AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Comment pourrais je résister à votre beauté .... (ft Pearl F.)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Alexander R. RosenbachLord
Ton prénom : Alex, Lexou, Cremouille, Chocopote, Minus, Purée de framboise, choupinette
Célébrité : Alex Pettyfer
© : Fleur des neiges
Messages : 767
Date d'inscription : 18/02/2011

Reputation
Famille: Bath's inhabitants
Age du personnage: 29 ans
Relations :
MessageSujet: Comment pourrais je résister à votre beauté .... (ft Pearl F.) Lun 7 Mar - 4:23

&&


Quelle delicate rose vous êtes
Ne m’en veuillez pas très chère de vouloir vous charmer
Aujourd’hui était un jour banal dans la vie d’Alexander, en réalité, il tournait en rond depuis quelques heures. Ne sachant quoi faire, il avait décidé d’aller se promener, oui se promener dans Bath. Depuis quelques mois, il ne sortait guère, sauf si ce n’était pour affaire, et généralement c’était le cas, mais pas aujourd’hui. C’est donc sous le soleil de Bath qu’il sortit de chez lui, sans aucune pensée ou idée de ce qu’il pourrait faire. Il verrait bien là où le vent l’emmènerait.

C’est ainsi que ce cher jeune homme se retrouva parmi les arbres fruitiers, endroit où l’air y était doux. Les mains dans les poches, l’air de rien, Alexander continua sa marche. Nonchalant, il repensait à son frère perdu, Raphaël. Si seulement il pouvait être encore de ce monde. Certaines nuits, il lui arrivait de revoir le corps de Raphaël martelé de coups, sa mort avait du être terrible. Sans lui, il se sentait perdu, et pourtant il était l’aîné de la famille. Une famille qu’il avait perdue bien trop tôt. Seul il continua d’avancer, jusqu’à trouver un banc libre et ombragé par un pommier en fleur. Perdu dans ses pensées, il y prit place, sans trop regarder autour de lui. En vérité, il n’y avait guère à voir, mis à part hommes et femmes se promenant, des hommes et des femmes qui le regardaient avec peu d’intérêt. Et tout ça pourquoi, parce qu’il aimait les femmes et ne désirait guère prendre épouse. Il aimait sa vie telle qu’elle, mais cela dérangeait. D’ailleurs, il fit exprès de saluer un couple passant juste devant. Un salut avec un grand sourire sournois et hypocrite. Un sourire qui leur convenait à merveille. Un vrai délice que de savourer ses petits instants, devant leur dédain si faux et pathétique. Néanmoins, ce couple permit à Alexander de faire une trouvaille et pas des moindres. En effet, juste après le passage du couple, il put avoir une délicieuse vue sur une créature des plus belles. Une jeune femme se tenait non loin de lui. Jeune, séduisante, blonde, elle était assise sur un autre banc, et seule en plus ! Voilà un cadeau tombé du ciel. Néanmoins, il percevait mal son visage de l’endroit où il se trouvait. Et curieux, il décida bien évidemment de se lever pour mieux observer. Il prit un air décontracté, un air tranquille et calme, toujours les mains dans les poches d’ailleurs. Il arrivait pratiquement à son hauteur, quand il put enfin apercevoir son visage. Un joli petit ange. Que pouvait-elle bien faire ici, seule ? Profitant qu’elle ne l’ait pas encore remarqué, il prit place à l’autre bout du banc, ce dernier n’étant pas très grand et souffla. Il attendit quelques instants avant d’engager la conversation, afin qu’on ne détecte pas que sa présence à côté de cette jeune femme soit volontaire.

« Quel temps magnifique, vous ne trouvez pas ? »

Alexander tourna la tête afin de mieux l'observer, de mieux la dévisager. Quelle séduisante jeune femme ! Jamais auparavant il ne l'avait vu, si cela avait été le cas, il l'aurait su ! Alexander connaissait de nombreuses femmes à Bath.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://remember-austen.forumactif.com/t1069-alexander-r-rosenbach-_-uc#75763
avatar
Pearl ForbesLady
Ton prénom : Morgane
Célébrité : Michelle Williams
© : Mad.Hatter & tumblr
Messages : 2141
Date d'inscription : 04/08/2010

Reputation
Famille: Tiddlers
Age du personnage: 21 printemps
Relations :
MessageSujet: Re: Comment pourrais je résister à votre beauté .... (ft Pearl F.) Jeu 10 Mar - 4:22

Ces derniers, temps, la vie n'avait pas été des plus facile. La trahison du Lord auquel elle avait si rapidement offert son coeur avait été des plus douloureuses, d'autant plus qu'elle s'était faite avec Georgiana qui n'avait pas pris de pincettes avec elle après ça. Le souvenir de cette triste après-midi lui revenait sans arrêt en tête sans qu'elle ne puisse rien faire pour y échapper. Et pourtant en un sens ce n'était pas plus mal... Mieux valait qu'elle l'ait découvert maintenant, avant qu'il ne soit trop tard. Ainsi sa réputation demeurait aussi intacte que son innocence et elle n'avait pas eu trop le temps de s'attacher. Seulement 8 mois... Oh pourquoi se mentir ! Elle aurait jeté sa réputation aux orties si cela lui aurait permis de récupérer William ! Comme elle aurait aimé savoir ce qu'il pensait réellement d'elle, pourquoi il l'avait embrassé et dit toutes ces choses si finalement il en embrassait une autre si vite. Comme elle avait été sotte de le croire... Plus jamais, non jamais, elle ne se laisserait avoir par un homme ! Les prochaines lèvres à embrasser les siennes serait celles d'un homme qui aurait d'abord accepté de la prendre comme femme ! Là au moins elle serait sure de son honnêteté...

Mais se morfondre ne servait pour l'instant à rien, aussi la décision d'une balade fut rapidement prise. Sans trop d'idées précises sur le lieu où se rendre, elle flâna tranquillement dans les rues de Bath sans réellement s'en soucier. Son esprit finit par se vider à la sensation agréable du vent frais sur son visage mais tous ses soucis lui revinrent en force lorsqu'elle se rendit compte qu'elle n'étais qu'à une centaine de mètres du champ fruitier. Elle tenta de résister un instant mais comme si elle aimait se faire du mal, elle ne put s'empêcher de s'y diriger. Tout lui revint en force et sa douleur se décupla, d'autant plus lorsqu'il lui sembla reconnaître l'arbre près duquel... Près duquel... Elle s'assit sur le banc le plus proche, consciente que ses jambes s'étaient mises à trembler et que la tête lui tournait. Elle fit tout pourtant pour retenir ses larmes, car cela n'y changerait rien. Son regard se fit simplement mélancolique, se perdant dans ce décor qui lui rappelait un passé encore bien trop présent.

Elle ne sentit pas que quelqu'un venait de s'asseoir près d'elle, ce ne fut que le soupir qu'il laissa échapper qui la ramena à l'instant présent. Elle tourna un instant la tête dans sa direction mais ne le reconnaissant pas, elle en revint à son arbre maudit. Il était charmant, mais quand elle songeait au dernier homme charmant qu'elle avait rencontré, nulle envie de connaître celui-là ne lui venait. Les choses pourtant n'étaient jamais simple, aussi le hasard voulut-il que cet inconnu en ait l'envie. Lorsqu'il parla, ce fut à son tour de laisser s'échapper un soupir, sans qu'elle n'en ait réellement conscience d'abord. Réalisant alors son geste, elle le regretta tout de suite. Elle ne voulait pas le connaître, mais son éducation l'empêcher d'aller jusqu'à une telle impolitesse. Elle se tourna donc vers lui, comme pour s'excuser, mais croisa son regard qui l'analysait sans complexe. Elle se remit aussitôt à fixer l'arbre pour se souvenir de la cruauté des hommes, et pour oublier à quel point elle avait trouvé ses yeux beaux aussi...

- Oui en effet, j'imagine. Mais nous n'avons pas été présenté, je suis navrée.

Bondissant sur ses pieds, elle lui fit une révérence des plus gracieuses, bien qu'un brin précipitée. Elle s'efforça de ne pas croiser son regard, ce qu'elle se félicita d'avoir fait avec succès, et s'éloigna. Réalisant qu'elle ne voulait pourtant ni rentrer chez elle, ni se balader plus longtemps, elle se contenta donc d'aller s'asseoir... Deux bancs plus loin. Bon, pour l'impolitesse, c'était ratée, elle s'en rendit compte au moment où elle s'asseyait, mais pour sa défense, il lui avait adressé la parole sans présentation préalable, et elle était un peu préoccupée ces derniers temps ! Maigre défense, mais c'est tout ce qu'elle avait..

_________________

Le chemin de chacun est assailli de ronces
qu'il convient d'écarter en gardant son sang froid.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://remember-austen.forumactif.com/acceptes-f37/une-ame-pure-est-comme-une-belle-pearl-t683.htm http://remember-austen.forumactif.com/qui-veut-un-lien-f51/pearl-forbes-raison-et-sentiments-t695.htm
avatar
Alexander R. RosenbachLord
Ton prénom : Alex, Lexou, Cremouille, Chocopote, Minus, Purée de framboise, choupinette
Célébrité : Alex Pettyfer
© : Fleur des neiges
Messages : 767
Date d'inscription : 18/02/2011

Reputation
Famille: Bath's inhabitants
Age du personnage: 29 ans
Relations :
MessageSujet: Re: Comment pourrais je résister à votre beauté .... (ft Pearl F.) Ven 11 Mar - 17:07

Visiblement, cette jeune femme n’avait aucune envie qu’on lui tienne compagnie. Alexander aurait pu s’arrêter là, abandonner et laisser cette ravissante créature à ses songes, mais c’était là mal le connaitre. Il n’allait pas se laisser avoir ainsi, évincer par quelques songes que ce soit. Il n’eut pas le temps de l’arrêter qu’elle était déjà partie s’installer deux bancs plus loin. Bien décidé à la connaitre, il se releva, une fois de plus, marcha, une fois de plus, et s’installa à côté d’elle, une fois de plus.

« Vous avez raison, nous n’avons pas été présenté. Permettez-moi de réparer cette erreur »

D’un geste théâtral, Alexander se leva et se présenta en bonne et due forme.

« Lord Alexander Richard Rosenbach, dernier du nom et unique héritier de la famille. ET à qui-ai-je l’honneur, si bien évidemment, vous me permettez de me faire connaitre votre identité »

Et hop un petit sourire charmeur, un sourire qui faisait en fondre plus d’une. Il en abusait très certainement, mais il s’en fichait, cela marcher toujours, peu arrivaient à rester indifférente à son charme, même quand elles essayaient de résister, il voyait parfaitement que son charme leur jouait des tours. Par simple politesse, il resta debout, à moins que ce ne fût que par simple envie de la contempler. Une vue magnifique de là où il se trouvait, debout en face d’elle. Néanmoins, de son poste d’observation, il remarqua aisément que cette femme était prise par ses pensées, des pensées tristes à en croire l’expression de son visage. Quelque chose la rongeait de l’intérieur, quelque chose la tracassait. Un regard fixe. Il avait déjà remarqué quelque chose d’étrange, chez elle, quand elle s’était levée pour s’éloigner de lui. Elle n’avait pas osé croiser son regard, était ce par politesse ou par timidité qu’elle avait agi ainsi ? En parfait gentleman, mais également en parfait séducteur, Alexander lui tendit son mouchoir, accompagnant son geste d’explication, afin qu’elle ne le prenne pas pour un tordu.

« Prenez ceci ma chère, je vois bien que vous êtes attristée par quelque chose. Je déteste voir une femme dans cet été. Acceptez ce mouchoir, et servez vous-en, si ce dernier devient utile »

Après lui avoir donné le mouchoir, Alexander reprit finalement place à ses côtés. Regardant le ciel azur, il soupira réfléchissant à comment se comporter avec elle. Que pouvait-il bien faire ? Il n’allait pas non plus lui demander de lui raconter ce qui la tracassait tant, ce n’était pas là des manières. Si bien qu’il n’en avait pas réellement de bonnes manières.

« Permettez-moi, demoiselle, de rester à vos côtés et vous tenir compagnie. Peut être que cette dernière fera chasser cette vilaine tristesse. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://remember-austen.forumactif.com/t1069-alexander-r-rosenbach-_-uc#75763
avatar
Pearl ForbesLady
Ton prénom : Morgane
Célébrité : Michelle Williams
© : Mad.Hatter & tumblr
Messages : 2141
Date d'inscription : 04/08/2010

Reputation
Famille: Tiddlers
Age du personnage: 21 printemps
Relations :
MessageSujet: Re: Comment pourrais je résister à votre beauté .... (ft Pearl F.) Lun 14 Mar - 3:28

Le jeune homme s'avéra plus insistant qu'elle ne l'eut cru. A peine avait-elle eu le temps de s'asseoir qu'elle remarque qu'il se relevait et venait vers elle. N'avait-elle donc pas été assez claire ? Ne pouvait-elle ressasser ses mauvais souvenirs en paix ? Son charme ne lui pardonnait pas son impolitesse comme son indélicatesse à insister ainsi alors qu'elle venait de clairement l'éconduire. Aussi décida-t-elle de ne plus se priver à être désagréable, sans le moindre remord. Elle le dévisagea sans gêne alors qu'il s'approcha et s'assit à ses côtés, son air indiquant clairement ce qu'elle pensait de sa façon d'agir. Finalement, c'est dans un geste plein de dédain qu'elle lui tourna le dos, l'ignorant complètement au moment même où il prenait la parole. Impossible de déprimer en paix non mais vraiment...

Seulement voilà, du coin de l'œil elle le vit se relever et sa pantomime si théâtrale suivi de son petit discours parvint à lui faire décrocher un petite rire qu'elle ne parvint pas à étouffer. Il restait là, debout à la regarder attendant sans doute une réponse. Elle lui tourna le dos une petite minute de plus, feignant de l'ignorer toujours, mais ne put se contenir plus longtemps.

- Sachez Lord Alexander Richard Rosenbach, dernier du nom et unique héritier de la famille, que je parlais de présentation officielle. Il est inconvenant monsieur pour vous d'ainsi venir m'aborder, alors que je me trouve seule qui plus est.

Cependant, aussi formelle soit sa réponse, ses yeux rieurs étaient assez explicites de ce qu'elle pensait réellement. Finalement amusée de la situation, elle s'arrêta donc là, laissant planer le doute sur son identité. Pour une fois dans sa vie, pour un instant, elle ne serait pas Pearl Forbes, petite sœur de l'affreuse teigne (mwahaa xD) Elizabeth Forbes, à la dot plus qu'attrayante qui plus est. Elle serait... Elle serait l'inconnue du parc ! La jolie inconnue du parc, boudeuse et quelque peu râleuse mais dont on pardonnait les quelques défauts pour les beaux sourires qu'elle avait fini par offrir... Et aux chevilles occasionnellement aussi enflée que son égo.

Malheureusement, sourire un peu avait beau avoir alléger son coeur l'espace d'une seconde, lorsqu'en lui retournant le dos son regard s'était posé sur L'arbre, tout le poids du chagrin vint à nouveau l'étouffer. La commissure de ses lèvres frissonna un instant et son sourire se fana aussi vite qu'il était apparu. Mélancolique, elle en oublia un instant la présence du jeune homme qui ne manqua de la lui rappeler en lui tendant un mouchoir. A la fois touchée par l'attention qu'il lui portait et la délicatesse qu'il avait de ne point poser de question sur l'origine de ses maux, et gênée que sa peine se voit autant, elle prit le mouchoir qu'il lui tendait de bon coeur, lui souriant timidement pour le remercier. Il finit d'ailleurs par reprendre place à ses côtés, alors qu'elle se décidait enfin à lui refaire vraiment face. Elle hésita un instant et ouvrit la bouche plusieurs fois sans qu'aucun son ne sorte. Pearl avait beau savoir parfois s'exprimer avec grande éloquence, elle remarqua que dernièrement, les mots lui avaient manqué cruellement. Elle se retrouvait spectatrice de sa propre vie et subissait ses désillusions sans ne plus savoir quoi dire pour que tout s'arrête enfin. Alors elle garda encore le silence, sans trop oser le regarder. Il était aussi charmant que William, rester en sa compagnie signifierait s'attacher un peu aujourd'hui, plus demain, et plus encore le jour suivant. Cela voudrait dire se faire peut-être à nouveau briser le coeur. Elle avait aussi rencontré William un jour où elle était triste et qu'il l'avait consolé, en un lieu tout aussi désert... La similitude des deux situations fut un nouveau coup bas pour son pauvre coeur plus émietté que jamais. C'est en se rendant compte qu'elle tournait et retournait le mouchoir du Lord entre ses doigts délicats qu'elle réalisa qu'elle avait gardé le silence plusieurs minutes sans qu'il ne vienne pourtant la troubler dans ses réflexions. Alors finalement...

- Je vous remercie pour vos attentions monsieur. Vous avez réussi à me faire sourire alors que je n'y croyais plus... Votre compagnie me fera finalement grand plaisir.

_________________

Le chemin de chacun est assailli de ronces
qu'il convient d'écarter en gardant son sang froid.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://remember-austen.forumactif.com/acceptes-f37/une-ame-pure-est-comme-une-belle-pearl-t683.htm http://remember-austen.forumactif.com/qui-veut-un-lien-f51/pearl-forbes-raison-et-sentiments-t695.htm
avatar
Alexander R. RosenbachLord
Ton prénom : Alex, Lexou, Cremouille, Chocopote, Minus, Purée de framboise, choupinette
Célébrité : Alex Pettyfer
© : Fleur des neiges
Messages : 767
Date d'inscription : 18/02/2011

Reputation
Famille: Bath's inhabitants
Age du personnage: 29 ans
Relations :
MessageSujet: Re: Comment pourrais je résister à votre beauté .... (ft Pearl F.) Sam 19 Mar - 23:34

Il s’était présenté tout naturellement, sans aucune controverse et sans respect des règles. Il aurait du se présenter dans les règles, mais que faire dans de telles situations. Il n’allait tout de même pas laisser partir une telle beauté. Alors qu’elle lui répliqua avec qu’il aurait du se présenter comme le voudrait les mœurs, Alexander la regarda, sans même pousser un soupir, chose pour laquelle on aurait pu le féliciter. Le comportement de cette jeune femme lui rappela étrangement celui de Mary Springbury, les règles, toujours les règles et encore les règles. Qu’est ce que ces bonnes femmes avaient avec ces maudites règles, ennuyantes et pompeuses ? Alexander se le demandait bien.

« Il est certes inconvenant de ma part de me présenter ainsi, et veuillez m’en excuser. Mais il n’est guère recommandé à une jeune femme de se promener seules dans les rues de Bath, même si nous sommes actuellement dans ce parc. Personne ne sait ce qui peut arriver, n’importe qui pourrait se cacher dans ses buissons. »

Aucun énervement, juste un ton neutre et calme, juste un ton doux et chaleureux. Alexander en savait bien plus qu’il ne pouvait le dire. Il le savait pour avoir vécu l’expérience, c’est non loin de cet endroit que son frère avait trouvé la mort, et on se trouvait pourtant dans les plus beaux quartiers de Bath. Il garda le silence pendant quelques minutes fixant au lointain. Puis, en un claquement de doigt, Alexander revint parmi les vivants et s’aperçut que sa charmante interlocutrice n’avait guère voulu lui donner son nom, ou quelconque indice. Il allait devoir y remédier. Il était certain que la douce jeune femme avait un nom aux consonances chantantes. Il fit une petite moue, mais décida de ne pas redemander de suite. Il ne voulait pas non plus passer pour un malotru auprès d’elle. Et tout ce mystère autour de son identité pimentait la situation. Elle avait un regard des plus fascinants, de jolis yeux rieurs, une grâce dans ses traits, accompagnés d’une chevelure d’ange. De nombreux prétendants devaient très certainement se ruer à ses pieds, dans l’espoir d’obtenir sa main. Peut être n’aurait-il aucune chance avec elle, peut être qu’il en aurait une. Allez savoir, si la chance était avec lui.

Alexander s’était aperçu que la jeune demoiselle était triste, il lui avait donc tenu, le plus naturellement du monde un mouchoir. Un mouchoir qui pourrait peut être lui servir. Voir une femme triste n’était pas son fort. Il avait toujours garder une image heureuse de sa défunte mère, et jamais dans sa vie il n’avais aimé rendre une femme malheureuse que se soit pas le geste ou la parole. Ainsi, il n’avais au grand jamais frappé une femme, bien au contraire il préférait venir à leur secours. Et si jamais il blessait une femme par une parole, il se repentait de suite. La plus belle beauté sur Terre est une femme heureuse, la plus laide, une femme malheureuse et blessée. Sa charmante interlocutrice irradiait de beauté, mais un petit quelque chose assombrissait le tableau. Ainsi fut-il aux anges quand elle accepta qu’il reste en sa compagnie. Et doublement heureux quand elle lui révéla qu’elle n’aurait pas cru pouvoir ressourrir. Il ne s’était pas trompé, quelque chose l’attristait, il était donc de se devoir de la faire rire et sourire. La séduction viendrait pour plus tard, car oui ce grand dadet de Lord qu’il était n’avait pas perdu en tête de la séduire. Laisser passer une occasion ainsi reviendrait au suicide !

« Je suis bien heureux que vous m’accordiez un tel honneur. Etre en compagnie d’une ravissante jeune femme telle que vous me fait grand plaisir. Mais je suis surtout comblé de vous faire sourire. »

N’avait-il pas dit que la séduction viendrait après ? Incorrigible ! Voilà ce qu’il était, la séduction, toujours la séduction et encore la séduction. Mais reprenons un peu de sérieux. Alexander devait trouver quelque chose pour la faire sortir de cet été de tristesse. Il n’allait pas lui demander ce qu’elle avait bien au contraire, mais quelque chose devait l’aider à ne plus être triste. Il soupira, regarda le ciel, puis la regarda, elle était vraiment bien trop séduisante pour être seule dans la vie. Tant pis, il tenterait quand même sa chance.

« Et si vous gardiez ce joli sourire qui vous va à ravir, jeune et jolie demoiselle ? Il vous sied à merveille. Bien évidemment, je ne pense pas être le remède à vos problème, je e pense pas pouvoir les régler, mais je peux au moins vous aider à sourire et à profiter du restant de la journée. »

Soudain, une illumination le traversa ! Comme un savant fou, il avait trouvé une idée, une merveilleuse idée. A voir le soleil dans le ciel, sa position, car oui, Monsieur savait à peu près l’heure grâce au soleil, il n’allait pas tarder à être l’heure du thé. Même si ce n’était pas quelque chose qu’il appréciait, il pouvait très bien faire un effort pour elle.

« Que diriez vous de partager, en ma compagnie un thé. Nous pourrions profiter du soleil et faire connaissance. Un seul mot, et je demanderais à mon majordome qui se trouve non loin de nous, d’aller chercher tout pour pouvoir prendre le thé ici. Je n’habite guère très loin de ce magnifique parc. »

A ces paroles, Alexander lui montra du doigt son majordome, installé à quelques mètres d’eux, bien plus loin en compagnie des lévriers d’Alexander.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://remember-austen.forumactif.com/t1069-alexander-r-rosenbach-_-uc#75763
avatar
Pearl ForbesLady
Ton prénom : Morgane
Célébrité : Michelle Williams
© : Mad.Hatter & tumblr
Messages : 2141
Date d'inscription : 04/08/2010

Reputation
Famille: Tiddlers
Age du personnage: 21 printemps
Relations :
MessageSujet: Re: Comment pourrais je résister à votre beauté .... (ft Pearl F.) Mar 12 Avr - 4:09

Spoiler:
 

Après tout, que risquerait-elle à prendre un peu de bon temps ? Il avait su se montrer des plus aimable en tout juste quelques minutes et son insistance à faire sa connaissance était plus charmante que pénible tant il le faisait avec douceur et une apparente quiétude de ce qui pouvait à ce point occuper ses pensées. Oui elle devait être bien sotte de laisser si tôt entrer un étranger dans sa vie, dans ce petit bout de sa vie que représentait cet après-midi du moins, mais accepter un peu de réconfort, était-ce si terrible ? Elle se sentait aujourd'hui plus seule, plus trahie que jamais. Tout ici la ramenait à ce qui s'était passé quelques jours plus tôt ! Le souvenir de ce baiser la torturait au moins autant que ceux qu'elle-même avait osé Lui offrir tant elle se sentait à présent idiote. Si seulement elle pouvait revenir en arrière...

Mais elle ne le pouvait, alors autant oublier et revenir à l'instant présent. Évidemment, tout n'était pas si simple, mais rejeter les attentions d'une personne sous prétexte qu'elle lui en rappelle une autre ne ferait qu'empirer les choses. Serrant le mouchoir qu'elle tenait toujours, elle en oublia toute sa mélancolie et se promit de ne plus comparer sa situation actuelle à celle de Meryton, de ne plus chercher de points communs entre sa rencontre avec Alexander et ce beau Lord qui avait fait chavirer son coeur une après-midi ensoleillée il y a plusieurs mois de cela. Une journée comme celle-ci, où un beau visage et de délicates attentions avaient eu raison d'elle... Voilà que cela lui reprenait ! C'était assez maintenant ! La belle inconnue du parc qu'elle avait décidé d'être ne pouvait décemment se laisser ainsi submerger par son chagrin, perdre le contrôle la seconde à peine suivant l'instant où elle pensait enfin le reprendre ! Aujourd'hui elle ne serait plus Pearl Forbes, donc aujourd'hui, le passé de Pearl Forbes n'existait plus. Il n'y aurait plus la moindre mélancolie dans son sourire, plus d'hésitation dans ses regards, seulement une jeune demoiselle charmante est ravie de pouvoir converser alors qu'elle ne s'y était attendue. Et tant qu'à jouer le jeu, autant le faire jusqu'au bout et continuer à agrémenter cette discussion d'aimables taquineries.

- Vous êtes bien cruel d'ainsi me piéger ! Je vous refuse la parole car je me trouve être seule et vous soulignez que c'est bien là mon tort et non le vôtre. Mais je dois bien l'admettre, le fait que je me promène sans chaperon est bien de ma responsabilité et comme il est certain que votre compagnie puisse me tenir à l'écart de potentiels dangers, cela fait donc de vous mon sauveur je suppose. Elle lui offrit le sourire le plus large et sincère dont elle était capable en cet instant mais ajouta aussitôt quelques mots, teintant par la même occasion son regard d'un brin de mystère joueur. Cependant, je ne puis être totalement certaine que vous n'êtes pas précisément le danger dont j'imagine que vous me protégez, aussi vous comprendrez que je ne puis vous révéler mon identité avant d'être totalement sure que vous êtes une personne de confiance.

Elle tenta de garder son sérieux une seconde, mais ne put retenir plus longtemps son sourire. Il était agréable d'ainsi discuter et jouer, et elle était finalement plus redevable qu'elle ne l'eut crut envers le jeune Lord. Elle s'amusait bien et elle sentait déjà avec soulagement le poids du chagrin s'envoler. Il aurait bien sûr tôt fait de revenir l'écraser une fois qu'elle se trouverait être à nouveau seule mais en être libérer le temps de quelques heures ne pourrait que la soulager. Plus de larmes à ravaler, de boule dans la gorge, de jambes faibles semblant incapables de supporter son poids plus celui de sa tristesse plus longtemps ou même d'affreux souvenirs qui ne cesse de repasser en boucle dans son pauvre esprit épuisé de tant de tortures. Enfin elle pourrait respirer de grandes bouffées d'air sans craindre de fondre en larmes car aujourd'hui, aujourd'hui elle serait l'inconnue du parc.

A son invitation à prendre le thé alors, elle n'hésita pas une seconde. Plus longtemps elle serait accompagnée, plus l'instant où tout lui retomberait dessus tarderait. Que cette compagnie se révèle si charmante et agréable, tant au regard qu'à l'oreille était évidemment un avantage non négligeable. Elle suivit son regard jusqu'à son majordome et après l'avoir observé ainsi que les chiens pensivement une petite minute, comme pour le faire douter de la réponse qu'elle lui ferait, elle se retourna finalement vers lui et lui répondit la mine ravie.

- Vous me rendez le sourire et me complimentez, alors comment ne pourrais-je désirer prendre le thé en votre compagnie ? Je vous en prie milord, prévenez votre majordome, ce sera pour moi un plaisir.

Spoiler:
 

_________________

Le chemin de chacun est assailli de ronces
qu'il convient d'écarter en gardant son sang froid.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://remember-austen.forumactif.com/acceptes-f37/une-ame-pure-est-comme-une-belle-pearl-t683.htm http://remember-austen.forumactif.com/qui-veut-un-lien-f51/pearl-forbes-raison-et-sentiments-t695.htm
avatar
Alexander R. RosenbachLord
Ton prénom : Alex, Lexou, Cremouille, Chocopote, Minus, Purée de framboise, choupinette
Célébrité : Alex Pettyfer
© : Fleur des neiges
Messages : 767
Date d'inscription : 18/02/2011

Reputation
Famille: Bath's inhabitants
Age du personnage: 29 ans
Relations :
MessageSujet: Re: Comment pourrais je résister à votre beauté .... (ft Pearl F.) Lun 18 Avr - 3:31

Spoiler:
 


Alexander ne pouvait être qu’heureux ! Il profitait du temps, du paysage et de la présence d’une ravissante jeune demoiselle, qui ne voulait cependant pas lui donner son identité, ni même un indice apparemment. Elle préférait la garder secrète, afin d’être sûr qu’il n’était pas un danger pour elle. Il ne pouvait rien lui dire, c’était là la raison qui guidait sa pensée, chose tout à fait normal. Bon, les règles étaient peut être un peu derrière, mais au moins, elle ne les balançait pas au nez et à la barbe d’Alexander. D’ailleurs, il en oublia très vite cette absence d’identité. Au contraire, cela donnait un petit côté piquant à la rencontre, mêlée à du mystère. Et puis ne l’avait-elle pas appelé son sauveur ? Si, il semblait bien qu’elle avait employé ce terme à son encontre. Il l’a protégé, il était donc normal qu’elle le considère comme un héro (et c’est à ce moment qu’on botte les fesses aux autres prétendants). Un sourire des plus charmeurs se dessina sur son visage, il avait quelque peu galéré, il fallait le dire et le reconnaitre surtout. Au départ, cette jeune femme avait fui sa présence, et pourtant désormais, elle lui souriait, d’un sourire des plus éblouissants, plein de mystère et de charme (en même temps il en voit un peu partout). Soudain, une envie, quelque peu folle, lui submergea le cerveau. Puisque cette jeune demoiselle ne lui révélerait pas son identité, il allait devoir lui en trouver. Toutefois, il trouva tout de même plus sage de lui demander la permission, après tout ni tout le monde ne serait d’accord qu’on lui donne une autre identité.

« Je ne puis vous blâmer, charmante demoiselle. Vouloir garder son identité secrète est un comportement des plus prudents, surtout que vous ne me connaissez que depuis quelques minutes. Ainsi, et pour égayer cette journée, me laisseriez vous, vous inventez une identité, avec un prénom et une histoire »

Avec un sourire rieur, et un ton des plus chaleureux, il le lu proposa. Bien évidemment, il ne s’attendait pas à ce qu’elle lui dise automatiquement oui. Il avait déjà conclu qu’elle était loin d’être sotte, ou niaise. La preuve, elle s’était gardée de lui dire qui elle était. A cette demande, il trouva judicieux d’ajouter le suivant.

« Bien évidemment, charmante demoiselle, je comprendrais parfaitement que vous ne veuillez pas jouer à ce jeu. Mais dans le cas, où vous diriez oui, je vous laisserai faire de même avec moi. Même si vous connaissez déjà mon nom et prénom, ainsi que mon rang social. »

Le jeu lui semblait équitable, ou tout du moins la proposition. Ils allaient partager le thé, autant qu’ils trouvent un sujet de conversation. Elle lui avait déclaré qu’il venait de lui rendre le sourire, alors pourquoi ne pas continuer. Et voir cette jeune femme sourire était un ravissement pour les yeux et une satisfaction pour Alexander. Elle venait de le lui redire, d’approuver son invitation à prendre le thé. Alexander n’attendit pas un seul instant. Une seconde après qu’elle lui ai dit oui, Alexander fit signe à son majordome qui était au loin. Ce dernier s’occupait de ses chiens, deux pour être exact. Le majordome approcha, tout en amenant les magnifiques lévriers d’Alexander. A leur arrivée, les chiens ne manquèrent pas d’aller saluer la charmante compagnie de leur maître. Ce fut d’ailleurs, Alexander qui les arrêta, posant ainsi un genou à terre.

« Tout doux, mes beaux. Ne vous ai-je pas dit de ne jamais effrayer les charmantes demoiselles ? On lui dit bonjour, comme je vous l’ai appris, et on reste sage »

Alexander leur caressa le sommet du crâne à chacun, avant de se relever et de faire face à son majordome. Il prit quelques instants, pas très longtemps, pour être sûr de tout lui dire. Rien ne devait être oublié, tout devait être parfait.

« Vous allez vous rendre dans mes appartements. Là-bas, je veux que vous demandiez à ce que l’on prépare tout pour prendre le thé ici même. Amenez tout ce qui sera nécessaire pour pouvoir le faire ici. Thé, gâteaux, tasse, soucoupes, mais aussi une grande et large nappe, et pas une trouvez dans les cuisines ! Prenez en une des plus belles. Vous ne voudriez pas nous apporter un torchon mon cher. Laissez les chiens ici, ainsi vous irez plus vite. Vous pouvez prendre le carrosse et dites à un ou deux garçons de vous accompagner et de vous aider. Il ne faudrait pas non plus que vous vous fassiez mal. »

Le majordome s’inclina devant Alexander et partit au pas de course cherché ce qu’on lui avait demandé. A en juger par son efficacité, Alexander détermina qu’il en aurait pour au moins une quinzaine de minutes. Ainsi, il allait devoir s’occuper de sa compagnie. Il avait pris les laisses de ses chiens, permettant ainsi à son majordome d’aller plus vite. Les lévriers l’auraient fortement ralenti, surtout quand ces deux têtes de mules étaient décidés à en faire qu’à leur tête. Mais, Alexander en avait l’habitude. Il leur fit signe de s’asseoir devant lui, et pour une fois, il lui obéirent. Un petit sourire de satisfaction se dessina sur son viasge. Il était heureux, au moins ils n’avaient pas décidé de le tourner en ridicule devant elle.

« Permettez-moi de vous présenter mes fidèles et adorables lévriers. A droite, se trouve Karl et à gauche, Hector. Et désolé, qu’ils soient venus directement vous voir, c’est qu’ils ont du flair pour trouver de charmantes demoiselles, telle que vous. ET vous voir sourire me fait chaud au cœur, surtout si vous étiez peiné avant mon arrivée. Si vous avez envie de les caresser, n’hésitez pas. Ils ne sont pas méchants, bien au contraire, ils sont surtout de grands gamins, mes gamins à moi. Ils aiment jouer. »

Pendant ce temps, Alexander se rassit auprès d’elle, tenant toujours la laisse, afin que personne ne s’en aille trop loin. Ils avaient déjà eu leur promenade, mais avec eux, personne n’était sur de ce qu’ils allaient faire.

« Je pense que nous aurons le thé, d’ici une quinzaine de minutes, voir vingt tout au plus. J’espère que ce moment d’attente ne vous importune peu. Mais pouvoir profitez de ce soleil, dans un tel contexte est des plus agréables »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://remember-austen.forumactif.com/t1069-alexander-r-rosenbach-_-uc#75763
avatar
Pearl ForbesLady
Ton prénom : Morgane
Célébrité : Michelle Williams
© : Mad.Hatter & tumblr
Messages : 2141
Date d'inscription : 04/08/2010

Reputation
Famille: Tiddlers
Age du personnage: 21 printemps
Relations :
MessageSujet: Re: Comment pourrais je résister à votre beauté .... (ft Pearl F.) Lun 25 Avr - 20:11

Finalement, cette rencontre ne lui apparaissait plus aussi malvenue qu'au départ. Le jeune Lord se révélait être d'une charmante compagnie et lui rendait un sourire qui avait depuis longtemps disparu. Même son oncle n'y était parvenu malgré des jours et des jours d'effort, c'était pour dire ! Lui qui pourtant s'était révélé être son seul véritable complice depuis son arrivée à Meryton ne lui rappelait aujourd'hui plus que le lointain souvenir d'un passé heureux perdu peut-être à jamais. Même les frasques de sa sœur lui manquait ! Elle faisait peut-être tout pour lui gâcher la vie, y arrivait même parfois, elle demeurait sa sœur ! Pearl l'aimait, l'avait toujours aimé... (<3) Mais aujourd'hui il n'y avait plus d'amour. Son coeur avait implosé près de ce citronnier et il lui faudrait peut-être des années avant de pouvoir tout oublier et tourner la page. Elle avait vécu un amour beau, profond, véritable... De son côté du moins.

Voilà qu'elle recommençait, c'était insupportable ! C'était précisément pour cette raison que son oncle ne pouvait rien faire pour la sortir de sa torpeur, dès qu'elle commençait à passer un moment agréable, elle ne pouvait s'empêcher de penser à quel point il était bon d'oublier un instant le passé... Du coup elle repensait au passé, à ce qui l'avait conduite à être dans cet état, et c'était reparti pour des heures à faire la grimace ! Non non non ! Elle avait décidé qu'aujourd'hui serait différent, elle n'allait pas s'arrêter en si bon chemin ! Secouant de manière imperceptible la tête, elle chassa ses pensées et en revint à l'instant présent, au beau Lord, juste à temps pour entendre sa proposition pour le moins farfelue et inattendue ! Et pourtant... Ce petit jeu l'intrigua et l'amusa tout de suite, aussi se retint-elle de décliner sous quelque prétexte d'un respect de la bienséance qui aurait rendu inconvenant un tel comportement et le laissa-t-elle poursuivre.

- Bien au contraire milord, votre jeu m'intrigue ! Je serai bien curieuse de découvrir quel genre d'histoire vous jugerez me séant le mieux. Allez je vous en prie, surprenez-moi ! Je promets de me montrer à la hauteur en vous inventant une histoire des plus surprenantes.

Un petit sourire apparut sur son visage alors même que son cerveau recommençait à s'activer pour trouver quel genre d'histoire pourrait justement lui convenir... En fait elle n'avait aucune idée, c'était mal parti, mais peut-être que ce qu'il lui trouverait l'inspirerait, certainement même.

Toute perdue dans ses pensées, elle fut surprise de voir deux chiens se précipiter vers elle. Se ressaisissant, elle reconnut rapidement les deux lévriers qui s'étaient trouvés près du majordome tout à l'heure. Ils étaient vraiment beau et la manière qu'ils eurent de réagir aussitôt à chacun des ordres dictés par leur maître lui apprirent aussi qu'ils devaient être parfaitement éduqués. Jamais elle n'avait eu le moindre animal au cours de sa vie, bien qu'elle le regretta aujourd'hui. Il n'était pas trop tard après tout, mais un appartement en plein centre ville ne convenait à son humble avis guère à de pauvres bêtes qui avait certainement besoin de bien plus d'espace pour vivre agréablement. Mais peu lui importait en cet instant à vrai dire, car tout ce qu'elle pensât était que ces deux chiens faisaient honneur à leur maître tant dans leur posture que dans leur comportement. Sagement assis près d'elle, il attendait tout comme elle que le Lord Rosenbach ait fini de dicter les ordres à son domestique. L'écoutant distraitement, elle en profita pour se pencher en avant et les caresser chacun d'une main. Ils semblèrent apprécier l'attention mais cessèrent de s'agiter aussitôt que leur maître revint.

- Je suis impressionnée milord, et je regrette d'avoir tout d'abord voulu vous détourner de l'attention que vous me portiez. Je vous ai de toute évidence jugé trop vite alors que vous m'apparaissez à présent comme un bon maître tant pour vos animaux que vos domestiques. C'était très aimable de votre part de le laisser user de votre voiture ainsi que de s'inquiéter de ce qu'il puisse se blesser ! Elle lui sourit en marquant une petite pause mais poursuivit rapidement. Puisse-t-il mettre plus longtemps encore que je me ferai tout de même un plaisir d'attendre en votre compagnie. Je n'avais même pas prévu de rentrer à l'heure du thé de toute façon.

_________________

Le chemin de chacun est assailli de ronces
qu'il convient d'écarter en gardant son sang froid.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://remember-austen.forumactif.com/acceptes-f37/une-ame-pure-est-comme-une-belle-pearl-t683.htm http://remember-austen.forumactif.com/qui-veut-un-lien-f51/pearl-forbes-raison-et-sentiments-t695.htm
avatar
Alexander R. RosenbachLord
Ton prénom : Alex, Lexou, Cremouille, Chocopote, Minus, Purée de framboise, choupinette
Célébrité : Alex Pettyfer
© : Fleur des neiges
Messages : 767
Date d'inscription : 18/02/2011

Reputation
Famille: Bath's inhabitants
Age du personnage: 29 ans
Relations :
MessageSujet: Re: Comment pourrais je résister à votre beauté .... (ft Pearl F.) Mer 1 Juin - 23:19


Lorsque vous êtres avec une jeune femme, une jeune et jolie rose, vous devez toujours vous tenir correctement, même si vous avez envie de faire autrement. Alexander ne connaissait toujours pas le prénom de la belle. Il aurait pu la forcer à le lui révéler mais ce ne serait pas être gentleman avec elle. Non au contraire, il lui proposa un petit jeu, un jeu qui pourrait s’avérer des plus divertissants si chacun d’entre eux se prêtait au jeu. Peu aurait eu l’audace de proposer l’idée, encore fallait-il y penser. Sérieusement, Alexander n’était pas un homme et mais un gamin pour se prêter à pareille folie. Il aurait pu passer pour un goujat, ou un attardé, quelqu’un sans réelle jugeote, mais elle accepta et avec le sourire. Voilà quelque chose qui lui plaisait, et puis le sourire de cette charmante demoiselle était réellement un plaisir, très fin, en coin, il aurait pu croire à une petite fille timide. Elle était belle et simple dans ses gestes et paroles, voilà une compagnie dont il demanderait à revoir.

Alexander se mit à réfléchir avant de trouver quoi lui raconter. Elle venait d’accepter et elle attendait à ce qu’il l’impression. Normal, toute femme de ce monde désire être impressionnée et se confectionnait de merveilleux souvenirs, des souvenirs plein d’entrain et drôle, juste à la pensée de ce dernier. Il devait l’impressionner avec une histoire belle, douce mais avec une pointe d’humour également. Il ne mit tout de même pas très longtemps à trouver, juste le temps d’envoyer son majordome cherchait de quoi prendre le thé chez lui. Il inspira profondément, quand ses chiens décidèrent de dire bonjour à sa compagnie. Ils avaient du flair ces deux là pour repérer toutes les jeunes dames de ce royaume. Alexander n’avait jamais compris d’ailleurs d’où cette attitude leur provenait, peut être avait-il déteint sur eux, au fil des années. Afin qu’ils ne causent pas de dégâts, il du les attraper et les freiner quelque peu. Puis, il se mit à jouer avec eux, les retenant à bonne distance de la jeune demoiselle. Cependant, elle n’avait pas l’air d’en avoir peur, au contraire, Alexander l’avait retrouvé entrain de les caresser, et puis ils n’étaient pas méchants et bien éduqués. Elle était surprise qu’il soit aussi bon avec son majordome qu’avec ses chiens. Lui, il trouvait ceci tout à fait normal. Son majordome était également son ami, une personne avec qui il avait le loisir de parler de temps à autre. Un homme bon.

« Je trouve ceci normal. Mon majordome m’a vu grandi au fil des ans, enfin, il est arrivé chez les Rosenbach, j’avais 15 ans. Mais, je le considère plus comme un ami que comme un homme à mon service. Savoir qu’il ne se fera auquel mal en allant chercher ce que je lui ai demandé, laisse mon conscience paisible. Quant à mes chiens, j’ai toujours mis un point d’honneur sur l’éducation. Certes se sont des chiens de chasse, mais ils sont très dociles et très joueurs. De vrais sacripants. »

Il se laissa à rire, un rire rauque, un rire d’homme, mais pas un rire guttural et trop prononcé. C’était quelque chose de discret, quelque chose de simple sans trop d’artifice. Assis sur le banc à ses côtés, il regardait ses deux lévriers assis, attendant tout simplement l’autorisation de partir gambader. Sauf que ce n’était pas pour cette fois. Puis, Alexander se rappela qu’il devait une belle et grande histoire à sa charmante compagnie, ainsi, le majordome aurait tout le temps de faire l’aller retour.

« Je vous dois une histoire. Etes vous prête à l’entendre ? »

Normalement, il lui aurait proposé de commencer avant, de passer la première, par galanterie, cependant, elle l’avait pressé à ce qu’il passe en premier, elle attendait d’être émerveillée, alors pourquoi la décevoir. Alexander se donna de la prestance, il se devait de lui raconter la plus belle histoire. Alexander s’éclaircit la voix.

« Tout d’abord, vous êtres une jeune femme, belle et intelligente, si intelligente que vous pourriez faire mourir de honte certains hommes de cette société. Votre sourire est des plus flatteurs, et je sais ce que je dis, je l’observe depuis tout à l’heure. Vous êtes la fille aimée de vos parents, je suis certain que vous êtes cette femme. Aventureuse, courageuse, vous n’avez peur de rien, d’ailleurs ça se voit. Je vous vois comme étant l’une de ses femmes revendiquant ses droits, et je suis même admiratif de ses femmes, croyez le ou non. Mais oui, vous avez l’effigie d’une meneuse de mouvement. Tout le monde vous suit, vous admire, enfin c’est ce que je ressens et c’est l’impression que vous me donnez. Personne ne peut vous haïr, surtout avec un aussi joli minois et un comportement tel que le votre. Et les hommes, vous devez en avoir des milliers à vos pieds, une petite femme fatale se cache en vous, tant et si bien, que si je voulais tenter ma chance avec vous, je ne serais que très loin dans la liste d’attente, et un autre homme vous aurait déjà ravi, quand mon tour viendrait. D’ailleurs, je pense que votre cœur est déjà pris. Un homme a du déjà ravir votre cœur et l’enfermait, ce dernier doit connaitre sa chance, car à vs côtés, ce sont milles et une histoire qu’il va vivre. Enfin, concernant votre âge, je me dis, et peut être que j’ai raison, mais je vous vois bien vous appeler Sara-Jane. Très joli prénom, je trouve. Vous semblez jeune, alors, vous venez très certainement d’entrer dans l’âge adulte, donc disons 22 ans. Par contre, rien ne me trompera sur votre condition sociale, je parie fortement que vous êtes une Lady. Vos vêtements, votre coiffure et vos traits si fins le crient sur tous les toits de la ville de Bath. »

Alexander soupira, il venait de la décrire lui donnant une histoire, une histoire fictive. Il était certain de n’avoir rien de bon, mais il avait laissé parler son cœur, et ce dernier la décrivait ainsi.

« Mon histoire vous a-t-elle plu ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://remember-austen.forumactif.com/t1069-alexander-r-rosenbach-_-uc#75763
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Comment pourrais je résister à votre beauté .... (ft Pearl F.)

Revenir en haut Aller en bas

Comment pourrais je résister à votre beauté .... (ft Pearl F.)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Comment pourrais-je parler avec toi? [PV Takao Kazunari]» Comment faire votre présentation ?» Le patronus de votre personnage» Le Mini-jeu : Comment élever un monstre» comment traumatiser des gens
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Remember Austen, RPG du XIXe ::  :: Champ fruitier-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit