AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Beth et Kennou, le retour !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Bethany ShawMiss.
Ton prénom : Morgane
Célébrité : Felicity Jones
© : Shiya & tumblr
Messages : 3658
Date d'inscription : 01/05/2010

Reputation
Famille: Kingsley
Age du personnage: 18 ans
Relations :
MessageSujet: Beth et Kennou, le retour ! Lun 21 Fév - 5:07

Ce matin-là comme tous les matins depuis son arrivée à Bath, Bethany s'était réveillée aussi fatiguée que si elle n'avait pas dormi, et avec un mal de dos abominable. Ce n'est pas qu'elle avait toujours été traitée comme une reine, mais les lits du pensionnat lui manquait... Elle aimait énormément Danny et lui serait redevable à vie de l'avoir accueillie chez lui alors que personne ne voulait d'elle, mais rester dans cette maison devenait invivable. Hormis le fait que ses nuits étaient souvent courtes et douloureuses et qu'elle ne le supportait plus, elle savait que si elle restait ici plus longtemps, elle courrait à sa perte. En effet, ce que la pauvre Beth ne savait pas en acceptant chaleureusement la proposition de son frère de coeur bien aimé, c'est que sa cousine n'était autre que Erin, la terrifiante Erin. Celle-ci même qu'elle avait eu le malheur de regarder de manière un peu trop insistante un matin au marché. Autant dire qu'en partant sur de si mauvaises bases, tout ne pouvaient pas avoir été tout beau tout rose entre elles.

Mais encore, cela même elle pouvait s'y faire. Elle l'évitait du mieux qu'elle pouvait, ne lui adresser pas la parole, et la caresser toujours dans le sens du poil, elle avait remarqué qu'elle aimait bien ça... Mais ses études ! Après 16 ans passé dans un internat, elle connaissait certes un tas de chose, mais il y en avait encore tant d'autres à apprendre ! Elle n'avait jamais été très friande des cours mais rester à présent seule à ne rien faire la tuait. Elle n'avait même plus Patricia ou Josephine à qui se confier ou avec qui s'amuser puisqu'elles avaient perdu contact durant l'exode... Et les autres... Quelles autres ? Alors elle passait ses journées à relire les quelques livres qu'elle possédait, ou à aider du mieux qu'elle pouvait à la maison. C'était donc cela, elle n'était plus qu'une pauvre fille de ferme sans plus d'avenir qu'elle n'avait d'amis...

Ce matin-là, elle se leva pourtant avec une détermination nouvelle, elle allait trouver un tuteur. On n'avait pas voulu d'elle il y a 7 mois mais les choses avaient peut-être évolué depuis non ? Danny ne lui en voudrait pas, cette solution était temporaire, c'était convenu depuis le début, et puis il voudrait son bonheur, ou du moins l'espérait-elle. Elle attrapa une de ses jolies toilettes, qu'elle se gardait spécialement pour ses sorties en ville, ailleurs que la marché ou son quartier s'entend. Il ne lui fallut pas longtemps pour rejoindre le centre, un peu plus pour trouver le bâtiment qu'elle cherchait en revanche. C'est qu'elle n'y avait mis les pieds que rarement et elle ne se baladait pas avec une carte en poche. Pourtant elle parvint enfin à l'Hôtel de Ville où elle espérerait voir sa vie enfin changer. Il y avait beaucoup d'hommes, vraiment beaucoup, à tel point qu'elle se demandait si elle avait vraiment le droit d'être ici... Mais de toute façon qui pourrait s'en charger pour elle ? Elle s'approcha avec hésitation d'un comptoir, songeant à faire demi-tour plus d'une fois, mais finit par venir raconter sa situation à l'homme qui s'y trouvait.

- Bonjour euh monsieur. Je vivais à Meryton dans un pensionnat et hum voyez-vous une demande pour me trouver un tuteur avait été déposé et je me demandez si euh j'avais reçu des réponses...

Il la regarda un long moment, à tel point qu'elle finit par se demander s'il n'était pas sourd où si elle s'était bien adressée à la bonne personne puis enfin il daigna lui répondre. Il lui expliqua d'un air un peu dédaigneux -ils ne devaient vraiment pas avoir l'habitude de parler à des femmes ici...- qu'elle avait de la chance car les dossiers concernant les tutorats venaient tout juste d'être mis à jour et qu'elle n'avait qu'à lui fournir son nom, ce qu'elle s'empressa de faire. S'en suivit alors une longue attente, très longue, jusqu'à ce qu'enfin il la rappelle pour lui donner une réponse. Elle tenta d'analyser son visage, en vain. Et puis enfin il lui répondit, pas vraiment comme elle l'aurait espéré : "dossier classé sans suite". Alors c'était tout ? Sans suite ? On avait simplement pris son dossier, et puis voyant qu'elle était déjà logée et qu'elle avait étudiée pendant 16 ans en école, on n'avait pas jugé la poursuite de ses études sous tutorat nécessaire. Sans suite.

Elle sortit lentement de la grande bâtisse, encore hébétée, sous le choc. Ses épaules étaient voûtées, son visage baissé, et ses lèvres ne cessaient de répéter silencieusement "sans suite". Elle vivrait donc toute sa vie dans cette petite cabane dénuée de confort, à relire les mêmes livres, à parler aux mêmes personnes... C'en était fini des bals, des rencontres si intéressantes dans les salons de thé, des conversations un tant soit peu cultivées... Elle était timide oui ! Mais ce n'est pas parce qu'elle ne prenait que rarement part à ce genre d'évènement qu'elle ne s'y plaisait pas ! Là-bas elle avait le sentiment d'être... Quelqu'un ! Elle était perdue, triste, en colère, et regrettait plus que jamais sa vie d'antan... Mais finalement, ce matin-là n'était peut-être pas si semblable à tous les autres, car alors qu'elle s'apprêtait à fuir pour retourner dans ces quartiers pauvres qu'elle ne quitterait sans doute plus jamais, elle percuta quelqu'un que jamais elle ne se serait attendu à revoir. La dernière fois qu'il s'était quitté, il avait dit quelque chose à propos de la tentation de la tenir dans ses bras... Et bien voilà qu'à présent elle y tombait d'elle même !

_________________


"D'une manière ou d'une autre, la timidité n'est que l'effet d'un sentiment d'infériorité."

J. Austen, Raison et Sentiments

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://remember-austen.forumactif.com/acceptes-f37/bethany-shaw-t336.htm http://remember-austen.forumactif.com/qui-veut-un-lien-f51/il-etait-une-bethany-t343.htm
AdministrationMr.
Ton prénom : ...
© : ...
Messages : 5097
Date d'inscription : 11/03/2009

Reputation
Famille: Leycesters
Age du personnage: 26 ans
Relations :
MessageSujet: Re: Beth et Kennou, le retour ! Mar 22 Fév - 3:03

Sept mois que Kenneth vivait pleinement de son statut de joyeux célibataire. Il s'était installé seul dans un appartement qui donnait sur le Grand Parade. L'appartement comportait dix pièces, dont une bibliothèque, une salle d'études, une cuisine, deux salles de bain, trois chambres, un salon, et un grand hall. Kenneth avait engagé un majordome et une cuisinière pour entretenir ce lieu qui était beaucoup trop grand pour un seul homme. Pourtant, Kenneth ne s'y sentait jamais seul. Il faisait tout pour en même temps : il y organisait des salons littéraires, il invitait des compagnons pour un thé, ... Ou sinon, sa demeure était devenue connue pour y accueillir des jeunes femmes de mauvaise OU bonne réputation à des heures plus que suspectes. En résumé, Kenneth faisait tout pour bien s'occuper dans son nouveau foyer, malgré sa solitude.

Il n'empêche qu'un jour, alors qu'il arpentait les rayons de sa bibliothèque, Kenneth réalisa que la présence de sa soeur Elinor lui manquait. C'était auprès d'elle qu'il venait raconter sa dernière trouvaille littéraire. Il avait conscience que ses anciens colocataires, ou autrement dit les membres de la famille Leycester, lui en voulaient de ne pas avoir voulu rester avec eux. Surtout Ambre en fait. Elle aussi, lorsqu'ils habitaient à Meryton ensemble, se sentait comme une intruse dans leur manoir. Elle s'était trouvée un allié auprès de Kenneth... qui finalement l'avait laissé. Timothy lui ne se plaignait pas ouvertement à son frère adoptif, mais lui faisait comprendre qu'il se sentait en infériorité numérique face aux femmes de la maison Leycester. Kenneth soupira, et ferma le livre qu'il tenait en main d'un coup sec. Partager un savoir, avoir la sensation d'être une inspiration, un modèle... c'est cela qui lui manquait. ...Ou bien, ce serait l'argument IDEAL pour se trouver une jeune élève à domicile, hihihi !

Convaincu de son éloquence et du sérieux de son projet, Kenneth se rendit à l'Hôtel de ville, plein d'espoir. En effet, il avait ouï dire que la fuite vers Bath avait fait de multiples victimes au pensionnat de Kingsley. Certaines s'étaient retrouvées à la rue, sans futur heureux, d'autres étaient tombées sur des familles aigries et strictes... Ah ! Thomas serait si fier de son frère, s'il connaissait ses intentions. Kenneth apparaîtrait comme un parfait sauveur. Ou au contraire, Thomas le dénoncerait pour ses VERITABLES projets. IQuel rabat-joie celui-là ! Pff... il ne valait mieux pas parler à son grand frère de ça, même si Kenneth saurait utiliser le nom de "Professeur Thomas Leycester" quelque part dans son dossier.

Kenneth se posa devant le comptoir attribué à la cause de l'orphelinat Kingsley, doublant la file de plusieurs personnes, sans ressentir la moindre gêne. Il charma la réceptionniste qui allait le combler de reproches, et fit comprendre qu'il était disposé à recevoir chez lui... une (voire deux !) étudiante de Kingsley s'il le fallait. Quel sacrifice ! Quel générosité ! Toute l'admiration que Miss... Receptionniste (Kenneth ne se souvenait plus de son nom) avait pour le gentlemen se lisait dans ses yeux. Elle accepta donc sa candidature, et lui proposa plusieurs dossiers de jeunes filles dans le besoin. Kenneth partit donc, bien chargé. Il faisait dos à l'hôtel de ville, sa cape volant légèrement vers l'arrière, et un regard faisant face à l'avenir. Il souriait, fier de lui. Presque comblé. Jusqu'à ce qu'il ressente un choc contre lui. Il se retourna, et une "chose" atterrit dans ses bras. La destinée.

KENNETH : Je savais que vous ne pouviez résister trop longtemps, Miss.

Mais c'était... Euh... Il ne se souvenait plus de son nom, ou prénom à vrai dire. En tout cas, il savait qu'elle était une bonne amie de la fille dont était épris Timothy à l'époque merytonienne. Et que Bethany faisait un drôle de regard lorsqu'ils abordaient le sujet. Kenneth n'avait pas eu l'occasion de plus creuser dans cette histoire d'adolescents sans grand intérêt. Mais les dieux avaient décidé qu'il était temps. Kenneth garda ses mains sur les bras de Bethany, pour l'empêcher de tomber à nouveau. Il voyait bien que son visage était pâle, et qu'elle tremblait légèrement. ... Oui c'était un prétexte. Il prit un air compatissant, prêt à jouer le confident.

KENNETH : Vous me semblez mal, très chère amie. Vous revenez de l'hôtel de ville ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Bethany ShawMiss.
Ton prénom : Morgane
Célébrité : Felicity Jones
© : Shiya & tumblr
Messages : 3658
Date d'inscription : 01/05/2010

Reputation
Famille: Kingsley
Age du personnage: 18 ans
Relations :
MessageSujet: Re: Beth et Kennou, le retour ! Dim 27 Fév - 2:17

Spoiler:
 

La petite Bethany releva un regard perdu vers l'homme dans lequel elle venait de foncer. Elle ne l'avait vraiment pas vu venir, et commençait à regretter plus que jamais de s'être levé ce matin là. Par quelle mouche le diable l'avait-elle piqué à la naissance pour qu'elle ait cette manie de foncer dans tout ce qui bougeait... ou pas d'ailleurs. Les joues étrangement empourprées par la gêne malgré que la pâleur la gagne et les lèvres tremblantes, elle leva un regard plus désespéré que jamais. La tête commençait à lui tourner et des étoiles à danser devant ses yeux. Elle l'entendit vaguement au loin, prononcer quelques paroles qui ne lui étaient sans doute pas destinées, puis de nouveau, pour s'inquiéter de son état cette fois-ci. Le fait est que sur l'instant, le flot des émotions refoulés ces derniers mois ressurgissait mais que pour rien au monde elle n'aurait voulu s'effondrer ici, dans les bras de Mr Dawsey. L'avoir rencontré une fois par le passé ne faisait pas de lui son confident alors... Alors elle devait partir, maintenant.

- Je... Si, merci, et euh oui. Bonjour... Enfin non, au revoir.

Elle tenta de se dégager des bras qui la soutenait, de partir le plus vite possible. Elle ne pouvait même plus réfléchir à ce qu'elle disait. Que lui avait-elle dit ? Elle remua les épaules pour partir une fois de plus, en vain. Et puis la pression se fit plus forte, elle l'en remercia intérieurement cette fois-ci. Ses jambes avaient fini par se dérober sous son corps mais il l'avait soutenu. Peut-être avait-il raison, elle ne devait pas être si bien. Elle manquait de beaucoup de sommeil aussi, il lui semblait avoir appris que ça avait tendance à multiplier chaque émotion ressentie; le trouble, le désespoir, et tant d'autres choses sur lesquelles elle n'aurait su mettre de mot, en cet instant. Elle crut se sentir attirée à l'écart, puis enfin elle s'assit. Elle ne saisissait pas exactement tout ce qui se passait, mais sentir qu'elle n'avait plus à supporter son propre poids, qu'on s'occupait d'elle, vraiment... Ses yeux se levèrent vers son bienfaiteur, car bien qu'il n'est pas vraiment choisi d'être bousculé, il se trouvait l'être à présent... Et alors elle craqua et fondit en larmes.

- Oh monsieur je n'en peux plus ma vie est un véritable cauchemar depuis que j'ai quitté Meryton... Pire encore que quand j'y étais ! Me paraissent bien loin les futiles disputes qui me tourmentaient tant alors que mes nuits sont si courtes et douloureuses. Que me manquent ces longues heures autrefois si ennuyantes d'études quand aujourd'hui je passe mes journées à travailler pour aider mon hôte où regarder lentement les heures passer sans d'autre occupation que la lecture de mes livres déjà tant lus et relus. Que ne donnerais-je pour m'être faite emporter par la maladie moi aussi quand je sais que la mort n'aurait put être que plus douce que cet enfer dans lequel on me plonge et me torture ! Maudit soit cet homme et son comptoir qui pourtant n'ont pas déclaré mon cas assez important pour le laisser sur liste d'attente. Que je hais les mots "dossier classé" depuis qu'ils ont éteint la dernière lueur d'espoir qui me préservait de ce sombre puits sans fond !

Bon... Finalement une deuxième rencontre avait fini par faire de lui un confident plus qu'infortuné. Aurait-elle voulu l'importuner ou le faire fuir qu'elle ne s'y serait mieux pris. Elle avait tour à tour pleuré, plongé son visage entre ses mains de honte, avant de relever la tête prise d'un élan de colère avant de pleurer de honte... Et voilà que dans son silence perdurant, elle se rendait compte de ce qu'elle venait de faire. L'écho de ses paroles résonnait encore à ses oreilles alors que ses pleurs redoublèrent d'intensité, à présent teintés de toute la honte qu'elle pouvait ressentir. Jamais elle n'avait tant regretté de ne pas s'être blottie tranquillement derrière son bouclier de timidité tant elle était certaine que cet élan de sincérité le ferait fuir. Finalement elle n'espérait plus qu'une chose, avoir été attirée assez à l'écart pour ne pas à présent être cernée de regard dédaigneux et désapprobateur. Elle avait déjà bien assez honte quand cela pour que quelqu'un en rajoute... Affronter la réaction de Mr Dawsey serait bien suffisant.
Spoiler:
 

_________________


"D'une manière ou d'une autre, la timidité n'est que l'effet d'un sentiment d'infériorité."

J. Austen, Raison et Sentiments

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://remember-austen.forumactif.com/acceptes-f37/bethany-shaw-t336.htm http://remember-austen.forumactif.com/qui-veut-un-lien-f51/il-etait-une-bethany-t343.htm
AdministrationMr.
Ton prénom : ...
© : ...
Messages : 5097
Date d'inscription : 11/03/2009

Reputation
Famille: Leycesters
Age du personnage: 26 ans
Relations :
MessageSujet: Re: Beth et Kennou, le retour ! Mar 11 Oct - 0:41



Bethany avait entraîné dans sa chute maladroite le dossier que Kenneth venait tout juste de prendre. Les portraits des jeunes filles en fleur (XD) s'envolèrent dans un saut, comme si elles profitaient de l'occasion pour s'enfuir. Pourtant elles seraient bien heureuses à la casa de Kennou ! Kenneth vit le moindre mouvement décéléré, comme si sa vie marchait soudainement au ralenti. "NOOOOON"... Hélas, entre sauver LA demoiselle en détresse et les potentielles colocatrices d'un soir (...), il fallait choisir.
Et malheureusement, Kenneth se rendit vite compte qu'il avait fait le mauvais choix : la jeune étudiante de King's school était désormais en larmes dans ses bras. Il lui tapota le dos, et l'attira contre lui pour la réconforter - ne dites pas qu'il en profitait, c'est ELLE qui était LA avant ! Il chuchota doucement, comme s'il parlait à un petit chiot apeuré. Si hypocrite.

Il avait à peine écouté tout le flot de paroles qui était sorti de la bouche de la petite Kimberly (il ne se souvenait toujours pas le nom). Cependant, une chose avait retenu son attention : il était rare qu'une jeune fille bien éduquée se laisse aller à exprimer ses déboires aussi brusquement. Kenneth veilla à l'amener discrètement vers un banc éloigné des foules curieuses pour qu'elle s'asseye. Kenneth s'assit près d'elle, et vérifia sans qu'elle ne le remarque qu'elle n'avait pas trop tâché ses vêtements.

KENNETH : Hum...

Kenneth ne paraissait pas énervé. Il ne paraissait pas non plus ému par toutes les mésaventures que Bethany venait de lui conter. Il était calme... et amusé. Un petit sourire vint s'imiscer au coin de ses lèvres. Il se voulait rassurant, sans pour autant montrer qu'il avait pitié d'elle. Non, sa maladresse et sa timidité vaincue l'intriguaient fortement. Il regardait au loin les papiers de son dossier éparpillés sur le sol un peu partout sur les marches de l'hotel de ville. En même temps, il cherchait dans ses poches des billets, qu'il étala ensuite de manière outrageuse devant les petits yeux effarés de Beth.

KENNETH : Je cherchais justement de la compagnie pour ce soir, vous tombez bien. J'habite dans un appartement pas loin d'ici, venez quand vous voulez.



Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Bethany ShawMiss.
Ton prénom : Morgane
Célébrité : Felicity Jones
© : Shiya & tumblr
Messages : 3658
Date d'inscription : 01/05/2010

Reputation
Famille: Kingsley
Age du personnage: 18 ans
Relations :
MessageSujet: Re: Beth et Kennou, le retour ! Mer 12 Oct - 4:44

"Hum..." Dans un petit reniflement timide, elle releva légèrement le visage pour observer sa réaction. Ce qu'elle vit eu au moins le mérite de lui faire reposer les mains sur ses cuisses. Il n'avait pas fui, c'était déjà une bonne chose, mais en plus il souriait ! Ceci allié à son calme eurent donc finalement raison de son chagrin, et petit à petit, ses pleurs cessèrent. Ce n'était peut-être pas une si mauvaise chose que tout cela lui ait échappé. Après coup, elle se rendit compte qu'elle se sentait enfin vide, comme si pour une fois, elle n'avait pas à porter le fardeau de sa si fatigable vie sur ses seules épaules. Un peu de soutien, une oreille juste pour quelques minutes, c'était au bout du compte tout ce qu'elle réclamait... Mais comment aurait-elle pu le deviner alors que le seul fait de se confier l'avait toujours effrayé au plus haut point ? Elle savait bien ce qu'il serait advenu de ses secrets si par malheur, elle avait un jour eu l'audace de les confier à quelqu'un à l'internat ! Pourquoi en serait-il autrement ici ? Mais pour le moment, elle ne réfléchissait pas aux conséquences. Le seul fait qu'il n'ait pas l'air de se moquer lui suffisait pour qu'elle ne se soucie pas de ce qu'il adviendrait par la suite.

Malheureusement, elle se rendit bien vite compte qu'elle aurait du. Alors qu'elle s'essuyait le visage aussi discrètement que possible avec sa manche dans l'espoir de retrouver un minimum de dignité, son interlocuteur lui fit tout à coup comprendre qu'elle n'aurait pu plus se fourvoyer sur l'origine de son sourire. Et dire qu'elle était en train d'essayer de lui rendre ! Sa bouche s'ouvrit aussi grande que ses yeux alors qu'il étalait nombre de billets devant elle. Il lui semblait ne jamais en avoir vu autant ! Elle n'en avait certes pas vu beaucoup devait-elle reconnaître... Mais ce n'était pas tant cela qui la choqua. Alors qu'il exhibait si fièrement sa richesse quand bien même elle venait de fondre en larmes devant lui justement des causes de sa pauvreté, il en vint aussi à l'inviter chez lui, seule, et pour la soirée ! Elle en resta muette de stupeur quelques secondes, le temps d'assimiler ce qu'il venait de lui dire, et bondit tout à coup sur ses pieds -bien heureuse de constater qu'elle tenait de nouveau debout.

- M-mais voyons ! Enfin pour qui me prenez-vous monsieur !

Tout choquée qu'elle était, elle sentait ses mains trembler et ses joues s'empourprer dangereusement, et pour la première fois de sa vie, pas seulement par honte. Jamais à Meryton une idée pareille ne lui serait venue en tête, toute innocente qu'elle était ! Mais à présent qu'elle vivait dans la misère depuis des mois, elle voyait bien de quoi certaines personnes étaient capables pour survivre... Était-il possible qu'elle ait l'air d'être de celles-là ? Et comment cet homme, qu'elle avait autrefois pris pour un gentleman, pouvait-il en tout état de conscience se permettre de l'humilier de la sorte ? Était-il possible qu'il pense que c'est ce qu'elle avait attendu de lui en étalant de la sorte son désarroi ? Était-ce donc ainsi que... qu'elles s'y... prenaient ?

- Je me sais dans la misère mais j'en suis pas encore à... à... Mais enfin qu'ai-je dit qui ait pu vous faire penser que... Que j'offrais... Je n'en suis tout de même pas réduite à...

Elle déglutit avec difficulté et redressa la tête, dans l'espoir de paraître aussi fière que possible. Le visage barbouillé de larmes et rouge comme jamais, les mains moites et tremblantes et enfin une robe sur le dos loin d'être de la dernière mode ni dans son meilleur état n'aidaient certes pas, mais c'était l'intention qui comptait n'est-ce pas ? Après tout, il l'avait pris pour une... Était-ce donc ce dont elle avait l'air ? Mais tout de même c'était beaucoup d'argent qu'il offrait là... Elle serait à l'abri du besoin pour un certain temps... Non ! Elle avait dit ne pas en être réduite à cela et c'était vrai ! Elle n'allait pas troquer sa... Elle n'allait pas se vendre pour une liasse de billets ! Ce n'était tout simplement pas elle...

- Je crois que je ferais mieux de rentrer à présent.

Spoiler:
 

_________________


"D'une manière ou d'une autre, la timidité n'est que l'effet d'un sentiment d'infériorité."

J. Austen, Raison et Sentiments

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://remember-austen.forumactif.com/acceptes-f37/bethany-shaw-t336.htm http://remember-austen.forumactif.com/qui-veut-un-lien-f51/il-etait-une-bethany-t343.htm
AdministrationMr.
Ton prénom : ...
© : ...
Messages : 5097
Date d'inscription : 11/03/2009

Reputation
Famille: Leycesters
Age du personnage: 26 ans
Relations :
MessageSujet: Re: Beth et Kennou, le retour ! Jeu 13 Oct - 21:42

Kenneth restait là, assis, toujours un petit sourire aux lèvres, tenant ses billets dans les mains de manière ostentatoire. Il vit la jeune fille réagir au quart de tour. Il en avait vu des femmes s'offusquer de son attitude. Il ne fallait pas croire que les manières de Mr. Dawsey étaient toutes appréciées des jeunes femmes de Bath, bien au contraire. Mais c'est ce qui amusait Kenneth. Ces femmes si prudes et si fières qui en vérité étaient bien plus vicieuses que lui ne l'était. Les voir dévêtir leur masque de vertu dans l'intimité le faisait jouir intérieurement. Elles étaient si pathétiques.

Par contre, elle, elle semblait sincère. Lorsqu'elle l'avait vu, et reconnu, elle avait montré son vrai visage, un coeur affolé, troublé, et ... bien plus fort qu'elle ne le croyait. Car il en fallait du courage dans cette société pour se montrer si émotif. On ne devait raisonner que sur la logique, que sur ce qui est sensé, et conventionnel. Pourquoi les gens prenaient les sentiments pour une faiblesse ? Kenneth les enviait presque, lui qui semblait ne rien pouvoir ressentir. Cela faisait quasiment sept mois déjà qu'il vivait à Bath, expérimentant le mieux qu'il pouvait de ce nouveau lieu, toujours avide de plus de sensations. Il lui semblait qu'il n'avait aucune limite, que sa vie n'avait toujours aucun intérêt. Ainsi, il prenait chaque nouvelle opportunité pour se sortir un peu sa monotonie.

Kenneth suivit le mouvement soudain que fit la jeune fille, toute offusquée (oui j'adore ce mot xD!). Il tenta d'imiter la mine offusquée (XD) qu'elle prenait, posant même ses mains sur les hanches, et fronçant des sourcils. Lorsqu'elle décida qu'elle devait partir, puisqu'il l'avait vexé, il voulut lui faire comprendre qu'il n'était pas d'accord.

KENNETH : Humpf ! (XD) Dites donc mademoiselle... !

Kenneth restait toujours assis, mains sur les hanches, et ... son argent qui tombait lentement sur le sol. Il ne semblait pas y prêter grande importance.

KENNETH : Je pense qu'il y a un malentendu, je vous proposais de vous héberger pour la soirée, ne voyant pas d'objection à ce qu'une personne - de sexe féminin ou masculin, peu m'importe - me tienne compagnie. Je trouve cela SCANDALEUX que vous ayez pu penser que je vous proposais... ... Ceci est tellement irrespectueux, que je n'oserai même pas aborder le sujet ! (xD)

Kenneth, jouant le coincé de services... c'était tellement peu convaincant quand on le connaissait. Mais lorsque ce n'était pas le cas, il s'avérait être un brillant acteur. Il avait envisagé la comédie comme métier, par ailleurs, mais n'avait jamais tenté. Trop peur de l'échec certainement, la peur de voir se briser un rêve de gamin. Il remarqua les yeux de ... Belinda (XD) se diriger vers la liasse de billets posée sur le sol. Il la ramassa doucement, sans s'affoler, et la rangea dans sa poche.

KENNETH : Je venais justement proposer mon aide à vos anciennes colocataires du King's school, comme peut le témoigner ce dossier que vous avez fait malheureusement tomber. Ceci est la seule preuve de mon intégrité et de mes bonnes intentions, j'en ai bien peur.

Kenneth tapota sur le banc à côté de lui, pour qu'elle revienne s'asseoir.

KENNETH : Mais je vous en prie, remettez-vous, et laissez-moi trouver une solution qui pourrait nous arranger tous deux. Cela serait si abominable de vivre à mes côtés pour un temps, mademoiselle... Hum... Mademoiselle ?

Kenneth se mordit les lèvres, l'air enjoué. Il prit conscience qu'elle avait réalisé qu'il ne se souvenait pas exactement d'elle xD. Il était amusé par sa propre ... boulette? xD


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Bethany ShawMiss.
Ton prénom : Morgane
Célébrité : Felicity Jones
© : Shiya & tumblr
Messages : 3658
Date d'inscription : 01/05/2010

Reputation
Famille: Kingsley
Age du personnage: 18 ans
Relations :
MessageSujet: Re: Beth et Kennou, le retour ! Mar 18 Oct - 6:20

Ses épaules retombèrent avec sa colère lorsqu'il l'interpella avant qu'elle ne parte. En se retournant vers lui, elle prit en effet conscience que dans l'histoire, c'était finalement elle l'affreuse personne aux pensées si mal placées ! Si un jour on lui avait dit que telle chose se produirait... Mais quoi qu'il en soit, ses yeux s'agrandirent de surprise et ses joues eurent tôt fait de s'empourprer lorsqu'elle remarqua il semblait outré des terribles accusations qu'elle venait de prononcer à son encontre. Le pauvre homme semblait tellement choqué de ce qu'elle venait de sous-entendre qu'elle aurait presque voulu partir tout de même pour ne simplement pas avoir à affronter les reproches de son regard. Que diable avait-il bien pu lui passer par la tête pour songer à une telle chose ? Pour y réfléchir sérieusement en plus ! Mais qui n'aurait pas douté face à de tel propos, à un tel étalage de sa richesse ? Non non non, tous les torts étaient pour elle ! Il n'avait jamais voulu que l'inviter et voilà qu'elle trouverait presque le moyen de lui reprocher quelque chose !

- Je... Je suis tellement navrée monsieur... Oh si vous saviez comme j'ai honte... J'ai cru que... Vraiment je suis si sotte pardonnez-moi !

Oh quelle honte... Son visage se peignit de ce petit air qu'elle arborait toujours au pensionnat lorsque le professeur Pratt venait à lui reprocher une de ses si terribles erreurs qui lui valaient toujours des heures de punition alors qu'elle n'avait d'abord vu que les torts du côté de son enseignante et non du sien. Cette petite moue qu'elle avait quand elle se rendait compte qu'au fond, elle était la seule fautive. Ses joues coloraient sa gêne alors que ses yeux faisaient briller la lueur du remord. Timidement, elle se mordilla la lèvre inférieure et vint s'asseoir près de lui lorsqu'il tapota le banc. Après tout, elle venait déjà de l'insulter, elle n'allait pas en plus fuir ! Et puis, le fait que la proposition était plus qu'alléchante avait sans doute un peu avoir dans le fait qu'elle restât aussi. C'est qu'elle n'avait jamais vu tant de billets après tout ! Et surtout, jamais elle n'avait vu personne s'en soucier si peu ! Il les avaient laissé tomber au sol avec tant de désinvolture ! Jamais elle n'aurait cru la famille de Tim si fortunée...

Oui mais tout cela, était-ce bien raisonnable ? Elle n'était pas de ces minettes vénales ! Elle vivait dans un foyer chaleureux et confortable, avec une famille aimante !... Non en fait seul Danny était réellement aimant et protecteur envers elle, au contraire Erin ne cessait de se plaindre de sa présence ! Et la maison était tout sauf confortable... Non, elle avait beau adorer Danny, elle détestait vivre là-bas. Oui mais elle n'avait rencontré Mr Dawsey qu'une fois ! Il était peut-être le frère de Tim, mais Dieu seul savait ce qu'il pouvait avoir en tête !... C'est qu'elle avait entendu parler de sa réputation sulfureuse à Meryton... Non non elle n'écoutait pas les ragots. Oui mais tout de même, s'il était question qu'elle se rende chez lui... Seule qui plus est ! Oui mais ne le lui devait-elle pas après tel affront ? Il recherchait de la compagnie et elle devait se repentir de sa terrible méprise... Alors quel choix lui restait-il ? Et puis il devait être cultivé, et sociable pour entreprendre une telle démarche ! Ce ne pourrait être si pénible tout de même ? Oui mais Danny... Qu'en penserait-il lorsqu'elle lui annoncerait qu'elle s'apprêtait à passer la soirée chez un étranger ? ... Un étranger qui... Qui l'invitait sans même se rappeler de son nom ?!

Non ! On n'invitait pas quelqu'un à souper chez soi, à coucher, alors qu'on ne se souvenait pas même de son nom ! Ce fut d'ailleurs d'autant plus dur à digérer qu'elle savait Tim relativement proche de son frère et que cet oubli signifiait donc qu'elle n'était pas vraiment son principal sujet de conversation... Non cela lui importait peu ! Elle n'était qu'une amie, il y a bien longtemps ! Elle s'en contrefichait... Ou peut-être pas tant que ça... Mais qu'importe ! De toute façon, ce n'était certainement qu'une hésitation passagère ! Il s'en rappelait certainement mais avait craint de se fourvoyer. Oui mais tout de même... Bon. S'il ne tombait pas dans son piège, elle irait chez lui ce soir ! C'était décidé ! D'un petit air malicieux qu'elle ne put retenir, elle se pencha vers son oreille et sur le ton de la confidence, lui glissa rapidement :

- Mademoiselle Beverley Slow !
Puis elle se recula rapidement et poursuivit, comme si de rien était.

- Et bien, je ne sais trop qu'en penser... Voyez-vous, l'ami qui m'héberge est très protecteur, je ne sais s'il verrait tout cela d'un bon œil... Si moi qui vous avais déjà vu dans le passé et connaissais votre propre frère aie pu me méprendre, imaginez donc ce qu'il pourrait penser de tout cela !

Bon, en vérité, tout n'était pas exactement comme elle l'imaginait. Son comme si de rien était consistait en fait à scruter son visage à la recherche d'un tique ou quelque chose qui lui ferait comprendre qu'effectivement, il savait ou pas son nom. Et si ses yeux plissés qui le dévisageaient étrangement n'étaient pas suffisant, elle arborait aussi un sourire soulignant à quel point elle était fière de son plan machiavélique ! La discrétion n'était décidément pas son fort... Mais elle faisait ça avec tant de charme qu'on pouvait bien lui pardonner n'est-ce pas ?(<3 xD)

_________________


"D'une manière ou d'une autre, la timidité n'est que l'effet d'un sentiment d'infériorité."

J. Austen, Raison et Sentiments

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://remember-austen.forumactif.com/acceptes-f37/bethany-shaw-t336.htm http://remember-austen.forumactif.com/qui-veut-un-lien-f51/il-etait-une-bethany-t343.htm
AdministrationMr.
Ton prénom : ...
© : ...
Messages : 5097
Date d'inscription : 11/03/2009

Reputation
Famille: Leycesters
Age du personnage: 26 ans
Relations :
MessageSujet: Re: Beth et Kennou, le retour ! Mar 15 Nov - 14:01

BETH: - Mademoiselle Beverley Slow !

Kenneth fronça des sourcils. Le son de ces deux entités sonnait plutôt correct à ses oreilles. Mais ce qui ne l'était pas, c'était ce sourire presque triomphait qui s'affichait sur le visage de la jeune fille habituellement timide. Il se doutait que quelque chose se tramait. Si lui aimait jouer la comédie, il appréciait moins qu'on lui retourne la pareille. Mais bon, c'était si inhabituel chez un tel caractère que c'en était... intéressant. Oui, Kenneth trouvait cette petite personne intéressante. Il y voyait du potentiel pour son amusement personnel. C'était rare qu'il ait cette sensation auprès d'une personne, mais il l'avait déjà ressentie lors de leur première rencontre : elle pouvait avoir un léger impact dans sa vie.

Kenneth ne se sentait pas tellement seul chez lui, comme dit précédemment, mais de la compagnie saine ne serait pas de trop. Il avait beau fui l'atmosphère familiale que les Leycester avaient composé pour lui pendant des années, mais c'était surtout parce qu'il la ressentait comme imposée. Cette fois-ci ce serait différent: c'est lui qui choisirait les membres de sa nouvelle "famille". Il se mit à réfléchir à ses nuits de folie et les visites improvisées de jeunes femmes dans son domicile. Bah ! Il a bien plusieurs chambres, que les murs et les portes séparaient bien !

Il se surprit à réfléchir à autant de détails. Ce n'était vraiment pas son genre de penser aussi longtemps. Il était le genre de personne à prendre une décision spontanée. Comme il venait de le faire à l'instant en fait : sans aucune mauvaise intention, il avait des chambres libres, il pouvait se permettre de loger une jeune femme en détresse, non ? Kenneth secoua la tête. C'était décidé ! Alors qu'elle expliquait son charabia, il ramassait d'une poignée de main les billets qu'il venait de faire tomber. Il les mit dans les mains de Bethany, et ... très outrageusement, lui tapota l'épaule.

KENNETH: There, there... Vous veniez ici pour chercher un tuteur, une nouvelle demeure, alors ne me racontez pas de tels mensonges. Et puis, je suis LE roi des menteurs, qui ose s'adresser par exemple à une jeune fille en pleurs en lui faisant croire pour un moment qu'il se rappelait d'elle exactement. MAIS comme vous m'avez percé à jour, je vous offre en récompense cette opportunité. Non, en fait, je ne vous en laisse aucunement le choix.

Kenneth la prit par l'épaule, et la força à avancer, malgré son air ébahi.

KENNETH : Ne vous inquiétez pas, je ne vous violerai pas...

Il se mit à rire comme un cinglé et ils partirent tous deux. Pauvre Beth XD !





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Beth et Kennou, le retour !

Revenir en haut Aller en bas

Beth et Kennou, le retour !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Retour aux bercailles [Qui veut]» L'homme est de retour ...» retour de la droite dure en Suisse» Jacques Bernard , un retour avec le plein pouvoir ou presque...» Retour en Enfer? [Pv Rayquaza]
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Remember Austen, RPG du XIXe ::  :: Bath Assembly Room-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit