AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Red tape... [Lord Worthington ?]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
InvitéInvité
MessageSujet: Red tape... [Lord Worthington ?] Ven 15 Avr - 14:58

Herr Bannstern s’était porté jusqu’à l’hôtel de ville de Bath. Son gilet enserrait une cravate de tissu rayé qui n’était pas sans rappeler la serge de quelques draperies saxonnes. Sa longue ceinture arborait une boucle en acier chromé. Ses favoris avaient été rasés la veille par les soins d’un barbier dont le tarif n’était pas à la hauteur de ses talents. Son annulaire droit était ceint d’une chevalière frappée d’une croix de Jérusalem, bijou étrange pour un entrepreneur suisse. Alors qu’il passait les portes majestueuses de l’édifice, l’homme vit le son émit par le bout de sa canne ferrée résonner sur les murs du hall. Très vite, il attira un peu d’attention, mais il usa d’un flegme égal à celui des britanniques et passa son chemin jusqu’aux réceptionnistes, sans croiser les yeux de personne.

Arrivé face au réceptionniste de l’hôtel de ville, il plaça sa canne sur le comptoir, imposant ainsi sa présence et prit tranquillement la parole : "Bonjour. Je souhaiterais prendre un rendez-vous avec Monsieur le Maire." Il haussa des sourcils au premier contact visuel avec son interlocuteur et lui servit le sourire de l’homme brave. Un sourire qui contrastait avec la poigne ferme, gantée de cuir, qui enserrait l’if peint de sa canne. L’instrument d’ailleurs n’aurait pas eu à pâlir face à un Shillelagh irlandais. Alors que l’homme s’occupait de savoir à quel moment le bourgmestre serait libre, Bannstern ne le quittait pas des yeux, son regard fixé sur lui comme un chat sur sa proie. De toute évidence, il n’était pas là pour le mettre à l’aise. Cet inconnu n’était pas un rustre mais il n’en restait pas moins démonstratif de sa virilité, ses manières étaient celles d’un homme puissant. Peut-être pas par l’argent, ses vêtements n’étant pas de la meilleure qualité, pas par le passé militaire, il n’était pas assez bridé… Non, c’était autre chose, un caractère sans doute, ou une simple expérience de la vie. Quoi qu’il en soit, il ne montrait pas la moindre pitié envers le secrétaire qui lui faisait face.
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité
MessageSujet: Re: Red tape... [Lord Worthington ?] Sam 23 Avr - 15:04

De bonne heure, Worthington s'était extirpé de son lit, avait procédé à ses ablutions matinales dans sa baignoire, avant que son valet ne l'aide à s'habiller d'une chemise blanche de bonne qualité sur laquelle il avait revêtu son gilet favori , un gilet perle paré de discrètes broderies noires, la redinguote était de même couleur. Aux pieds, il enfila ses bottes de cuir à l'anglaise teintées d'un noir profond, une couleur qui rressortait de la plus belle manière sans nul doute grâce à un cirage intensif! Il avait comme à son habitude rédigé nombre de lettres à l'attention de diverses personnes de son entourage,il avait ensuite petit déjeuné frugalement, récoltant de ce fait un regard désespéré du valet de pied chargé de le servir, qui lui, aurait bien fait un festin de toutes ces victuailles réunies pour le plaisir d' un seul homme.

Observant par la fenêtre l'extérieur, il vit, soulagé, qu'aucun badauds ne semblaient rôder par ici. Le Lord sortit néanmoins avec précipitation, monta rapidement dans son phaëton et d'un coup bien placé de rênes, fit avancer le cheval attelé au petit véhicule. Il le mena d'un pas rapide dans la direction qu'il souhaitait, car il craignait les mauvaises rencontres, au final il ne fut pas long à arriver sur la place de l'hôtel de ville. Il descendit de son moyen de locomotion, et lançant une piécette à un garçon qui surveillait d'autres attelages, lui indiqua de faire de même avec le sien.

D'un pas assuré il rentra dans l'imposant édifice. Il devait y rencontrer son homme de confiance, celui qui gérait les petits détails techniques relatifs à son domaine du Derbyshire et qui récoltait l'argent que versaient les différents métayers en son absence. Il lui avait donné ce rendez vous urgent car il voulait entendre de vive voix si ses terres avaient souffert et souffraient encore de ce trouble qui ébranlait tout le pays. La révolte grondait encore dans tout Bath et si la vie continuait, les hommes de sa classe évitaient de trop sortir de leurs logements par peur de ne plus jamais revoir les leurs. Il y a quelques jours de cela, il avait bien failli être gravement blessé et il n'avait dû sa survie qu'à sa rapidité à atteindre son attelage.

Mais vraisemblablement l'homme attendu n'était pas encore là. Voulant s'occuper l'esprit, James resta donc là à regarder les gens passer, droit comme un I.

Lorsqu'il aperçut Bannstern, il ne put retenir sa curiosité. Il ne l'avait jamais croisé et pourtant l'homme ne semblait pas être d'une classe moyenne. Il aurait dû le connaitre ne serait ce que de vue. Mais il était évident qu'il n'était pas d'ici, il n'était pas habillé à la dernière mode londonienne et puis.. cela fut encore plus évident lorsque parvint à ses oreilles la voix de l'homme en question. Il avait un léger accent, un je ne sais quoi guttural, et puis il demandait à voir le maire en pensant qu'il obtiendrait facilement un rendez vous.Oui, se dit James Worthington.. ce ne pouvait pas être un homme d'ici. Pour tromper le temps plus que pour rendre service à cet inconnu, Lord Worthington s'approcha du comptoir autour duquel la scène se déroulait et adressa la parole au "fonctionnaire":


- Ce Monsieur est une de mes relations aussi vous voudrez bien noter ceci: c'est une connaissance de Lord Worthington qui requiert une entrevue aussi tôt que possible.


L'homme acquiesca et fit comme on le lui avait dit. Ici comme dans tant d'autres villes, tout marchait au piston quand vous n'étiez pas une figure des hautes sphères locales. Le maire ne perdait pas son temps avec de vulgaires étrangers dont il n'avait jamais entendu parler. Se tournant avec un sourire affable mais sans chaleur vers le "métèque", sourire qui fut suivi d'une main placée sur le rebord de son haut de forme en guise de salut , il reprit la parole:

- Vous avez beau avoir impressionné ce Monsieur, ce n'est pas pour autant que vous auriez pu apercevoir ne serait qu'un cheveux du maire de cette ville.Il va falloir vous familiariser avec les usages de ce pays si vous voulez obtenir quelque chose de ces gratte papiers!Vous êtes? Non pas que je veuille satisfaire ma curiosité mais je pense que votre identité sera utile à ce Monsieur si il veut pouvoir transmettre une demande de rendez vous au maire.


Dernière édition par James Worthington le Sam 23 Avr - 18:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité
MessageSujet: Re: Red tape... [Lord Worthington ?] Sam 23 Avr - 18:07

Un homme approcha, Bannstern releva la tête, tranquillement, glissant son regard jusqu’au nouveau venu. Lequel activait déjà sa voix de stentor à mentir au réceptionniste. Un mensonge qui s’avèrerait sans doute utile au nouvel arrivant. Ce Lord dégageait une présence qui était en parfaite adéquation avec son titre… A croire que les titres de noblesses avaient ici une fonction différente de celle qu’ils pouvaient avoir dans son pays natal. Si seulement il avait eu la documentation nécessaire, sans doute aurait-il pu gagner auprès de la classe nobiliaire une plus grande crédibilité. Durant son voyage, Isaac s’était souvent interroger quant à la manière dont il devrait se présentait. Devait-il être le Markgraf Bannstern ou simplement Mister Bannstern ? La première solution pouvait lui donner plus de poids, mais ce titre de nature quasi-militaire n’avait jamais aidé ses ascendants. Ça expliquait sans doute ce pourquoi ils n’avaient pas pris soin de garder une trace écrite permettant d’établir la noblesse de la lignée.

Le suisse inclina brièvement la tête en avant pour saluer son interlocuteur et écouta tranquillement ce que celui-ci avait à lui dire. Sa main était toujours sur sa canne, paisiblement installée sur le comptoir. Le buste dirigé vers son nouvel interlocuteur, il afficha un visage parfaitement serein et, sans la moindre fioriture, prononça son nom en appuyant un accent germanique : "Bannstern, Isaac." Pas de Markgraf, pas de Mister, pas de Herr Bannstern, juste son nom. Un nom qui ne valait rien ici, un nom qu’il devrait apprendre à faire connaître, d’une façon ou d’une autre. Il avait déjà l’attention d’un Lord, lequel venait de lui ouvrir les portes du Maire. C’était un départ on ne peut plus satisfaisant pour un étranger. La curiosité, sans doute son arme la plus puissante pour cette société anglaise, fatiguée de tout avoir et à la recherche de quelques frissons inoffensifs.

Il ne prononça pas un mot de plus. Certes il avait appris l’anglais, certes il en connaissait les finesses, mais l’homme qui lui faisait face prenait plaisir à la langue. Tenter de l’égaler dans sa maîtrise du discours lui aurait sans doute apporté son animosité. Lui dire merci ? Un signe de faiblesse. Ça aurait été reconnaître que, sans son aide, rien n’aurait été possible. Bannstern ne quittait plus le Lord des yeux, non pas qu’il le trouva particulièrement fascinant, il avait rencontré nombre de puissants dans sa vie quand bien même il n’ait jamais véritablement évolué dans leur milieu, il lui retournait simplement la question. Son silence, cette attente, était là pour laisser de nouveau la place à cette voix masculine. Oui, il savait déjà qu’il s’agissait de Sir Worthington, mais il ne s’était pas proprement présenté. Il ne lui avait pas dit ce pourquoi il lui apportait ainsi son aide. Isaac avait des hypothèses à ce sujet, et il n’attendait pas véritablement cette présentation, sachant que la curiosité le ferait passé pour un ignare. Le silence, au contraire, tendait à lui donner l’image calme de l’homme qui sait. Tout du moins l’espérait-il. L’helvète plaçait sa confiance dans sa stature solide et son caractère trempé, c’étaient les seuls choses qui lui permettraient de gagner les hommes de Bath, qu’ils soient dans les hautes sphères du pouvoir où dans les plus petites ruelles.

Son premier interlocuteur semblait puissant, bien assez puissant pour mettre à mal son entreprise ou pour lui permettre de la réaliser en un temps record.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité
MessageSujet: Re: Red tape... [Lord Worthington ?] Mar 26 Avr - 15:34

Isaac Bannstern. Un germanique.. peut être même très certainement un juif germanique. Ces deux qualificatifs faisaient déjà de lui une rareté dans le paysage de Bath et Worthington, devant ceci, ne pût cette fois rester apathique. Il voulait en savoir plus sur ce curieux homme et ce qu'il voulait.. il l'obtenait. Du moins en général, tant qu'on ne parlait pas des femmes.

Le Lord se contenta de faire un signe de tête à l'employé afin que celui ci écrive le nom de l'étranger sur son bout de papier, par la suite il resta silencieux, on ne sait pourquoi! Sans doute voulait il prendre le temps de dévisager un peu plus son interlocuteur, ce qui en soit était assez malpoli il faut bien le dire. L'homme paraissait aussi solide qu'un chêne, peut être légèrement plus vieux que lui et assez humble et respectueux. Ces deux dernières caractéristiques lui firent gagner en partie l'estime de James.

Le silence dura et le Lord prit conscience que cet inconnu était sans doute aussi attaché que lui aux formes de politesse élémentaire. Il ne s'était pas proprement introduit, mais ayant donné son nom tout haut et à proximité de ce germanique, il n'avait pas cru utile de se répéter, car à son sens il n'y avait rien de plus exaspérant qu'une personne qui vous faisait savoir ce que vous connaissiez déjà. C'était une perte de temps. Néanmoins, par pure politesse, il lâcha d'un ton détaché:


- Mr Bannstern, je suis Lord James Worthington, d'Emergham, Derbyshire. Je me suis permis de vous donner ce coup de pouce,c'est sans doute un peu déplacé et j'espère que vous ne m'en tiendrez pas rigueur. Le hasard a fait que je vous ai entendu faire cette demande et comme c'était la première fois que je vous croisais céant, je n'ai pas résisté à l'idée de m'en mêler.

Tout était dit implicitement, avec le plus de délicatesse possible. Il ne l'avait pas aidé par pure bonté d'âme, non il l'avait aidé car il avait voulu s'occuper l'esprit et arrêter de tourner en rond en attendant son incapable gestionnaire. Et puis... par curiosité surtout. D'ailleurs si Bannstern avait été de ses connaissances, il y a fort à parier qu'il l'aurait laissé se débrouiller et ne serait pas venu lui parler. Il n'était pas de ces hommes sociables aimant les mondanités.

-Si je puis me permettre: Que venez vous donc faire à Bath, vous qui n'êtes pas sujet du roi?

Se tranformerait il en une de ces commères qu'il détestait?Oui, l'ennui le rendait pathétique.. pathétique, oui.. c'était le mot! Que ne faisait on pas pour se distraire! Adresser la parole à un roturier étranger.. Quelle idée avait il eu?Enfin.. avec un peu de chance l'individu serait intéresserant.

-Vous avez en tout cas fort mal choisi votre moment Monsieur. La ville n'est pas aussi sûre qu'à l'habitude. Enfin.. vous ne m'avez pas l'air d'exhiber votre richesse donc je suppose que tout ira bien pour vous. Du moins je ne puis que vous le souhaiter.

En réalité, il se fichait pour l'instant de ce qui pourrait arriver à cet homme. Après tout, il ne le connaissait ni d'Eve, ni d'Adam, et puis lui même avait déjà assez bien de problèmes, mais il fallait bien meubler la conversation pour ne pas paraitre totalement grossier!
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité
MessageSujet: Re: Red tape... [Lord Worthington ?] Mer 27 Avr - 12:37

Maintenant qu’on l’interrogeait, l’homme se permettait d’être plus loquace… A peine, véritablement. Il ne s’agissait pas de partir dans de grands discours, dans de longs récits de voyage. Il avait appris à préférer l’efficacité à la prolifération dialectale lors de ses interventions verbales. Aussi, lorsqu’on lui demanda ce qu’il venait faire sous le joug de la couronne d’Angleterre, il se contenta de répondre le plus simplement du monde : "Je suis entrepreneur." Un constat qui expliquait à la fois sa présence dans la ville et dans sa mairie. Bien entendu, lors de ses correspondances il avait été beaucoup plus adepte de détails. Mais le délai qui séparait l’envoi de la réception des courriers entre l’Angleterre et la Suisse n’était pas négligeable, aussi aurait-il été contre-productif d’écrire des messages brefs. De plus il se sentait bien plus à l’aise à l’écrit avec une personne qu’il savait amical qu’à l’oral avec un homme de la haute société britannique.

Lorsqu’on lui indiqua le peu de sûreté des rues, il eût un petit sourire malgré lui. Oh… Il n’aurait pas parié sa chemise qu’il aurait pu repousser une bande, mais il faudrait un sacré gaillard pour arriver à lui soutirer un denier. La canne n’était pas qu’un outil d’apparat. Certes, il aurait toujours pu se faire matraquer en traître, ou justement, être attaqué par des malfrats organisés… Mais y avait-il véritablement des malfrats organisés ? Après tous les criminels n’en étaient-ils pas à cause de leurs instincts bestiaux qui les privaient de toute civilité ? Il avait lu nombre de choses à ce sujet, les criminels ne seraient ni plus ni moins que des individus malades. Des hommes-bêtes qu’on ne pouvait pas domestiquer parce qu’ils étaient enragés.

Mais bon, il ne savait que peu à ce sujet, aussi sans doute valait-il mieux en revenir à son domaine. A ce pourquoi il était ici… Au domaine qui pouvait à la fois profiter au Lord et être financé par lui : "Il est probable, Lord Worthington, que mon entreprise, si elle réussit, apporte à cette ville non seulement plus de sûreté mais aussi davantage de richesses. Du travail pour les petites gens et une économie florissante pour la ville." Du peu qu’il en savait, les hommes anglais n’avaient pas toujours le goût des affaires, certaines grosses fortunes étaient l’objet de délégation, un comptable s’occupait de proposer des placements que le propriétaire décidait ou non d’accepter. Bannstern n’était pas vraiment au fait de ces méthodes, mais dans le doute, il avait préféré attribué l’essor économique à la ville plutôt qu’à sa classe dirigeante. Ca le privait d’être traité comme un quémandeur. Certes, on aurait toujours pu penser qu’il en était un, mais on ne pouvait l’accuser d’avoir faire l’aumône publiquement. L’industrie, voilà qui était moderne, voilà qui apporterait de l’argent à Bath, et à lui… Pour le moment, il fallait avoir des idées et une bonne maîtrise du calcul. Si tant est que les nobles anglais ne soient pas des adeptes des livres de compte, il pouvait être certain que le maire y serait sensible. Il pourrait s’attribuer la sûreté de la ville et gagnait ainsi en réputation, on ne donnerait à l’industrie de Bannstern que le mérite d’offrir du travail aux pauvres et de l’argent aux riches. Les gens avaient souvent du mal à comprendre les répercussions de leurs actes, peu avaient assez de recule pour faire le lien entre la criminalité et l’essor économique. Peut-être serait-ce différent un jour futur… Pour le moment ça ne l’était pas.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Red tape... [Lord Worthington ?]

Revenir en haut Aller en bas

Red tape... [Lord Worthington ?]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» The lord of the ringard» Lord of Ultima» Lord Voldemort Jr» Lord Rayonol» Yes, My Lord... Oui,mon seigneur... ahah ^^
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Remember Austen, RPG du XIXe ::  :: Bath Assembly Room-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit