AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Rabbit on fire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Sarah TiddlerMiss.
Ton prénom : Kro
© : ©Caro'tte
Messages : 665
Date d'inscription : 25/02/2010

Reputation
Famille: Tiddlers
Age du personnage: 17
Relations :
MessageSujet: Rabbit on fire Lun 10 Oct - 23:45

De la fumée de toutes les couleurs sortait de ma bouche. Je m'amusais à dessiner des formes les plus absurdes avec mes lèvres, me destinant peut-être à prétendre au concours de la meilleure grimace. Des ronds, des carrés, des ... lapins. Mes yeux me piquaient. J'étais euphorique, et désignais ce nouvel exploit avec satisfaction à mon meilleur ami. Ce dernier se contentit de baisser les oreilles, presque apeuré. J'étais tellement perdue dans le monde d'Alice et ses merveilles pour me rendre compte que Master Peter voulait m'avertir que quelque chose n'allait pas. J'étais tellement shoutée que l'odeur du brûlé ne m'affectait pas. La chaleur qui montait n'était pour moi que synonyme de la transe que j'étais en train d'expérimenter.

"LADY TIDDLER ! Votre fille ! Vous n'allez tout de même pas oublier Mrs Sarah !"

J'étais habituée à ce genre de remarque, et les gens de Bath aussi. On avait rapidement réalisé que mes parents n'étaient pas des plus affectueux. Cependant, je n'avais jamais noté ce ton de panique auparavant. En temps ordinaire, ce reproche aurait été adressé de manière plus subtile, plus respectueuse. Je me sentais légère. Je voulais voler, m'envoler loin. Tant pis si on m'oubliait. Non, tant mieux ! Qu'on me laissait en paix, m'envoler loiiiin là bas... Je ne sais où. Peut-être là où Meryton avait encore ses belles prairies vertes. Meryton me manquait. Il n'y avait pas autant de grenouilles à étudier ici. Et Master Rabbit devait se contenter des murs de ma chambre pour gambader. Je faisais des bonds avec lui des fois, à quatre pattes, pour lui tenir compagnie. Mais aujourd'hui, depuis ... quelques minutes, il était resté quasiment statique. Ses petits poils blancs frissonnaient. Je fermais les yeux en le prenant dans mes bras. Profitant sereinement du silence qui régnait autour de moi.

Mes petits yeux se rouvrirent tant bien que mal. Tout était d'abord flou autour de moi. J'avais un mal de crâne fou. Je voyais des silhouettes s'agiter. Je reconnus les décors de la jadis magnifique Pump room, désormais prise d'assaut par des gens. TROP de gens. Je sentis à nouveau mon malaise habituel me revenir. Etre sous l'emprise d'une drogue m'aidait à fuir mon agoraphobie. Mais la réalité me rattrapait bien assez vite. Je m'essuyais les yeux, histoire de confirmer que je n'étais pas en train de halluciner. Je constatais que le revers de ma main était salie, noircie. Je sursautai d'un coup.

"PETER??!!"

Je sentis des gens bondir étonnés par mon réveil soudain. Ils fronçaient des sourcils : ce n'était pas une attitude de lady conventionnelle. J'aurai dû feindre la demoiselle en détresse ou la princesse qui se réveillait petit à petit d'un long sommeil par le baiser de son prince charmant. Hélas, je n'étais ni une princesse... ni une "demoiselle". Je me sentais crispée. J'étais en effet allongée étrangement sur le sol. Les genoux pliées, posées en arrière, et mon dos reposant contre un mur. C'était comme si mes pieds ne m'appartenaient plus. Je me redressai petit à petit, avec peine. Je baissais les yeux sur ma robe toute plissée. Je remarquai des petits poils blancs restés accrochés ici et là. Il ne devait plus être loin ! Je respirai longuement, essayant de me rassurer. La présence de ces personnes qui s'étaient accroupis à mes côtés me dérangeait. Je n'aurai pas du me faire remarquer. Je ne peux pas m'en empêcher, je suis si maladroite. Ils se croient si utiles, alors qu'ils ne servent qu'à rassurer leur bonne conscience. Je m'étonnai de me montrer si amère. Le retour à la réalité était à chaque fois très décevant. J'attendis que mes "bienfaiteurs" terminent leur discours.

"Vous n'avez pas entendu vos parents vous appeler ?"
"On vous a tiré de là de justesse, mrs Tiddler !"
"Le feu était si difficile à éteindre !"

SARAH : "... Cela porte malheur de souffler sur les bougies de quelqu'un d'autre, vous savez?"

Ma phrase laissa mes interlocuteurs bouche bée. Ils ne comprirent pas ce que je voulais dire. Pourtant c'était simple. C'était MON anniversaire aujourd'hui.

SARAH : "Je suis une grande fille maintenant. ... Vous savez où est passé mon lapin >_< ?"

Leur mine perdue me donna une réponse négative. Je commençai à avoir les larmes qui me montaient aux yeux. Je me mordis les lèvres pour me retenir. Je ne m'avouais pas vaincue ! J'avais laissé Dame Nature pretendre Monsieur Petit Pois et mes autres amis à Meryton, je ne laisserai pas la Nature Humaine vaincre mon ami le plus cher ! Oh ce bel étalon aux poils gris... Oh ce mignon petit rongeur aux oreilles à moitié relevées. Oh cet amateur de carottes et de bisous baveux...
Je me mis à quatre pattes, prête à attaquer. Puis posai mes pattes à l'avant pour marcher. Je rampais, comme la grande fille que j'étais, cherchant désespérément mon âme soeur. De table en table, de personne en personne, de rideau en rideau... Le nez en l'air, reniflant comme il me l'avait si bien appris... je suivais les pistes que je croyais pouvoir percevoir. NON ! JE LE RETROUVERAI !




_________________

Pom pom pom pom... (L)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Rabbit on fire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Recherche open : Fire & Shadow» Un article intéressant de Régine Chassagne du groupe Arcade fire» [UPTOBOX] Fire Girls [DVDRiP]» MILLA ♣ set fire to the rain» FIRE BURNS ~ ft. jackie
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Remember Austen, RPG du XIXe ::  :: Pump Room-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forumactif.com