centre de la "fascination" d'une personne. Le jeune homme qui le fixait du regard depuis quelques temps déjà était grand, fin, les cheveux bruns, et il se tenait droit comme un pic. On pouvait deviner sa jeunesse, mais il inspirait dans son regard tout le respect que les bourgeois lui devaient : on saurait lui attribuer un titre de noblesse. En effet, sa discrétion et ses gestes gracieux témoignaient de son appartenance à la noblesse. On se doutait qu'il venait très rarement ces lieux fréquentés par la petite ou la moyenne bourgeoisie, et qu'il devait le plus souvent avoir affaire à des gens de son rang. Le fait qu'il se sente aussi intimidé et impoli constituait une autre preuve. Lorsqu'ils se retrouvaient entre hommes dans un salon aussi petit que celui de Meryton, ces gentlemens étaient rarement autant courtois qu'ils ne l'étaient à l'extérieur devant une fair lady.

JAMES : Oh…Pardonnez moi mon impolitesse, ce n’était pas mon intention.

Kenneth but dans sa tasse de thé, en attendant qu'autour de lui les gens se calment. Ils connaissaient déjà tous l'identité du nouvel arrivant, et même l'aristocrate vaniteux tenait à rester silencieux. La famille des Handiltons était connue pour être l'une des plus riches et des plus puissantes du comté. C'était donc un grand honneur pour le salon d'accueillir son héritier, et on se souciait guère de cette "impolitesse" que James croyait avoir causé. Kenneth se leva de son siège, et accepta la main que lui tendit le jeune noble. Kenneth avait un regard amusé, et ses joues étaient encore rouges sous le coup de la passion que le débat avait suscité en lui.

JAMES :
Duke James Handilton, pour vous servir, monsieur !

Kenneth garda sa main serrée dans la sienne (et l'embrassa *BAF*) , sans rien dire. Il regardait James fixement dans les yeux, comme s'il cherchait à le cerner. Puis Kenneth émit un sourire, et hocha de la tête en signe de respect.

KENNETH : Il est rare qu'un homme de votre rang me propose ses services, Duke, et j'en serai presque embarrassé. Je suis Mr. Kenneth Dawsey, fils adoptif du Captain Leycester, et je vous rassure que vous n'avez nullement fait preuve d'impolitesse à mon égard. Je commençais justement à partir sur un délire sur les vertus de la femme, et j'avais besoin d'être remis sur le droit chemin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
InvitéInvité
MessageSujet: Re: » Rencontre impromptue | PV Kenneth Dawsey | Jeu 27 Mai - 1:49

Spoiler:
 

En signe de réponse, celui-ci lui serra la main après s’être levé de son siège. James remarqua le regard amusé du jeune mais ne savait pas comment l’interpréter, ce qu’il laissa d’ailleurs de côté. James n’était pas du genre à vouloir lire entre les lignes, où du moins c’était ce qu’il pensait. Quand on cherche à comprendre les pensées de ses interlocuteurs, on ne peut pas être totalement sur de bien interpréter la signification de toute une gestuelle ou d’un regard. Après tout ceci représente un art qu’il est difficile de maitriser et comme il n’était pas homme à vouloir avoir des préjugés, il ne faisait pas figure de ce genre d’activité. Cependant il sembla remarquer une rougeur sur le visage du jeune homme, signe évident que les paroles et critiques qu’il avait faite lui tenait énormément à cœur. Les hommes en général refusait d’admettre que la gente féminine aurait autant de droit qu’eux de faire parti du gouvernement de ce pays, d’ailleurs pour James, ce monde serait bien plus platonique et sécurisant si c’était elles qui les gouvernaient. Mais ses pensées vu interrompus lorsque le jeune inconnu qui n’allait surement plus l’être dans un court moment prit enfin la parole.

« Il est rare qu'un homme de votre rang me propose ses services, Duke, et j'en serai presque embarrassé. Je suis Mr. Kenneth Dawsey, fils adoptif du Captain Leycester, et je vous rassure que vous n'avez nullement fait preuve d'impolitesse à mon égard. Je commençais justement à partir sur un délire sur les vertus de la femme, et j'avais besoin d'être remis sur le droit chemin. »

James se rassurant donc sans qu’on puisse noter un soulagement sur son visage. Après tout, il n’était pas homme à dévoiler ses pensées et ce qu’il ressentait. D’ailleurs le fait qu’il n’avait toujours pas avoué ses sentiments à la femme qu’il aimait qui se trouvait être son épouse était la preuve parfaite de ce côté de sa personnalité. Nul ne pourrait songer qu’au fond de lui bruler une telle passion.

« Ravie de faire votre connaissance, Mr. Dawsey. Je trouve que les critiques et remarques dont vous nous avez fait bénéficier sont toutes judicieuses et je dois vous avouer que je partage également votre avis. Refuser de reconnaitre une intelligence supérieure des femmes à la notre, serait mal les connaitre. Après tout, nous avons tous été éduqués au bon soin d’une femme et si nous sommes si savant c’est bien parce qu’elle nous apprit ce qu’il fallait. Après tout nier cet état de fait serait quelque chose d’honteux et tout bon gentleman qui se doit devrait le reconnaitre ouvertement et ce en mettant son orgueil de côté. Je suis donc enchanté de rencontrer un gentleman tel que vous qui a le courage d’admettre une vérité si flagrante. »

Le ton dans lequel il avait prononcé sa tirade était calme et posé même si on pouvait y décerner une petite passion comme Kenneth avait pu avoir lorsqu’il parlait de son point de vue de la question. C’est donc d’un ton tout naturel, qu’il ajouta :

« Si vous me permettez ça serait un plaisir de converser avec vous de ce sujet autour d’un bon verre de vin. »

Après tout, il pensait passer une grande partie de sa soirée ici alors autant joindre l’utile à l’agréable. Avec un peu de chance, il avait fait là une rencontre qui lui permettrait de parler d’autres choses qu’affaires avec des hommes de son rang.

Revenir en haut Aller en bas
AdministrationMr.
Ton prénom : ...
© : ...
Messages : 5097
Date d'inscription : 11/03/2009

Reputation
Famille: Leycesters
Age du personnage: 26 ans
Relations :
MessageSujet: Re: » Rencontre impromptue | PV Kenneth Dawsey | Lun 31 Mai - 0:35

Spoiler:
 

Kenneth jaugea l'individu de la tête au pied. Le duke était un homme qui n'aimait pas se faire remarquer, et d'ailleurs, on avait compris qu'il aurait préféré faire une entrée plus discrète dans ce salon. Il examinait aussi bien son allure que la personnalité qui s'en dégageait. Sa manière de se tenir droit supposait un respect du protocole et un caractère soumis aux exigences des autres. Kenneth nota des cernes sous les yeux bleus du jeune homme, et en déduit qu'il devait avoir à charge bien des responsabilités. Il se demanda donc ce qu'un homme aussi affairé que James pouvait faire ici, et surtout pourquoi il avait choisi une telle compagnie.

JAMES : (...) Je suis donc enchanté de rencontrer un gentleman tel que vous qui a le courage d’admettre une vérité si flagrante.

KENNETH :
Ce que vous nommez "courage" pourrait chez d'autres être interprété comme de la désillusion. Les féministes sont hélas encore trop rares dans notre chère campagne.

La langue de Kenneth avait fourché sur le mot "chère". Il avait de plus en plus de mal à trouver du charme à ce paysage rural d'où il venait, mais ne peinait aucunement à en énumérer ses défauts. Les gens et leur vision limitée du monde en faisaient partie. Il aurait souhaité sortir de ces dizaines de familles qui restaient les mêmes après des années, et appréciait donc chaque nouvelle rencontre. L'arrivée de la londonienne Ambre Turner, cousine des Leycester, avait quelque peu chamboulé ses habitudes. Néanmoins, elle confirmait une chose : il se serait peut-être mieux senti en ville qu'ici, à Meryton. Hélas, les terres qu'il avait hérités des Dawseys se trouvaient à Meryton. Ses responsabilités l'empêchaient donc de tourner la page sur un sombre passage de sa vie : la perte de ses parents et du reste de sa famille. Mais cela est une autre histoire.

JAMES : Si vous me permettez ça serait un plaisir de converser avec vous de ce sujet autour d’un bon verre de vin.

Kenneth hocha légèrement de la tête et se recula pour faire signe à James de passer devant lui, comme un parfait gentleman. Il fut légèrement étonné de cette proposition, alors qu'ils étaient dans un salon à une heure où le thé était la boisson à l'honneur. Mais soit, Kenneth aimait l'alcool, et s'il était raffiné d'autant plus. Ils prirent donc congé des autres messieurs, et s'isolèrent à une table. Le vin qui leur fut servi était français, et Kenneth se rappela qu'on avait annoncé la venue d'une famille française dans la demeure des Handiltons, après le mariage du fils aîné. Oui, Kenneth prêtait attention aux rumeurs du village. Il aimait utiliser les informations qu'il détenait pour tester la réaction des concernés.

KENNETH : Je crois savoir que la majorité des occupants de votre chateau sont des... femmes. Est-ce que cela expliquerait la teneur de vos propos ? Comment va madame votre charmante épouse, au fait ?

Kenneth accentua à nouveau un mot dans ses paroles : "charmante". Lady Isabelle était connue pour sa beauté dans le village, mais aussi pour être insaisissable. La jeune femme était toujours accompagnée de ses confidentes, ou bien appréciait peu les foules. Ainsi, Kenneth n'avait pas encore eu l'opportunité de converser avec elle. Encore. Et lorsque ce jour arriverait, nul saurait que sa cousine Ambre le lancerait au défi de séduire cette femme mariée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
InvitéInvité
MessageSujet: Re: » Rencontre impromptue | PV Kenneth Dawsey | Jeu 10 Juin - 13:56

Spoiler:
 

Certes avec du recul, il était un peu tôt pour un verre de vin, mais James depuis sa toute jeune enfance avait pris en horreur le thé. Dès petit on l’avait contraint à boire de thé et ce à toutes les heures de la journée car selon ses parents cela faisait très british. Une chose est sure, James qui n’aimait pas trop la boisson en question en avait désormais une sainte horreur et en buvait que très rarement, soit lorsqu’il était invité chez des personnes. Il ne risquait pas de mettre un terme à ses bonnes manières pour une simple tasse de thé, alors il supportait le calvaire sans autre forme de procès, se disant que ce n’était qu’un mauvais moment à passer. Contrairement au thé, il affectionnait particulièrement le vin, surtout le vin d’origine français et cela ne le dérangeait nullement d’en boire dès le début de la journée. De là à dire qu’il était un ivrogne qui buvait quand il pouvait, on était loin du compte. Non il buvait du vin uniquement lors des repas et quand il venait faire un tour, ici au salon des hommes. Une occasion pour lui de découvrir des nouvelles variétés de vin qu’on ne trouvait qu’ici. Après avoir prit congés des modestes messieurs qui composaient la tablée, ils allèrent s’isoler dans un coin du salon où ils attendirent que leurs verres soient servis. Il s’agissait d’un vin français et de plus un qu’il aimait bien. Il se souvint alors que celui-ci semblait appartenir à des terres se situant pas trop loin des terres des deux convives et cousines de sa jeune épouse. Tandis qu’il était parti dans ses pensées, se demandant si Solange pourrait lui donner plus de détails sur ce vin en question, Kenneth prit enfin la parole rompant le silence de leur table.

« Je crois savoir que la majorité des occupants de votre château sont des... femmes. Est-ce que cela expliquerait la teneur de vos propos ? Comment va madame votre charmante épouse, au fait ? »

Au fond de lui-même, James aurait été tenté de rire de la remarque de sa nouvelle connaissance. C’est vrai que cela pourrait expliquer sa vision moins traditionnelle sur les femmes. Il faut dire qu’à part Georges, le manoir était composé essentiellement que de femmes, qui plus est, sont des femmes très intelligentes et aux conversations très intéressantes. Ça lui arrivait souvent de les écouter même s’il ne prenait jamais part à leur débat et c’était donc avec plaisir qu’il avait découvert par la même occasion que sa jeune épouse était également d’une intelligence supérieure à certaines femmes de sa connaissance. L’amour aidant un peu surement, sa vision quelque peu traditionnelle qu’on lui avait apprit sur le rôle de la femme dans la société avait radicalement changé. Mais le dire de cette façon ne serait pas digne de James qui est de nature bien trop réservée pour étaler au grand jour ses pensées.

« Disons qu’avec du recul et avoir longuement conversé avec elles, certaines semblent possédaient bien plus d’intelligence que certains hommes de ma connaissance à mon humble. »

La partie concernant sa femme, James ne savait pas quoi répondre. Aux dernières nouvelles qu’il avait eues d’elle, elle semblait se porter bien. James de naturel bien trop réservé et timide pour ce genre de chose demandait à ses domestiques des nouvelles de son épouse que d’allait la voir. Après tout elle était toujours entourée par ses cousines et ses amies, il ne se sentait pas juste la force d’être l’attention de toute l’assemblée dès son entrée. Certes il savait parfaitement que son comportement presque détaché était préjudiciable à son image, mais il avait bien trop peur que ses sentiments soient découverts aux yeux de tous sans qu’il ait pu lui-même les avouer à la personne concernée. Cependant il nota que le jeune homme en face de lui avait accentué sa phrase sur le mot : « charmante » et cela l’ennuya quelque peu. Certes il savait parfaitement que son épouse était charmante et entendre ce mot sortir aussi spontanément de la bouche d’un gentleman à l’époux de cette « charmante » épouse en question, c’était quelque peu étrange. Du moins pour James qui avait l’habitude de suivre correctement toutes les règles de l’étiquette et qui voyait par ce simple mot un non respect de l’étique chez sa nouvelle connaissance. Il décida de mettre ça de côté et répondit tout simplement :

« Ma chère épouse se porte bien, merci de vous en inquiéter. Par hasard, auriez-vous déjà fais sa connaissance ? »

Il n’avait pas pu s’empêcher de poser cette question. Était ce simplement de la curiosité ou de la passion qui avait poussé James à poser cette question ? Il ne le savait pas vraiment lui-même, c’est juste que cela l’intriguait et qu’il voulait le savoir pour pouvoir bien définir ce qu’il devait penser de cet homme qui se trouvait en face de lui.

Revenir en haut Aller en bas
AdministrationMr.
Ton prénom : ...
© : ...
Messages : 5097
Date d'inscription : 11/03/2009

Reputation
Famille: Leycesters
Age du personnage: 26 ans
Relations :
MessageSujet: Re: » Rencontre impromptue | PV Kenneth Dawsey | Mer 16 Juin - 15:49

Spoiler:
 



Une dégustation de vins tenterait bien Mr. Dawsey. Il appréciait mettre à l'épreuve son palais et découvrir de nouvelles saveurs. C'était valable aussi pour toute expérience autre que le vin et l'alcool, Kenneth se lassait rapidement des choses, et aimait expérimenter de nouvelles sensations dans sa vie. Mais pour l'instant, il se contentait de ce vin français, et huma son parfum en attendant la réponse de James à ses interrogations. Il goûta finalement à son verre et hocha de la tête d'un air approbateur : très bon vin. Un arrière-goût sucré, on sentait l'odeur du raisin, mélangé à un alcool subtil qui enivrait déjà l'esprit de Kenneth.

JAMES : Disons qu’avec du recul et avoir longuement conversé avec elles, certaines semblent possédaient bien plus d’intelligence que certains hommes de ma connaissance à mon humble.

Kenneth fut plus intéressé par la suite de sa réponse, concernant sa jeune épouse. James avait naturellement du trouvé la remarque impertinente, mais en parfait gentleman s'était montré cordial. Kenneth admira le calme du jeune - très jeune - homme. Il but à nouveau une gorgée de vin, tout en souriant malicieusement. Kenneth aimait jouer sur les mots, sur les gens et leur réaction. Il savait que le mariage des Handiltons avait été forcé, mais ne connaissait nullement les sentiments de James pour la "charmante" Isabelle. En mari dépité, il aurait pu se contenter de hausser des épaules, en mari insatisfait, il aurait pu parler d'autres créatures tout aussi "charmantes" que son épouse, etc. etc. Kenneth avait donc imaginé différents scénarios. Le fait que James fronce des sourcils, ne serait-ce qu'une seconde témoignait d'une forme de jalousie. En même temps, c'était peu d'indices pour connaître la réelle situation. Les hommes sont naturellement possessifs de ce qui leur appartiennent.

JAMES : Ma chère épouse se porte bien, merci de vous en inquiéter. Par hasard, auriez-vous déjà fais sa connaissance ?

KENNETH : Pas officiellement. Nous nous sommes rencontrés une fois lors d'une balade à cheval, mais votre épouse souhaitait respecter les conventions et attendre que l'on soit présenté avant de m'adresser la parole.

Kenneth laissa échapper un rire. Il se souvenait comment la jeune fille s'était montrée têtue et fière tout le long, malgré toutes ses tentatives. Il n'avait donc pas pu converser avec elle ailleurs, puisque, comme dit précédemment, Lady Isabelle était toujours "gardée" par ses compagnes de jeu. Il regarda ensuite James dans les yeux, d'un air faussement solennel.

KENNETH : Je compte donc sur vous la prochaine fois que je me trouverais en vos deux compagnies.

Kenneth jaugea à nouveau la réaction du Lord devant lui. Serait-il prêt à risquer de présenter sa femme à ce jeune inconnu plein d'audace ou préférerait-il se montrer impoli et mettre en garde Isabelle ? Kenneth changea ensuite de sujet, et se mit maintenant à la place du mari. Il était d'un naturel moqueur, mais n'aimait pas qu'on puisse le trouver antipathique. De plus, il appréciait la compagnie de James, sa réserve et son intelligence étaient particulièrement agréables, et ces qualités étaient rares chez les hommes que Kenneth côtoyait à la chasse ou ailleurs... Kenneth n'avait pas beaucoup d'amis en vérité. Il avait des compagnons de chasse, des copains de beuverie xD, mais pas de liens trop profonds avec la gente masculine. Il y avait Henry Fieldway, certes, mais ce dernier passait la majorité de leur temps passé ensemble à lui compter ses mésaventures sentimentales, c'était d'un ennui déconcertant. Kenneth était plus à l'aise avec les femmes, en vérité. Elles appréciaient son respect et son humour, et lui se complaisait à se savoir écouté et conseillé.

KENNETH : Je me demande comment vous faites. Le mariage, je ne pense pas que ce serait pour moi. Penser à "deux", faire des compromis, affronter de nouvelles responsabilités à venir...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
InvitéInvité
MessageSujet: Re: » Rencontre impromptue | PV Kenneth Dawsey | Sam 3 Juil - 14:32

Spoiler:
 

« Pas officiellement. Nous nous sommes rencontrés une fois lors d'une balade à cheval, mais votre épouse souhaitait respecter les conventions et attendre que l'on soit présenté avant de m'adresser la parole. »

La réponse que lui donna Kenneth le rassura quelque peu sur le comportement de son épouse. Bien qu’il ne lui en aurai tenu aucune rigueur si elle lui avait été présenté convenablement. Savoir qu’elle refusait de converser ou de discuter avec un parfait inconnu qui plus est du sexe masculin auquel elle n’avait pas été présenté auparavant le soulager grandement. Lui-même ne saurait dire pour quelle raison, peut être ce comportement est-il du à ses vifs sentiments qui parcoure son corps à chaque fois que quelqu’un prononce le prénom de sa chère épouse. Une chose est sure c’était qu’il était tout simplement rassuré par cet état de fait. Cependant malgré ce soulagement intérieur, il y avait encore quelque chose qui le chiffonnait : le comportement de son voisin de table. Il avait ri après avoir répondu à James avant de lui demander qu’il lui présente sa femme. Un comportement plein d’audace et surtout selon James avec une once de défi. Il avait toujours eu du mal avec ce genre de comportement, peut être parce que son naturel bienveillant et faisant bonne figure des coutumes, l’empêcher de se montrer si entreprenant que l’homme qui se trouvait en face de lui. Ce comportement l’ennuyait profondément mais il préféra mettre ça de côté et de faire en sorte de ne pas juger l’homme trop rapidement.

« Si nous en avons l’occasion, ça sera un plaisir pour moi de faire les présentation, Mr. Dawsey. »

Le ton de sa voix était calme et il avait prononcé ses mots en portant son verre de vin à ses lèvres. James n’était pas du genre possessif et ne se trouvait aucun droit d’interdire à sa jeune épouse de faire des rencontres avec des hommes, en tout bien tout honneur. Lui-même conversait avec beaucoup de dame non mariée et ne voyait donc par là aucune gêne à la présenter à Kenneth comme à tout autre villageois de Meryton. Cependant quelque chose s’était alarmé chez lui et il était donc évident que contrairement à ses habitudes, il allait surveiller de près les agissements du jeune homme. Il savait pas pourquoi mais c’était ce que son cœur lui dictait de faire comme si Kenneth pouvait être un danger pour son ménage.

«Je me demande comment vous faites. Le mariage, je ne pense pas que ce serait pour moi. Penser à "deux", faire des compromis, affronter de nouvelles responsabilités à venir... »

Faire des compromis, affronter des responsabilités avaient été les lots quotidiens de James. En tout bon héritier, il avait du très vite apprendre que son rang lui imposait certaines convenances et surtout responsabilité. Son mariage avec Isabelle était l’une d’entre elles. Il avait du se marier par convenance et même s’il n’avait éprouvé aucun sentiment pour Isabelle, il l’aurait fait en tout bon héritier de ce nom. C’était comme ça et on n’y pouvait rien. Cependant il ne savait pas trop quoi répondre à son invité. Son mariage avec Isabelle n’avait apporté rien de plus à ses anciennes responsabilités, quoiqu’il devait désormais faire tout son pouvoir pour faire en sorte que les affaires de sa famille soit au beau fixe. Tout ceci dans le but de faire en sorte que le futur de sa famille et de celle qu’il avait construite avec Isabelle soit assuré sans aucun risque.

« Mon mariage avec Lady Isabelle ne m’a apporté aucune nouvelle responsabilité que incombait déjà à mon rang si ça peut vous rassurer. Le mariage permet de se reposer l’un sur l’autre et de se soutenir l’un l’autre. Dans la vie après tout les compromis sont souvent de rigueur et on ne fait pas toujours ce qu’on veut, vous ne pensez pas, Mr. Kenneth ? »

Son ton était toujours aimable bien que la réponse n’était pas vraiment pourvue d’argumentation. James n’était pas du genre à s’ouvrir facilement et à converser aussi librement de ses affaires familiales ou sentimentales. Il ne fallait donc pas compter sur lui pour qu’il s’épanche vivement sur ses sentiments ou ses problèmes. Bien que pour le moment, James semblait compter que sur lui, il était rassuré de savoir que désormais il avait quelqu’un qui lui été lié d’une façon définitive d’une certaine façon et qui ne le quitterait jamais quoi qu’il arriverait.
Revenir en haut Aller en bas
AdministrationMr.
Ton prénom : ...
© : ...
Messages : 5097
Date d'inscription : 11/03/2009

Reputation
Famille: Leycesters
Age du personnage: 26 ans
Relations :
MessageSujet: Re: » Rencontre impromptue | PV Kenneth Dawsey | Mer 14 Juil - 16:36

Citation :
J'ai fait pire, j'ai mis un mois à répondre à certains RP >< xD

Kenneth avait croisé les bras, et se tenait silencieusement dans son siège. Il faisait mine de regarder la coupe de vin, posée sur la table en face de lui, mais en profitait en fait pour analyser la réaction de son voisin. James semblait légèrement anxieux, il devait certainement s'imaginer la scène qui avait eu lieu entre Kenneth et Isabelle. Il semblait soulagé. En fait c'était difficile de cerner le jeune Handilton, il paraissait maîtriser ses humeurs, et cela n'étonnait pas Kenneth qui connaissait la réputation d'une famille aristocrate comme celle des Handiltons.

JAMES : Si nous en avons l’occasion, ça sera un plaisir pour moi de faire les présentation, Mr. Dawsey.

La réponse de James confirmait les pensées de Kenneth. James était vraiment trop poli et bien éduqué pour réagir au quart de tour. Kenneth était assez admiratif, mais pas le moindre surpris. Après tout, ils restaient sur terre anglaise, et les hommes de cette nation étaient rarement expressifs. Kenneth lui avait reçu tout de même une éducation moins stricte, et ses parents adoptifs l'avaient plutôt poussé à certaines libertés jugées révoltantes chez certaines familles.

JAMES : Mon mariage avec Lady Isabelle ne m’a apporté aucune nouvelle responsabilité que incombait déjà à mon rang si ça peut vous rassurer. Le mariage permet de se reposer l’un sur l’autre et de se soutenir l’un l’autre. Dans la vie après tout les compromis sont souvent de rigueur et on ne fait pas toujours ce qu’on veut, vous ne pensez pas, Mr. Kenneth ?

Un sourire amusé surgit du coin des lèvres de Kenneth. Il ajouta "naïf" à la liste d'adjectifs qui qualifieraient le jeune aristocrate. Il n'avait donc rien entendu au sujet de la famille Leycester, et encore moins du fils adoptif. C'était presque vexant, Kenneth croyait sa réputation suffisamment choquante pour avoir atteint les oreilles des nobles du village.

KENNETH : Je pense que vous me surestimez bien plus que vous ne le devriez, lord... Enfin bon !

Kenneth se mit à réfléchir sérieusement. Il changea de visage, et paraissait plus distrait qu'auparavant. Il pensait aux sacrifices qu'il devait faire et qu'il avait du faire à cause... justement des responsabilités dont il avait la charge depuis la mort de ses parents. Lui non plus n'était pas du genre à étaler ses soucis et encore moins ses émotions. Il trouvait cela inutile et égoïste de vouloir se confier à autrui. Notre interlocuteur serait soit ennuyé d'apprendre nos petites histoires de coeur, soit intrigué au point de vouloir le répéter à la commère du village, soit impuissant à résoudre nos divers problèmes. Kenneth devra un jour se marier pour posséder les terres de sa famille, y compris la ferme des Wyatt. Kenneth craignait le jour où cela arriverait. Il ne voulait pas voir le visage de Jane et de sa famille lorsqu'il deviendrait maître du domaine des Dawsey et des Wyatt. Briser le coeur de son amie d'enfance serait briser le sien aussi. Il avait donc choisi de s'éloigner d'elle, d'oublier son enfance, et de se consoler dans des moeurs pas très catholiques. Fuir les responsabilités dans l'alcool, la chasse et les femmes. C'était beaucoup plus facile.

KENNETH : A vrai dire, je ne me suis jamais senti seul à affronter les aléas de la vie, mais peut-être qu'avec une femme forte à mes côtés, ce serait bien plus agréable, certes. Mais je n'ai hélas pas encore rencontré celle qui à mes yeux serait capable de me faire accepter la dure réalité des choses. D'après ce que vous me dites, vous au contraire avez obtenu une perle rare ! Je vous envie.

James n'avait pas tort de se méfier de cet énergumène xD. Il était si changeant dans ses humeurs, dans ses paroles... Il pouvait un moment vous admirer, parler avec sérieux d'un quelconque sujet, puis... vous dire qu'il vous envie votre femme ... xD



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: » Rencontre impromptue | PV Kenneth Dawsey |

Revenir en haut Aller en bas

» Rencontre impromptue | PV Kenneth Dawsey |

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Impromptue... ~Pv Heaven~» Nouvel ambasadeur» L'homme au long nez ou Uldry D. Kenneth.» Kenneth Shaun X I'm not your man # Les kangourous ont une vie pleine de rebondissements.» Impromptue de Kesha [PV Thalie Serinde]
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Remember Austen, RPG du XIXe ::  :: Archives - Meryton :: Le Bourg de Meryton-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit