AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

N'as-tu donc pas Seigneur assez d'Anges aux cieux [PV Sophia]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
InvitéInvité
MessageSujet: N'as-tu donc pas Seigneur assez d'Anges aux cieux [PV Sophia] Dim 20 Fév - 23:35

__
Sophia Benneton & Callum Leonard Finley



Muzicons.com
« Le vrai tombeau des morts c'est le cœur des vivants. »

La mort était venue frapper quelques mois plus tôt à la porte de son hôtel particulier. Vile et insidieuse sous le rude nom de Vérole. Elle avait commencé par arracher la plus jeune de ses filles montant en crescendo en fonction de l'âge. Vint bientôt le tour de son épouse qui expira . Avant de rendre leur dernier souffle, elles avaient souffert. Cela avait commencé par une banale fièvre qui au fil des jours s'était transformée en frisson. L'espoir était encore présent mais il fut éradiqué par l'apparition de tâches rougeâtres qui devinrent bien assez vite d'immondes pustules. A ce moment, le médecin pria le lord de s'éloigner de la demeure familiale. Il ne restait plus aucun recours. Il avait été formel , elles étaient condamnées.

***

Les rayons solaires s'étaient immiscés à travers les rideaux , venant se perdre contre la joue du Lord qui dormait paisiblement. Les nuits se ressemblaient toutes depuis qu'il était seul. Il passait son temps à dormir. Dormir et tenter vainement d'oublier. Hélas, cela n'était pas aussi simple. Qui avait dit qu'il existait un remède au chagrin ? ...personne.

Alors il s'était levé . Le bras engourdi, la tête lourde , l'estomac comprimé. L'alcool continuait à faire son effet.Il fallait bien qu'il tente de trouver un moyen de ne pas devenir fou.Callum Léonard Finley n'avait jamais été un grand buveur. Le champagne, le vin ne représentaient pour lui que des boissons festives à consommer avec modération. Sa modération était parti en fumé.

Il ne s'en était pas rendu compte, ses pas l'avaient mené jusqu'au cimetière où reposaient les dépouilles de sa petite famille. Il avait usé de ses connaissances pour ordonner à ce qu'elles soient enterrées près de sa nouvelle habitation.Bravant ainsi la justice et les interdits sanitaires.Au moins comme ça, il les avait auprès de lui.

***

Son lévrier lui emboitant le pas, il parcourra la centaine de mètre qui séparait l'entrée des tombes où gisaient sa petite Rosaline , sa petite Madeleine et sa chère Florence.Avant d'être surpris d'y trouver une demoiselle , assise face à leur emplacement. Visiblement en grande discussion avec ...le vent ? Diable, qu'elle aille importuner d'autres morts , pensa-t-il bouillonnant de l'intérieur. Son visage se crispa, ses poings se serrèrent. Il avança et lança à la demoiselle, d'un ton sec et lapidaire :

- Que faites-vous donc ?
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité
MessageSujet: Re: N'as-tu donc pas Seigneur assez d'Anges aux cieux [PV Sophia] Lun 21 Fév - 23:20

    En arrivant à Bath, et suite aux quelques changements qui étaient advenus dans sa vie, Sophia avait accepté de sortir seule, de ne plus avoir si peur des gens qui se trouvait hors de son cercle habituel. Ce jour-là, ses pas l'avaient étrangement guidée vers le cimetière. Elle y allait toujours quelques fois, quelques soient les villes où la troupe s'arrêtait. C'était sans doute stupide, mais elle avait l'impression de retrouver un bout d'elle-même dans les cimetières. Sans doute parce que symboliquement, il lui semblait retrouver son bébé. Elle avait l'impression d'être sale, une véritable criminelle. C'était l'anniversaire de son avortement. Quel âge aurait eu le bébé ? Sophia se refusait à compter les années. Elle se souvenait seulement de ce jour.

    Elle marchait entre les tombes quand la tête commença à lui tourner. Il lui semblait sentir encore l'odeur du sang de cette nuit-là, le contact des lames froides de ses ciseaux contre sa peau. Des larmes commencèrent à couler sur ses joues, et elle se força à inspirer, expirer. Elle ne voulait pas que ses yeux rougissent, elle ne voulait pas qu'on vit qu'elle ait pleuré. Son pas se fit chancelant et elle dut s'asseoir le plus rapidement possible. Elle s'arrêta sur un banc, face à des pierres tombales qu'elle ne fit qu'effleurer du regard.

    Elle leva le visage vers le ciel, s'efforçant de prier un Dieu qu'elle ne comprenait pas. Mais enfin, elle savait que son bébé, ce garçon ou cette fille à peine esquissé était là-haut. Avait-il eu mal ? Aurait-il aimé vivre ? Tant de questions qu'elle se posait toujours. Et puis elle se forçait à repenser à son cousin maudit. A ce cousin sans pitié. A son visage, ce visage dont son bébé aurait pu hérité. Elle parlait dans le vent, pleine de colère, de doutes, de contrition, de tant de sentiments qu'elle avait besoin d'exprimer sans l'oser. Elle était bouleversée lorsque une voix sévère la fit sortir de sa rêverie.

    C'était un homme jeune, qui aurait sans doute été beau s'il n'avait eu l'air si sévère et si triste. Il fit peur à Sophia mais celle-ci tenta de se ressaisir. Elle se leva, la tête encore embrumée, et fit une légère révérence. Que faisait-elle au juste, hein ?

    "Je parle au vent, monsieur, si Dieu ne veut pas m'entendre."
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité
MessageSujet: Re: N'as-tu donc pas Seigneur assez d'Anges aux cieux [PV Sophia] Jeu 24 Fév - 17:46

Prêt à crier . Prêt à hurler. Se débattre avec sa haine. Il était vraiment prêt à cela. Mais comment faire devant la tristesse qui émanait du regard de la jeune femme ? Elle s'était levée précipitamment et avait esquissé une révérence lancinante.Comment ?
Les mauvaises intentions s'étaient alors volatilisées. Effacées par la peine qui régnait en maitresse sur les lieux. La tristesse , la même qui lui paraissait souvent insurmontable et qui au fond , l'était réellement. Ses mains lâchèrent prise , son visage se détendit laissant place à de la compassion. Qu'avait-elle donc vécu de si terrible , pour en être marquée à un tel point ? Qu'avait-elle donc vécu de si terrible, pour perdre son chemin dans un cimetière face aux tombes inconnues ? La perte d'un être cher ? cela allait sans dire.

- Pour parler au seigneur il faut aller dans une église, Miss. Ici, il n'y a que des morts. Encore faudrait-il qu'ils puissent vous entendre eux , ce dont je doute .

Son manque d'amabilité était -certainement - dû à un manque de conversation. Hélas, depuis la mort de ses proches il s'était retiré du " monde " . Vivant reclus à l'abri de médisances...du moins, tentant de vivre à l'abri des médisances, sachant qu'en ville les bruits ne cessaient de courir sur sa personne.Mais là, n'était pas la question.

- Pourriez-vous faire de la place, vous êtes -actuellement- assise sur mon banc.

Il aurait pu sourire , face à l'arrogance de son propos. Il aurait pu, oui seulement il ne le fit pas .Il n'en avait pas envie.

Il s'installa au bout du banc qu'il voulait se disputer.Ses yeux perdu sur les épitaphe qui le devançaient...lui vint alors à l'esprit une parole de sa petite Rosaline: Père , Martha dit que les anges veillent au ciel sur toutes nos personnes, vous y croyez ,vous ?

Foutaise.Non, il ne l'espérait pas, après tout il était plus rassurant de penser que ses filles se trouvaient toutes deux parmi les anges, oui, plus rassurant.

- Je ne sais pourquoi je persiste à venir en ces lieux souffla-t-il soudain prit d'une inclinaison à parler. La compagnie de ses semblables lui manquait parfois.L'occasion lui été donnée de pouvoir s'adonner à un dialogue. Pourquoi pas ? songea-t-il.
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité
MessageSujet: Re: N'as-tu donc pas Seigneur assez d'Anges aux cieux [PV Sophia] Dim 6 Mar - 17:26

    Sophia inclina légèrement la tête en entendant les propos du jeune homme qui se tenait devant elle, et ses cheveux blonds ruisselèrent sur son épaule droite. Le ton de l'inconnu était froid, brutal, comme une lame d'acier qui déchire du velours, mais Sophia, tout encore à ses rêveries funestes ne s'en effraya pas trop. Elle avait en général plus peur des gens chaleureux que des gens froids. Les gens froids viennent rarement vous pousser dans vos derniers retranchements.

    "J'ai la faiblesse de croire, Monsieur, que si Dieu est tel qu'on le raconte, il n'a pas besoin de l'oreille d'une église pour m'écouter, ou en tout cas, je ne suis plus à un écart près de ce que l'Eglise voudrait de moi."

    Si elle l'avait pu, Sophia aurait retiré ses derniers mots. Ils étaient inutiles et bien trop révélateurs, mais elle faisait bizarrement confiance au comportement distant de l'homme pour que rien ne filtre de leur conversation, si conversation il y avait, et même, pour qu'il ne se pose même pas de questions. La preuve en était qu'il lui réclama son banc. Ce que Sophia était disposée à lui offrir, l'habitude sans doute de toujours faire ce qu'on lui demandait, quoique les choses commençaient à changer. Elle se poussa donc, et durant quelques instants, le silence s'installa. Un silence lourd de souvenirs, troublé seulement par le doux bruit du vent. Un silence propice à l'introspection, et Sophia se sentit glisser, une fois de plus et malgré elle, sur la douloureuse pente des souvenirs. Quelques larmes lui montèrent aux yeux, mais heureusement, l'inconnu parla avant qu'elles ne débordent sur ses cils et roulent sur ses joues.

    "Moi non plus" répondit-elle quasi automatiquement avant de se rendre compte que c'était impoli de parler d'elle, alors que visiblement, l'inconnu voulait axer la conversation sur sa propre souffrance. Elle se redressa et se retourna vers lui. Soudain, elle prit confiance de leur ressemblance. Pas physique bien sûr, mais ils avaient tous deux l'allure de ceux qui ont souffert, la physionomie marquée par de dures épreuves. Cette même perdition dans le regard, cette même colère dans un pli du sourcil, plus ou moins accentué, cette même façon d'inspirer l'air parfois comme si on suffoquait. Cette observation donna à Sophia une envie supplémentaire de pleurer. Elle avait pitié d'eux. Elle se força cependant à se reprendre et dit d'une voix légèrement tremblante.

    "Sans doute parce qu'il y a certaines choses dans ce cimetière qui vous rappellent des évènements qui font tellement partie de vous qu'en venant ici, c'est un peu soi-même que l'on retrouve, et pas seulement des fantômes.

    Sophia était trop bouleversée pour tenter de formuler cela d'une manière plus élégante et plus claire. L'inconnu devrait donc s'en contenter.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: N'as-tu donc pas Seigneur assez d'Anges aux cieux [PV Sophia]

Revenir en haut Aller en bas

N'as-tu donc pas Seigneur assez d'Anges aux cieux [PV Sophia]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Mes devinette assez faciles pour les fortiches !» le trone du seigneur demon!» Salazar le Seigneur-Serpent. (UC)» Un mod du seigneur des anneaux» Comment votre entourage vit-il votre passion?
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Remember Austen, RPG du XIXe ::  :: Locksbrook Cimetery-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit