AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Mais pourquoi s'en faire .. ♫ ♪ (Lydia et Lizzie)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Elizabeth ForbesLady
Ton prénom : Alex' ou Lexou ou Lexia ou Lexina
Célébrité : Evan Rachel Wood
© : Shiya
Messages : 3205
Date d'inscription : 14/07/2010
Localisation : Quelque part entre ici et ailleurs

Reputation
Famille: Tiddlers
Age du personnage: 23 ans
Relations :
MessageSujet: Mais pourquoi s'en faire .. ♫ ♪ (Lydia et Lizzie) Ven 15 Avr - 3:36


&&







Ce matin, en se levant, Elizabeth n’était guère de bonne humeur, et pour cause, la veille, elle avait reçu un petit billet la sommant venir prendre le thé avec sa tante. Rien qu’à l’idée de se retrouver avec sa tante lui déplaisait et lui arrachait une grimace à en faire peur. Cependant, rendre visite à sa tante et à son oncle au moins une fois par mois avait été la condition posée afin qu’elle puisse s’échapper de cet enfer. Ainsi, Elizabeth devrait se coltiner sa tante et sa ribambelle d’amies et autres vieilles femmes mal fagotées.

Assise devant son miroir, elle se mit à rêvasser, sa vie avait tellement changer depuis son départ de Paris ; Tout d’abord Meryton, où elle avait fait de nouvelles rencontres, ou des retrouvailles aussi. Il y avait eu Edme, son amant, mais ce dernier semblait avoir disparu de la surface de la terre. En arrivant à Bath, c’était un parfait chamboulement qui s’était produit. Ne pouvant plus supporter sa famille, elle décida de partir vers l’inconnu. C’est ainsi qu’elle réussit à trouver Benjamin. Drôle de rencontre, et quel étonnement qu’il lui proposa de venir vivre chez lui, sans aucune contrepartie. LA vie semblait si douce et si belle, une vie des plus rêvées peut être, à une chose près. Elizabeth sentait encore en elle un certain vide. Un vide des plus énormes. Alors que sa sœur Pearl avait été très vite courtise par un gentleman de Meryton, gentleman qui récemment lui avait brisé le cœur, Elizabeth n’avait pas eu cette chance. SA réputation l’avait devancé, mais aussi, elle était des plus exigeantes avec ses prétendants. Elizabeth soupira, tandis qu’elle passait lentement et doucement la brosse dans ses cheveux roux. Quelques minutes plus tard sa toilette fut terminée. Elle sortit donc de sa chambre et alla prévenir Benjamin de son départ. Généralement, elle entrait et sortait comme elle le désirait, mais avec les émeutes, elle préférait le renseigner.

« Benjamin, je viens vous prévenir que je sors. Je vais à la rencontre de ma tante. »

Une fois fait, elle sortit du Royal Crescent, et monta à l’intérieur d’une petite calèche en direction du Circus. Elle ne mit pas longtemps à arriver à l’endroit prévu. Quelle drôle d’idée pour sa tante de choisir cet endroit. Elle aurait mieux fait de la recevoir au sein des appartements de la famille Tiddlers. Non pas qu’Elizabeth ait peur d’un simple petit paysan, mais une seule rencontre avait suffit à ce qu’elle se rende compte, que plusieurs paysans étaient bien plus féroces, qu’ils ont en l’air (c’était la révélation du jour). Le cocher s’arrête et l’invita à sortir de la calèche. Elle ne perdit que peu de temps dehors avant de rentrer à l’intérieur du salon de thé, où bien évidemment cette vieille mégère des plus aigries serait installée là à l’attendre, et lui ferait comme première remarque, sa toilette. Elizabeth ne pouvait comprendre comment une femme ne pouvait pas aimer se faire belle, se pomponner, se mettre en valeur. Toujours habillée de ses sempiternelles robes, Elizabeth était bien plus que désespérée. A côté d’elle, sa tante passait pour une misérable femme, c’était peut être le cas. C’est avec un effort surhumain qu’Elizabeth poussa la porte pour entrer au sein du salon de thé. Effort surdimensionné et des plus durs. Cependant, qu’elle fut sa surprise quand elle ne vit personne d’autre, que sa cousine, Lydia. Aucune tante à l’horizon, d’un coup, Elizabeth se sentit des plus légères et des plus heureuses, à quelques points près. Elle aurait tout de même préférer rentrer chez elle et retourner à se lamenter sur ce vide qu’elle ressentait depuis quelque temps. Mais au moins, la conversation ne pourrait être que des plus plaisantes en compagnie de sa cousine, aussi étrange soit-elle.

Elizabeth eut un petit sourire, sur le coup d’une simple pensée, elle s’amusa à imaginer qu’à la place de Lydia se trouvait sa chère et tendre jeune sœur, cette sœur si aimée. Oui, si Pearl avait été là, elle aurait pu se distraire autrement, lui renversait du thé par exemple. Quel délice d’y penser ! Elle en jubilait. Sortant de sa pensée, elle remarqua que Lydia semblait l’attendre, elle s’avança donc vers cette dernière et prit place en face d’elle.

« Quelle bonne surprise de vous voir, ma chère Lydia. Je m’attendais à retrouver notre tante, mais vous voir là à sa place me fait chaud au cœur. Je dois vous avouer que je trainais des pieds pour venir ici. Quelles sont les nouvelles au sein de notre famille ? »

Bien assise, Elizabeth comptait tout de même oublier cette subite tristesse et apprendre tous les ragots possibles sur sa famille, surtout sur sa sœur, même si Harmony la surveillait pour elle.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://remember-austen.forumactif.com/acceptes-f37/elizabeth-forbes-ok-t624.htm http://remember-austen.forumactif.com/qui-veut-un-lien-f51/une-libertine-liberee-ca-existe-ca-elizabeth-forbes-t637.htm
avatar
Lydia ShatterneyMiss.
Ton prénom : Emilie
Célébrité : Scarlett Johansson
© : Aloysia*
Messages : 2176
Date d'inscription : 04/03/2010
Localisation : Montpellier

Reputation
Famille: Tiddlers
Age du personnage: 20 ans
Relations :
MessageSujet: Re: Mais pourquoi s'en faire .. ♫ ♪ (Lydia et Lizzie) Lun 23 Mai - 23:30

Ce matin, Lydia avait une envie folle de parler. Elle sortit un petit carnet où était inscrites toutes ses relations, chaque nom était accompagné d'un commentaire «Pas de conversation », « Ennuyeuse à mourir », « trop naïve », « à voir en cas d'envie de martyriser quelqu'un », « Haine éternelle ». La petite note était suivie de l'état moral actuel de la personne et des disponibilité pour les temps à venir. Avoir des relations & des informateurs était quand même très utile.

Elle regarda la liste de personnes avec qui elle pouvait parler et fut dépitée : la seule personne disponible était sa tante.
Lydia prit donc son plus beau papier à lettres et somma sa tante de l'inviter pour le thé. Pas besoin de mettre les formes, sa tante se devait de la recevoir.

Arrivée chez les Tiddlers, elle salua un domestique, ancien souffre douleur, qui semblait soulagé de ne plus travailler à son service. Elle lui offrit son plus beau souvenir « Voyons, mon ami, ne vous réjouissez pas trop vite, il se pourrait bien que je revienne un jour ! »

Elle entra dans un petit salon où sa tante l'attendait, l'air dépité. Miss Shatterney commença à lui parler :
« Comment allez-vous ma tante ? ». Puis n'attendant pas sa réponse elle continua « Personnellement, je vais bien, mais il faut dire que votre compagnie me manque et que j'ai tendance à m'ennuyer...
-Lydia je vous arrête tout de suite, je n'ai pas du tout l'intention de vous écouter pendant des heures, je vous ai trouvé une autre victime pour la journée »


Fort vexée, Lydia n'eut pas le temps de répondre, sa tante sortit de la pièce. Elle serait volontiers partie également, claquant la porte pour aller se plaindre auprès de son frère, mais elle était aussi terriblement curieuse de savoir qui sa tante avait bien pu inviter. Elle patienta une dizaine de minutes avant de voir sa cousine entrer dans la pièce. Elle fronça les sourcils, se remémorant sa liste, à côté de Lizzie il y avait clairement écrit « indisponible pour le mois ». Elle essaya de se souvenir en vain de celui ou celle qui lui avait donné cette information : d'une part pour vérifier les autres tuyaux offerts par cette personne, mais aussi pour lui déchiqueter le corps à coup de fourchette à bout rond pour crime de lèse-majesté. La voix de sa cousine la fit sortir de sa rêverie sanglante. Oh comme c'était charmant, elle prenait des nouvelles de la famille, Lydia allait lui répondre comme il se devait :

« Oh Lizzie je suis aussi ravie de vous voir ! Quel bonheur ! Figurez-vous que moi aussi je venais voir notre tante, et elle a un... empêchement »

Un empêchement, une trahison oui ! Un jour, elle se vengerait.

« Mais quelle chance nous avons de pouvoir passer un moment ensemble ! Rupert nous a servi un thé, et je sais comme vous appréciez les scones, en voici quelques uns. Personnellement, je vais bien, mais il faut dire que votre compagnie me manque et que j'ai tendance à m'ennuyer ! Le matin, je me lève, je me prépare avec soin, puis je déjeune -légèrement, un simple café avec une tartine me suffisent – puis je lis, j'aime beaucoup lire ! Je suis en train de lire un ouvrage passionnant qui parle d'amour et de... Mais ! Je ne vous ai pas dit ! J'ai rencontré un homme charmant ! Le parfait mélange du prince de galles ! Mais en moins moche voyez-vous ! Mais en beaucoup moins riche aussi. Comme j'ai l'impression que la beauté est inversement proportionnelle au statut ! Regardez-moi, je suis bien plus belle que beaucoup de ladies ! Mais revenons à John ! Un militaire ! Vous savez comme j'affectionne l'armée de sa Majesté pour laquelle j'ai beaucoup de respect. Même si selon les journaux, celle ci aurait fait une terrible faut de goût en s'habillant en mauve pour un défilé militaire ! Vous vous rendez compte ? Je pense qu'il faut vraiment qu'elle change de conseiller ! Enfin... John ! Mais John ! Charmant vraiment ! Il a failli être sribe vous savez ! C'est une bonne situation, ça, scribe ! Vous savez, moi je ne crois pas qu’il y ait de bonnes ou de mauvaises situations. Moi si je devais résumer ma vie, aujourd’hui, avec vous, je dirais que c’est d’abord des rencontres, des gens qui m’ont tendu la main, peut-être à un moment où je ne pouvais pas, où j’étais seule chez moi, et c’est assez curieux de se dire que les hasards, les rencontres forgent une destinée, parce que quand on a le goût de la chose, quand on a le goût de la chose bien faite, le beau geste, parfois on ne trouve pas l’interlocuteur en face, je dirais le miroir qui vous aide à avancer ; alors ce n’est pas mon cas comme je le disais là, puisque moi au contraire j’ai pu et je dis merci à la vie, je lui dis merci, je chante la vie, je danse la vie, je ne suis qu’amour, et finalement quand beaucoup de gens aujourd’hui me disent : Mais comment fais-tu pour avoir cette humanité ? Et bah je leur réponds très simplement, je leur dis : c’est ce goût de l’amour... Ah l'amour John !

Oui, Lydia avait vraiment envie de parler...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://remember-austen.forumactif.com/t78-miss-lydia-shatterney http://remember-austen.forumactif.com/t136-lydia-shatterney-votre-pire-cauchemar http://help-in-design.1fr1.net/
avatar
Elizabeth ForbesLady
Ton prénom : Alex' ou Lexou ou Lexia ou Lexina
Célébrité : Evan Rachel Wood
© : Shiya
Messages : 3205
Date d'inscription : 14/07/2010
Localisation : Quelque part entre ici et ailleurs

Reputation
Famille: Tiddlers
Age du personnage: 23 ans
Relations :
MessageSujet: Re: Mais pourquoi s'en faire .. ♫ ♪ (Lydia et Lizzie) Ven 10 Juin - 23:20


Elizabeth avait été heureuse de voir quelqu’un d’autre que sa tante. Elle n’avait pas envie de la voir, mais elle était bien obligée de remplir ses obligations. Son père l’avait exigé, c’était la condition pour qu’elle quitte le domicile des Tiddlers ; une bénédiction en soi ! Voir Lydia Shatterney à la place de Mrs Tiddlers avait été une bénédiction, jusqu’à ce que la tornade Lydia s’enclenche. D’accord, Elizabeth était ravie de la voir, elle avait toujours aimée la compagnie de Lydia. Lydia était une des cousines qu’elle aimait au sein de ce cercle de fou, bon très loin derrière Harmony. Personne ne pouvait rivaliser avec Harmony, avant même qu’elles n’apprennent qu’elles étaient cousines, elles étaient déjà les meilleures amies qu’il soit. Cependant, Lydia est différente, c’est en quelque sorte le puits de ragot d’Elizabeth. Si elle voulait savoir quelque chose, elle n’avait qu’à demander à Lydia. Lydia lui dirait tout ce qu’elle voudrait, absolument tout. Lydia avait du être journaliste dans une autre vie, pour être aussi pointue en matière de ragot. Une vraie mine d’or pour celui qui sait utiliser à bon escient toutes ces précieuses informations. C’était le cas d’Elizabeth. Connaitre les rumeurs, toutes les rumeurs et ces dernières devenaient de terribles armes entre ses mains. Mieux valait pour ses adversaires qu’elle ne sache rien qu’elle puisse utiliser contre eux. Mais voilà, dans toutes bonnes affaires, il y a toujours un mauvais côté. Chez Lydia, c’était cette folie qu’elle avait à trop parler, à beaucoup trop parler, avant de vous livrer la moindre information. Elle n’était pas si idiote que ça la petite blonde, oh non pas du tout. Elizabeth le savait parfaitement, et Lydia le prouva une fois de plus, lorsqu’elle parla de leur tante chérie, une tante si aimée, que cette dernière vous faisait faux bond et vous collait avec quelqu’un d’autre.

Elizabeth trouvait étrange que Mrs Tiddlers ne soit pas présente. Ce n’est pas le genre de femme à vous faire faux bond. Cependant, Elizabeth déteste sa tante, et sa tante le lui rend bien. Qu’elle ne soit pas là représentait plus du soulagement que de la besogne. Si elle avait été là, elle ne pourrait pas faire ce qui lui passait par la tête, parler comme elle le sent, tout comme elle serait obligée de prendre des chemins détournés pour arriver à lui tirer les vers du nez. Avec Lydia, c’était plus simple, quoiqu’un peu de manipulation ne faisait pas de mal de temps à autre. Chassez le naturel, et il reviendra au galop. Dans aucune conversation, Elizabeth pourrait s’empêcher d’y mettre un soupçon de manipulation, ce serait contre sa nature. Mais le faisant tout en finesse, personne ne remarquait. Mais revenons à Lydia, grand sujet d’observation du jour ! Lydia avait parfaitement cerné leur tante, et à en croire le ton employé par cette dernière, elle ne la portait pas haut dans son cœur, enfin pour l’instant. Le jour d’après, son opinion changerait peut être. Elizabeth tenta d’en placer une, une seule et unique phrase, une malheureuse phrase qui fut submergée par la tempête Lydia. Et encore le mot tempête était bien faible ce jour là. Au contraire, Elizabeth se crut plutôt au cœur d’une tornade, d’un ouragan, ou même en plein déluge. Si elle n’avait pas les pieds sur terre, elle aurait pu se noyer dans le discours de Lydia, une vraie torture. Mais elle devait faire bonne figure, si elle voulait avoir ce qu’elle désirait. Elle se fendit d’un grand sourire, remerciant le ciel d’être déjà bien assise et confortablement. Elle allait devoir supporter sa cousine et ses plus grandes fables. Elizabeth ne croyait pas à tout ce que lui racontait tout de même sa cousine, fort heureusement, car si jamais elle avait porté un tant soit peu de crédit à certaines de ces histoires, alors Elizabeth serait devenue folle à lier. Lydia Shatterney est une jeune femme à connaitre, mais c’est également une arme fatale, surtout si elle vous parle de ses compagnons, de ses amis, parfois imaginaires. Ce qui pourrait être le cas de ce cher John. Elizabeth n’avait pas la moindre idée de qui elle parlait. John pouvait être une véritable personne, une chose, une statue peut être, ou alors un fantasme. Par contre, elle voyait parfaitement que Lydia y tenait, c’était John par ci, John par là. Quelle horreur, et elle allait devoir supporter ça ! Elizabeth prit sa tasse de thé et en but une gorgée, espérant que le moulin à parole allait terminer de parler pour un rien et peut être faire une pause, pour la laisser souffler. Oui, car des deux c’était Elizabeth la victime, pour l’instant. Tout ce discours lui donnait des vertiges. Mais Dieu soit loué, Lydia s’arrêta enfin. Pour parler, elle avait parlé, cinq, non dix, ah non quinze minutes avaient du s’écouler. On notera qu’Elizabeth en rajoute très certainement, mais le discours semblait durer une éternité. Elle allait devoir se montrer subtile, afin que Lydia ne reparte pas dans un autre monologue.

« Je suis heureuse pour vous, ma chère Lydia. Rencontrer un homme tel que votre cher John n’est pas donné à tout le monde. Vous êtes particulièrement chanceuse, autant dire que peu d’hommes serait résisté à la beauté que vous êtes. Regardez ma jeune sœur, elle a sauté dans les bras du premier idiot venu et voilà où elle en est. J’ai eu vent qu’elle le pleurait, à cause d’une autre femme passait par là. »

Petit compliment avec le sourire, plus exemple d’une autre femme et normalement Elizabeth amènerait Lydia là où elle le désirait. Cependant, sa cousine demeurait une personne des plus inattendues, des plus surprenantes. Dieu seul sait ce qu’elle avait dans la tête, et Elizabeth pria pour que ce soit ce qu’elle-même avait en tête.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://remember-austen.forumactif.com/acceptes-f37/elizabeth-forbes-ok-t624.htm http://remember-austen.forumactif.com/qui-veut-un-lien-f51/une-libertine-liberee-ca-existe-ca-elizabeth-forbes-t637.htm
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Mais pourquoi s'en faire .. ♫ ♪ (Lydia et Lizzie)

Revenir en haut Aller en bas

Mais pourquoi s'en faire .. ♫ ♪ (Lydia et Lizzie)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Pourquoi c'est faire cette rubrique.» Mais pourquoi tout le monde s'endort ?» Heu... J'ai jamais bu de bière, mais pourquoi pas ! [PV Silver]» Mais que peux-tu faire mon skink à grande crête?» Pourquoi ne pas faire la même chose ?
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Remember Austen, RPG du XIXe ::  :: The Circus-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit